Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Jean-Luc-Melenchon-32.jpgLa troisième position du candidat du Front de gauche-dans le sondage BVA-RTL-modifie la donne, même si ses partisans réfutent que cette progression porte ombrage à François Hollande.

«La force que nous accumulons est une force qui fait progresser toute la gauche et qui va lui donner la force de gagner !» Secrétaire national du PCF, Pierre Laurent réfute vigoureusement l'idée selon laquelle la percée de Jean-Luc Mélenchon pourrait porter tort à François Hollande. Mais il refuse tout autant de préciser qui sera le bénéficiaire à terme de cette dynamique: le candidat du Front de gauche ou celui du Parti socialiste… «Les marges de progression sont encore très importantes», promet Pierre Laurent alors que le sondage BVA-RTL fait pour la première fois de Jean-Luc Mélenchon le troisième homme, avec 14 % d'intentions de vote, devant Marine Le Pen et François Bayrou.

Deux paliers d'un seul coup

Le Front de gauche se sent d'autant plus fort que la menace d'un FN empêchant la gauche d'être au deuxième tour lui paraît inenvisageable. «Le pays n'est pas disposé à accepter les logiques de guerre civile», a soutenu jeudi Jean-Luc Mélenchon. Il se pensait très capable de croiser la courbe du candidat du MoDem mais n'osait pas rêver de passer aussi vite devant le FN, surtout après les événements de Toulouse. «Nous n'imaginions pas de passer les deux paliers d'un seul coup», confirme son directeur de campagne, François Delapierre. «Marine Le Pen, dit-il, a misé sur le fait que les communautés se dressent les unes contre les autres, ce n'est pas ce qui s'est passé.» Delapierre reste cependant prudent : «Ce n'est pas fini, c'est un seul sondage, mais si la chute du FN se confirme, cela changera la donne politique en France et permettra à la droite de faire un autre choix que la radicalisation…»

Quels que soient les résultats à venir, Jean-Luc Mélenchon semble porté par une réelle dynamique, dont le reflet est visible sur Internet. Dans le baromètre Web de la présidentielle Le Scan, disponible sur le site du Figaro, l'eurodéputé devance également Bayrou et Le Pen avec 6853 citations sur la journée de jeudi et 66 % d'avis positifs. Sur Facebook, le candidat et ses 53.500 «amis» - 77.500 pour François Hollande - dépassent Marine Le Pen (50.000). Et sur les sept derniers jours, Mélenchon remporte la palme du candidat le mieux perçu de tous auprès des internautes. Tout en sachant que la campagne numérique du Front de gauche est particulièrement active…

Pour Damon Mayaffre, chercheur au CNRS et auteur de Nicolas Sarkozy. Mesure et démesure du discours, aux Presses de Science Po, «Jean-Luc Mélenchon décomplexe la gauche par son discours de rupture qui joue sur la dissension, sur le clivage social. De manière analogue à ce qu'a fait Nicolas Sarkozy à droite en 2007, jouant lui sur un clivage moral.» «Il revient, indique Mayaffre, aux fondements de ce qu'est le discours politique : un combat d'idées, un lieu d'affrontement véritable.» Et selon lui, «admettre cette dimension de lutte valorise ceux qui l'écoutent. Jean-Luc Mélenchon leur offre de se réapproprier le statut du citoyen qui, depuis 1789, se définit au travers du combat et des revendications».

Sophie de Ravinel

Légende photo : Signe des temps, Jean-Luc Mélenchon a déjà 53 500 «amis» sur Facebook, soit seulement 22.000 de moins que François Hollande et déjà plus que Marine Le Pen. Crédits photo : POOL/REUTERS


Source : Le Figaro
Vendredi 23 mars 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article