Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Marche-12-06-09.jpg| MUNICIPALES J-15 |

Ils avaient abandonné la campagne électorale, sur les mêmes lieux, dans la grisaille de mars 2008. Quinze mois plus tard, c'est reparti, cette fois non plus pour un marathon électoral mais une course de sprint afin d'être en tête le 28 juin. Top-départ avec comme sempiternel décor le marché d'Hénin.

PAR PASCAL WALLART
henin@info-artois.fr

« Ça y est, les revoilà ! » Mi-amusé, mi-agacé ce commerçant, lisse sa moustache d'un air malicieux, en voyant débouler, en vagues régulières, des cohortes de distributeurs de tracts, sourire à la Kennedy de rigueur, marquées à la culotte par équipes télé et radios. Vous aviez aimé la campagne 2008 et ses cinq parfums ? Alors vous adorerez celle qui s'annonce puisqu'elle double pratiquement la mise avec neuf sensibilités passées au crible de la vox populi. Neuf sur la ligne de départ, mais pas autant d'ores et déjà dans les starting blocks. Hier matin, point de Pierre Darchicourt, de Régine Calzia, Séverine Duval ou Laurent Bocquet sur le terrain.

Ceux-ci en sont sans doute encore à l'étape bouclage de documents et imprimerie avant que d'affronter, la semaine prochaine, le regard et les réparties pas toujours très amènes des Héninois.

Ce vendredi, il y avait déjà cinq listes en ordre de bataille, stratégiquement déployées de République à Wagon pour placer leur prose dans un maximum de cabas entre poulet rôti, sossiskis et une douzaine d'oeufs. À ce petit jeu-là, le duo Briois-Le Pen révisant ses gammes à longueur d'année est affûté comme une lame de Tolède. Poignées de mains à gogo, remarques acides clouant au pilori la concurrence à gauche. Du velours... Tout sourire également qu'un Daniel Duquenne prêt à user de la semelle deux semaines durant, persuadé qu'il est que son équipe, rodée et soudée, a un bon coup à jouer dans la configuration de ce scrutin. Un sourire partagé par sa seconde de liste, la jeune Caroline Troy, montant en première ligne sans montrer pour autant le moindre trac.

À quelques mètres de l'aréopage Alliance républicaine, l'autre liste poids lourds à gauche, que le front mené par Pierre Ferrari. Comme à son habitude, drapé dans un impeccable costard-cravate, le jeune MJS est toujours sur un nuage après son coup d'éclat de jeudi. Avec dans son sillage David Noël, Jean-Pierre Policante et Patrick Piret, «  l'homme qui a osé défier le PS » comme aime à le dire un de ses suiveurs, distribue tapes sur l'épaules et signaux d'empathie. Un peu plus loin, Nesredine Ramdani et un colistier s'affairent, un tantinet stressés, pour lancer leur tractage. De l'autre côté du marché, François Lendzion, cabas à la main, cherche désespérément sa tête de liste dans la foule. Un mouvement incessant jusque midi, moment où les militants s'égaient et les clients itou. C'est le moment que choisit Jean-Marie Monka pour tracter dans un semi-désert.

Mauvais timing !


Source : La Voix du Nord
Samedi 13 juin 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article