Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Jean-Paul-Courchelle.jpegCe n'est pas parce qu'il n'est pas candidat qu'il n'a pas le droit de donner son avis. Jean-Paul Courchelle ne portera pas les couleurs du Parti communiste aux prochaines élections cantonales, en mars. Pour autant le conseiller municipal d'opposition de Barlin veut participer aux débats.

PAR DAVID CIERNIAK
bethune@info-artois.fr

Deux fois contre Joseph Brabant et deux fois contre Michel Dagbert. Le compte est bon. Jean-Paul Courchelle s'est présenté à quatre reprises pour briguer le canton de Barlin. Sans succès mais pas sans combats. Cette fois, l'ancien coiffeur n'a pas souhaité se présenter. Il se dit très occupé par sa famille. « Je n'aurai pas le temps », confie l'intéressé, en caressant les cheveux de l'un de ses deux petits-fils. Pas de Jean-Paul Courchelle aux cantonales sur Barlin donc mais le PC sera, lui, bien présent. Et logiquement les regards se portent alors vers Philippe Reszel. Camarade de classe au conseil municipal de Barlin et de lutte lors de différentes élections. Jean-Paul Courchelle ne confirme pas mais ne dément pas non plus. Il préfère parler d'un « ticket » Front de gauche. Et d'Adevia. Le sigle de la société d'économie mixte commence à se faire un nom auprès du grand public dans la région, car notamment associé au Louvre-Lens. Et à Barlin, où le nom du chauffeur est aussi connu que son président. « J'entends des choses que je ne peux pas les laisser dire », déclare Jean-Paul Courchelle. Le conseiller municipal revient ainsi sur le fait que le maire-président d'Adevia ait embauché son frère comme chauffeur. « Il existe des choses que l'on peut faire légalement, mais pas moralement », estime-t-il. Un mélange des genres qui ne plaît pas à Jean-Paul Courchelle. Pour lui, un élu ne peut favoriser sa famille. Et de s'interroger sur le fonctionnement.

« Meilleure façon de faire grimper le FN »

« Comment savoir lorsque Michel Dagbert est président d'Adevia, quand il est vice-président du conseil général, quand il est conseiller à Artois Comm., quand il est maire ? », se demande-t-il. « Est-ce à Adevia à financer les déplacements ? », poursuit le responsable du PC. Son nom ne sera pas imprimé sur les bulletins de vote, en mars, mais on risque de parler de Jean-Paul Courchelle prochainement, avec de tels prises de position. Car il veut absolument donner une dimension politique au dossier Adevia. « C'est le meilleure façon de faire grimper le score du FN (*), et ça, je ne peux pas le supporter », insiste-t-il. Allant jusqu'à mettre en garde les responsables socialistes pour que « Barlin ne devienne pas un deuxième Hénin-Beaumont ».
Et d'ores et déjà, il assure que le candidat du Front de gauche se maintiendra, s'il devait avoir un second tour des cantonales. « Puisque Michel Dagbert n'est pas un homme de gauche et que ses méthodes ressemblent davantage à celles de Nicolas Sarkozy. » Pas de doute, Jean-Paul Courchelle est bien retraité professionnellement mais pas encore politiquement.

(*) Aux cantonales de 2004, Michel Dagbert a été réelu et le FN est arrivé deuxième devant le PC.


Source : Nord Eclair
Jeudi 03 février 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article