Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Militants-Melenchon-meeting-les-Inrocks.jpgA trois mois du premier tour de la présidentielle, le leader du Front de gauche a choisi de concentrer le tir sur la candidate du Front national, qui veut conquérir les milieux populaires.

« Nous avons commencé la grande opération de nettoyage par rapport à la présence prétendue du Front national dans les milieux ouvriers et employés. » Jean-Luc Mélenchon, en déplacement à Metz mercredi, commente ainsi le face-à-face tendu qui a eu lieu plus tôt dans la journée entre Marine Le Pen et des militants du Front de gauche devant les grilles de l’usine automobile PSA, à Sochaux. La candidate du FN a réussi à distribuer des tracts mais n’a pas pu parler aux ouvriers.

"Dégonfler la baudruche" du FN

Lors d’une conférence de presse, avant un meeting rassemblant environ 2500 personnes, là où la candidate d’extrême droite en avait réuni, selon les partisans de Jean-Luc Mélenchon, « moins de mille » le 11 décembre, le candidat du Front de gauche tire au canon contre le FN, parlant d’une « semi-démente qui propose des solutions que personne ne peut croire sérieusement ». « Il faut dégonfler la baudruche », soulignent ses soutiens.

Explication à ce regain dans l’offensive contre Marine Le Pen, la bonne santé de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages. Il recueille entre 7 et 8 % d’intentions de vote et une enquête BVA le crédite même d’un « potentiel électoral » de 23 %. La candidate du FN est elle créditée de 20 % des intentions de vote. Dans cette bataille de premier tour, le candidat du Front de gauche met donc l’accent sur la lutte contre le FN, plus que sur les attaques contre le candidat socialiste, François Hollande. Plus question de « capitaine de pédalo ». « Je ne passerai pas ma vie à commenter la flottille électorale », ironise Jean-Luc Mélenchon.

Il se consacre donc à celle qui s’était décrite comme la candidate des « invisibles », ces Français des classes populaires et moyennes, premières victimes de la crise. Lors de son meeting, Jean-Luc Mélenchon s’adresse d’ailleurs à ces « invisibles », ces « maltraités » à qui « les belles personnes demandent de se tenir tranquilles ».

« Moi, ils me traitent de populiste, mais je suis fier d’être du peuple. A vous, ils vous font la pire des hontes. Soit vous êtes invisibles, vos luttes, on n’en parle pas, on le les voit pas. Soit ils vous insultent en disant que la classe ouvrière, donc le peuple, serait voué, assigné à résidence chez Mme Le Pen. »

« Pourquoi serait-elle votre représentante, elle qui ne parle que d’un seul sujet ? Chez elle, la génération d’avant en avait après les juifs, l’actuelle, c’est les musulmans, et la prochaine, ce sera sans doute les bouddhistes quand les Chinois auront pris la tête de l’économie mondiale ! » poursuit Jean-Luc Mélenchon, très en verve. « Jean-Marie Le Pen condamnait la bande des quatre, sa fille en fait partie ! Elle veut faire partie de ceux qui sentent bon, elle veut dédiaboliser, le Diable ne sentirait plus le soufre !»

"Nous sommes le parti du partage"

Mais attention, lance le leader du Front de gauche, « ne soyez pas ballots ! » Rien de ce que propose Marine Le Pen, logement, emploi, salaires, fiscalité, n’est « en faveur des ouvriers, des employés ».

Sous les vivats de ses partisans, il lance : « Nous sommes, nous, le parti du partage. Nous sommes les partageux. Ne vous laissez pas entrainer par le parti de la haine qui veut vous diviser ! » Jean-Luc Mélenchon avait dit lors de sa conférence de presse vouloir « reconquérir les cœurs et les esprits de ceux qui se sont égarés » au FN pour « les éloigner de ceux qui sont infestés pour toujours ». L’opération de « débanalisation » de Marine Le Pen est bel et bien lancée.

Hélène Fontanaud

Crédits photo : Des militants au meeting de Jean-Luc Mélenchon le 18 janvier à Metz (Guillaume Binet/M.Y.O.P)


Source : Les Inrocks
Jeudi 19 janvier 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article