Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

tour-de-Babel.jpgNicolas Sarkozy aurait décidé de lancer un grand débat sur la laïcité, l'islam et l'immigration. Nous ne le laisserons pas souffler un nouvel écran de fumée nauséabonde comme ce fut le cas lors du débat sur l'identité nationale. Nous ne le laisserons pas passer à côté de la question sociale qu'il essaye d'escamoter à tout prix alors qu'elle est une préoccupation quotidienne des hommes et des femmes de ce pays. Enfin, nous ne le laisserons pas se servir d'un concept préfabriqué comme le multiculturalisme pour pousser les feux d'une sorte de culture nationale d'Etat au rabais et aux relents néocoloniaux.

Notre pays est marqué à la fois par une culture commune et une vraie diversité culturelle. C'est notre force. La laïcité n'est pas lepénisable. La laïcité n'est pas une machine à discriminer, elle est à la fois une grammaire du vivre ensemble et la garantie que l'Etat n'est pas confisqué au profit de quelques uns. On est bien loin des valeurs de la laïcité dans la France de Nicolas Sarkozy !


Pierre Dharréville,
Responsable des questions de « relations avec les croyants » au PCF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E


On est bien d'accord mais précisément cela interpelle, à mon avis, les révolutionnaires (?) que nous sommes. Au delà du cas évoqué ci-dessus, il faut bien constater que le FN influence
aujourd'hui nombre de salariés parmi les plus modestes, y compris parmi ceux qui on manifesté pour la retraite à 60 ans! S'il en est ainsi c'est tout de même qu'il y a quelque chose qui cloche
dans la politique et la stratégie des organisations sensées représenter les intérêts de la classe ouvrière en général (je pense à la CGT et au PCF). Si la démagogie de la fille de l'autre fait
tant de ravages dans les consciences c'est peut être que sont discours sonne juste aux oreilles de ceux qui souffrent...


Pour ma part je pense que le virage de la CGT vers la CES et son européisme assumé comme celui du PCF vers le PGE et la tarte à la crème de "l'europe sociale" y sont pour quelque chose.


Les gens du FN qui sont de fins politiciens ont su s'infiltrer dans cette brèche laissée béante par les organisations ouvrières qui croient se refaire la cerise en flirtant avec la bien
pensance de "gôche" et brouillent aujourd'hui les cartes.


Pourvu que l'on sache se ressaisir à temps...! 



Répondre
E


Nous vivons tout de même une drôle d’époque où les repères les plus fondamentaux semblent parfois s’estomper.


Même s’il s’agit sans doute d’un cas très marginal la dépêche ci-dessous (dans “Le Monde”) ne manque pas d’inquiéter,
d’autant que la popularité de la fille Le Pen est forte dans les milieux populaires salariés...


Information soumise à votre réflexion... 


Militant CGT et candidat FN : la centrale syndicale dit non





Peut-on cumuler affiliation à la CGT et au Front national ? Visiblement non, estime la centrale de Montreuil, qui a suspendu le
syndicat des agents territoriaux de la mairie de Nilvange (Moselle), au motif que son responsable est candidat du Front national (FN) aux élections cantonales de mars.


"Les idées du FN n’ont pas leur place à la CGT. Cet adhérent a défendu publiquement les thèses du FN sur la préférence nationale,
l’immigration comme cause du chômage et contre la régularisation des sans-papiers", s’est indignée la fédération CGT des services publics dans un communiqué reçu à Metz lundi 21 février.


"Les 26 adhérents du syndicat de Nilvange ayant dans leur majorité refusé de désavouer leur secrétaire général, la fédération a
décidé, conformément aux statuts confédéraux et fédéraux, la suspension immédiate de l’affiliation du syndicat de Nilvange", a poursuivi la direction nationale des services publics.


"PAS D’INCOMPATIBILITÉ"


Joint par l’AFP, le cégétiste et candidat frontiste, Fabien Engelmann, a indiqué qu’il "ne voyait pas d’incompatibilité entre ses
convictions affichées et son engagement syndical". Il ajoute qu’il est "passé du Nouveau Parti anti-capitaliste (extrême gauche) au nouveau Front national de Marine Le Pen avec le soutien de ses
camarades de section".


Pour le secrétaire de l’union CGT de la Moselle, Denis Pesce, "il y a une opposition totale entre les valeurs de la CGT et les
thèses du FN".


lundi 21 février 2011


 


 


 


 



Répondre
D


Comment ce militant CGT a-t-il pu ne pas voir qu'il y avait incompatibilité totale entre les valeurs de la CGT et du mouvement ouvrier et celles d'un parti nationaliste, raciste et xénophobe
comme le FN ? Le FN, c'est l'antithèse de ce que défend la CGT, c'est le pire ennemi du mouvement ouvrier. Partout où l'extrême droite a été au pouvoir, en Espagne, en Italie, en Allemagne, les
syndicats ont été interdits et les syndicalistes persécutés et assassinés.