Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

logo-SNES.gifLes enseignants SNES-FSU du lycée Darchicourt d'Hénin Beaumont soutiennent les actions que mènent les 17 et 18 mars les personnels et parents du collège G.Philipe, ainsi que toutes celles concernant les établissements du bassin minier.
Ils condamnent la politique actuelle de diminution injustifiée des moyens accordés à l'Education nationale, tout particulièrement dans une région et un bassin d'emploi économiquement défavorisés.
Les beaux discours de l'inspection académique et du rectorat ne peuvent convaincre personne, les faits sont là, et ils sont têtus ! Hausse d'effectifs, exigences en baisse, filière technologique en voie de disparition (cf. les suppressions de postes au lycée Pasteur d'Hénin Beaumont), voeux d'orientation qui risquent de ne pas être respectés faute de place dans les filières demandées, etc...

Parallèlement, le nombre d’heures supplémentaires données aux professeurs explose, les rendant moins disponibles pour leurs élèves. Ainsi, au lycée Darchicourt, elles correspondent à 10 % de la dotation horaire, soit plus de 2 h en moyenne par professeur (alors qu'il n'est pas possible légalement d'imposer plus d'une heure supplémentaire), 256 heures qui pourraient être transformées en 14 postes !

Les enseignants SNES-FSU du lycée Darchicourt dénoncent également le tour de passe-passe du rectorat pour ne dévoiler les suppressions de classes dans les écoles maternelles et primaires qu'au lendemain du 2ème tour des élections cantonales et éviter ainsi que la question des 16 000 suppressions de postes ne vienne déranger davantage la campagne électorale et mette en difficulté des candidats qui ont soutenu un budget prévoyant ces suppressions de postes.

Enfin, pour réussir l'éducation, l'insertion sociale et professionnelle des élèves de notre territoire et ainsi éviter le décrochage scolaire, ils exigent l’abrogation de la réforme Chatel du lycée dont l’objectif premier est de réaliser des économies sur le dos des élèves, la remise à plat de la formation des enseignants stagiaires, ainsi que l'amélioration de la condition des remplaçants dans l'académie (dont certains pourraient être envoyés du jour au lendemain à Fourmies ou à Montreuil pour remplacer un professeur absent !).

Le gouvernement cherche à réaliser des économies, mais supprimer 16 000 postes (865 pour la seule académie de Lille), c'est « économiser » 500 millions d'euros, bien peu au regard des 679 millions d’euros que coûtait le bouclier fiscal chaque année, et comment qualifier d'  « économies » ce qui est une régression ? Dans une société qui se veut de progrès, l'Ecole doit être un investissement ! C'est ce que nous défendrons samedi 19 mars en manifestant à Paris et à Lille !


Karine Boulonne
Secrétaire académique du SNES-FSU
Professeur au lycée Darchicourt d'Hénin Beaumont

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article