Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Le-Pen-Yasukuni.jpgJean-Marie Le Pen ne changera décidément jamais. Le leader du Front national, multi-récidiviste condamné pour ses propos négationnistes et pour avoir fait l'éloge de la modération de la Gestapo nous expliquait en avril dernier que le régime de Pétain avait protégé les juifs alors que c'est la police française qui a procédé à la rafle du Vel d'Hiv et que la législation antijuive du régime de Vichy n'a pas été imposée par les Allemands, mais résulte de la volonté politique de Pétain et des siens qui étaient maladivement antisémites. Marine Le Pen et Steeve Briois n'ont pas relevé... Menteur et tricheuse cautionnent les propos particulièrement graves de Jean-Marie Le Pen.

Rien ne l'arrêtant, Jean-Marie Le Pen s'est rendu au Japon en fin de semaine dernière à l'invitation du parti Issuikai, un groupuscule ultranationaliste qui nie entre autres l'ampleur des atrocités attribuées à l'armée impériale nippone avant et pendant la Seconde guerre mondiale, notamment le massacre de Nankin qui a fait 100 000 morts.

Accompagné de son bras droit Bruno Gollnisch et de tout le gratin de l'extrême droite internationale, du Vlaams Belang flamand aux hongrois de Jobbik, un parti xénophobe, raciste et antisémite dont l'aile paramilitaire, la garde hongroise, défile en uniforme et fait le salut du parti hitlérien de Szalasi, « Szebb jövöt ! » (un meilleur futur), Jean-Marie Le Pen s'est rendu au sanctuaire de Yasukuni, une nécropole où reposent les corps de près de 2,5 millions de soldats japonais morts depuis 1869 et qui symbolise le passé colonialiste du Japon. En particulier, depuis 1978, on y honore 14 criminels de guerre de classe A, dont le général Tojo et six autres dirigeants japonais condamnés à mort et exécutés par les Alliés après la capitulation du Japon. Interrogé par RFI sur cette visite controversée, le président du FN a répondu en citant le collaborationniste Robert Brasillach, directeur du journal antisémite "Je suis partout", financé par les nazis : « Je ne suis absolument pas gêné d’aller à Yasukuni [...]. Je fais mienne le vers de Brasillach, ‘le sang qui a coulé est toujours un sang pur’ ».

A Hénin-Beaumont, toujours aucun commentaire de Marine Le Pen et de Steeve Briois, pas plus que de Georges Bouquillon, leader de l'Alliance prétendument "Républicaine", l'acolyte de Steeve Briois spécialiste en débats télés truqués avec le FN et en recours électoraux préparés avec le FN qui déclarait récemment pour faire plaisir à ses copains frontistes que "le FN n'est pas un parti fasciste"...  Georges Bouquillon a donc sans doute une autre explication sur la visite de Jean-Marie Le Pen au sanctuaire de Yasukuni. On a hâte de l'entendre... Le PCF reviendra dans son prochain tract sur ce nouveau dérapage particulièrement abject du leader du Front national.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cheforever 19/08/2010 13:06



A hénin beaumont nous avons la meme mouvance alors.......



motivé 19/08/2010 06:45



Le F.N ne changera jamais. Qui se ressemble s'assemble. Le menteur BRIOIS essaie de cacher la nature du F.N aux Héninois.


Bravo David de nous informer avec tes articles. Nous serons toujours vigilants et nous ne laisserons pas passer ce parti à HENIN-BEAUMONT.