Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Bruno-Troni-2.jpg| COMMUNAUTÉ D'AGGLO LENS-LIÉVIN |

Demandé par le groupe communiste en avril, le rapport commandé par la Communauté d'agglomération de Lens-Liévin sur la situation financière de la société d'économie mixte ADEVIA a été présenté vendredi soir au conseil de la CALL. « Plus que d'un rapport, on peut parler d'une photo financière », déplore Bruno Troni, président du groupe communiste à propos du document produit par un cabinet d'expertise comptable. Le contexte était connu puisque les difficultés de la SEM ont déjà été soulignées par la chambre régionale des comptes.

Les communistes ont demandé le retrait de la délibération jointe, celle prévoyant un apport de 3 millions d'euros à l'entreprise. Cet argent doit permettre de soutenir l'activité dans un contexte délicat où les banques ne sont guère prêteuses. ADEVIA a d'ailleurs sollicité quatre autres collectivités (ses principaux actionnaires publics dans l'Artois) à hauteur totale de 18 millions d'euros.

Il faut bien reconnaître que le spectre d'un dépôt de bilan fait peur à tout le monde, que ce soit pour le personnel ou pour l'emploi généré par les chantiers. « Mais il ne faudrait pas que cette avance remboursable se traduise en augmentation de capital qui, elle, ne sera pas remboursable », poursuit Bruno Troni qui en fait une question de principe.

« Des mesures sont à prendre pour ne pas mettre la SEM en cessation de paiement mais la CALL à elle seule ne peut sauver ADEVIA », estime à son tour Dominique Robillard pour le groupe républicain (MRC). Inquiet face aux déficits enregistrés depuis plusieurs années, ce groupe s'abstiendra.

Pourtant le débat a bien eu lieu au sein même d'ADEVIA, souligne Jean-Paul Decourcelles, membre du conseil d'administration de la SEM en tant que censeur. L'adjoint au maire de Lens rappelle que les banques sont montées au créneau dans l'histoire : « La demande d'intervention financière par les collectivités a été demandée par les banques pour sauver la trésorerie ». Avant de s'engager, il propose une alternative : conserver l'argent pour soutenir les collectivités qui seraient en difficulté du fait de l'incapacité de la SEM à emprunter.

Le meilleur défenseur du soldat ADEVIA, c'est encore Michel Bouchez. Le maire de Fouquières-lez-Lens estime que les banques ont voté tous les projets proposés par la société et qu'elles seraient malvenues de revenir dessus, que si les élus ont voté ces projets, c'est qu'ils sont utiles, qu'en conséquence on ne doit pas attendre pour les mettre en route.

Daniel Dernoncourt, adjoint à Liévin, évoque pour sa part « la vive inquiétude des représentants du personnel », émise lors du CA du 6 juin. Quant à Jean-Pierre Kucheida, président de la CALL, il se veut pragmatique : « C'est l'emploi dans la région qui est en cause. Par les temps qui courent, on ne peut pas se permettre un tel luxe ». Le maire de Liévin assure à Bruno Troni que cet argent avancé ne tournera pas « en aucun cas » en augmentation de capital. La majorité a voté pour, le PC contre, le MRC s'est abstenu. • 

PH. BESSIN

Légende photo : Les communistes ont voté contre, le MRC s'est abstenu.


Source : La Voix du Nord
Dimanche 24 juin 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article