Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Jean-Jacques CandelierMercredi 27 août, la commission défense de l'Assemblée nationale organise de manière extraordinaire une audition du Ministre de la défense sur la situation en Irak.

Par contre, aucune audition n’a été organisée sur le bain de sang à Gaza, la population étant victime d’un véritable terrorisme d’État de la part d’Israël.

S’agissant des djihadistes de l'État Islamique en Irak et au Levant, qui les a armés ? Qui les a financés ? Un rapport validé par le Ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian puis transmis à l’état-major et la haute hiérarchie militaire française mentionnait le désordre laissé en Libye par les Occidentaux et évoquait le financement de groupes djihadistes par le Qatar et l’Arabie saoudite : « Avec l’appui financier et logistique des monarchies wahaabites (Qatar et Arabie saoudite) se sont formés au Sud de la Libye des sanctuaires constituant autant de bases arrière pour des groupes salafistes armés engagés au Mali et en Syrie ».

Le Gouvernement ne peut plus ignorer le travail de nos propres services de renseignement. On ne peut pas, d’un côté, lutter, comme au Mali, contre l’islamisme armé et, de l’autre, soutenir et défendre des puissances qui jouent double jeu.

Au cours de la discussion du projet de loi de programmation militaire, les députés Front de gauche proposaient de conditionner les accords de défense de la France à l’arrêt du financement souverain des réseaux islamistes radicaux. Amendement refusé par M. le Drian et par sa majorité ! Il est vrai que les monarchies du Golfe sont courtisées par François Hollande. La France dépend du pétrole. L’Arabie saoudite représente 28 % des ventes d’armes françaises en 2013. La priorité est à l’exportation du Rafale au Qatar. Comme toujours, les peuples paient le prix fort de l’impérialisme.

Par ailleurs, le droit international et humanitaire prohibe les envois de matériels qui « risquent de provoquer ou de prolonger des conflits armés ou d'aggraver des tensions ou des conflits ». La France a déstabilisé la Libye avec l’aide des djihadistes, sortis renforcés. La France a armé les rebelles en Syrie. Le 20 mars 2013, dans sa question au Gouvernement, M. Candelier pointait le risque d’escalade guerrière dans une région sous haute tension. Nous y sommes.

L’Élysée décide à nouveau l’envoi d’armes en Irak pour contrer les djihadistes. Dans quelles mains finiront ces armes ?


Jean-Jacques Candelier
Député du Nord
Maire de Bruille-lez-Marchiennes

Amendement-FDG-livraison-armes-22-11-13.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article