Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Philippe Demarquilly|  PRISE ILLÉGALE D'INTÉRÊTS |

« La fête est finie ! », commentait, hier, laconiquement un Héninois au sortir du bureau de poste de la ville. Sans exulter pour autant, ayant conscience qu'à la période des règlements de comptes succédera celle des comptes. Qui pèseront longtemps sur les contribuables locaux.

Lundi, en public, c'est un premier pan de gestion « dalongevilienne » qui s'est effrité avec l'éclatement de sa majorité et une dérive à vau-l'eau de son autorité de maire. Le lendemain, autre lézarde majeure avec le placement en garde à vue de celui qu'on appelle ici « le maire de Beaumont ». Mais Philippe Demarquilly, adjoint spécial du village ayant fusionné dans les années 70 avec Hénin-Liétard, est surtout adjoint à l'urbanisme.

Un poste stratégique pour cet exploitant agricole et propriétaire terrien. À qui la division financière de la PJ reprocherait d'avoir profité de son mandat.

Depuis un an, l'adjoint héninois était en effet dans le collimateur des enquêteurs. Placé en garde à vue pour prise illégale d'intérêts, il lui serait reproché d'avoir effectué une vertigineuse culbute financière autour de terrains dont il était locataire et qu'il acquit pour une somme modeste en 2002.

Heures terribles

Des terres agricoles devenues quelques années plus tard, après révision du plan local d'urbanisme, terrains constructibles à vocation industrielle revendus près de deux cents fois leur valeur d'achat à des investisseurs... Une affaire dans laquelle Philippe Demarquilly, explique-t-on, est seul mis en cause et l'unique bénéficiaire. Il devait être déféré ce matin au parquet.

Pendant que ce proche de Gérard Dalongeville vit des heures terribles, le maire d'Hénin-Beaumont tente de sauver les meubles. En convoquant, lundi, le conseil municipal autour d'un ordre du jour visant à démettre de leurs fonctions d'adjoints Marie-Noëlle Lienemann et le communiste David Noël. Ceci pour placer au poste de premier adjoint le « fidèle » Jean-Pierre Chruszez à même d'effectuer la « régence » en cas de suspension. Une séance qui, murmure-t-on au PS, pourrait voir les élus socialistes acceptant de démettre l'ancienne ministre, exclus à vie du parti.

P.W.

M.Demarquilly est, depuis 2001, au côté de G. Dalongeville.


Source : La Voix du Nord
Jeudi 02 avril 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article