Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

sommaire lettre relations internationales decembre 2009Palestine : quelle est la question ?

Un an après les 1 400 morts (dont une majorité de civils) sous les bombes israéliennes à Gaza, nul ne peut faire comme si rien ne s’était passé, comme si on pouvait tranquillement continuer comme avant... Surtout après qu’un rapport officiel de l’ONU – sans épargner les tirs du Hamas – qualifie ces bombardements de crimes de guerre, voire de crimes contre l’humanité.

L’Union européenne s’est contentée trop longtemps de suivre Washington pas pas et d’approuver un envoyé spécial du Quartet, Tony Blair, qui n’a strictement rien fait. L’UE semble aujourd’hui avoir saisi la nouveauté de la situation. Elle a en effet adopté le 8 décembre dernier une déclaration dans laquelle les pays membres rappellent plusieurs exigences : édification d’un État palestinien indépendant à côté de l’État d’Israël ; arrêt des “implantations” ; non reconnaissance de l’annexion de Jérusalem-Est ; solution dans les frontières de 1967... Le ton est un peu plus ferme.

Certes, il faut s’interroger. Pourquoi l’Union européenne ne propose-t-elle pas une initiative autonome et continue de s’en remettre à l’action des États-Unis ? Pourquoi le mot colonie n’apparaît jamais dans ce texte ? Pourquoi, un an après Gaza, il n’est pas demandé clairement la levée du blocus qui étrangle littéralement cette partie de la Palestine ? Pourquoi il n’est pas question du rapport Goldstone ? Pourquoi il n’y a pas un mot sur les prisonniers ?

Autant de questions pertinentes... Mais est-ce vraiment l’essentiel aujourd’hui ? Nul ne peut s’étonner que la France et ses partenaires européens, non seulement laissent faire Washington à sa guise, mais choisissent d’arrondir les angles pour ne pas fâcher leur allié privilégié israélien... quels que soient les événements...

Sauf qu’il ne s’agit plus simplement “d’événements”. Une question décisive est aujourd’hui posée. Une page est tournée. La mort du processus d’Oslo est actée. Il n’y a plus de négociation. Les faits accomplis de la colonisation mettent en question les conditions et la possibilité d’un État palestinien souverain et viable. La brutalité de l’occupation militaire et l’absence de perspective politique ont créé une division très préjudiciable au peuple palestinien...

La situation est d’une gravité exceptionnelle. Il ne suffit pas d’appeler pour la enième fois à la négociation, même sur un ton un peu plus appuyé ! Il ne suffit pas de renvoyer une solution véritable à un futur et hypothétique « statut final » dont on parle toujours sans jamais l’entrevoir. La question posée est : comment sort-on de cette impasse ? Comment peut-on dégager un nouveau chemin, un nouveau cadre international une Conférence ?) pour un vrai règlement politique, conforme aux résolutions de l’ONU et un droit international ? Quelle responsabilité collective pour ce qu’on appelle “la Communauté internationale” ? Comment contraindre réellement les autorités israéliennes s’engager dans une telle voie ?

Ce sont ces questions qu’il faut poser et auxquelles la France et l’UE devraient apporter des réponses. Les communistes et bien d’autres progressistes ont décidé de poursuivre et d’amplifier l’action pour l’édification d’un état palestinien (dans les conditions que l’on connaît), pour le démantèlement du mur et la libération des prisonniers, pour un règlement politique dans la justice et une sécurité partagée. Dans cet esprit, une campagne unitaire pour l’application de sanctions a été ancée en France et sur le plan international. Une campagne tournée contre la colonisation puisqu’il s’agit là du problème essentiel.

Le PCF s’y engage comme il s’engage dans le soutien à la marche internationale contre le blocus de Gaza, la Gaza Freedom March du 1er janvier 2010. N’oublions pas : après Gaza, la situation est plus grave, mais la sensibilisation et le jugement critique de l’opinion publique sont plus forts. Il faut transformer l’indignation en raison d’action et de rassemblement.

Jacques Fath
Responsable des Relations Internationales du PCF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jaures 30/12/2009 12:55



à cimares.
votre analyse est pertinente.
je répete à tous ceux qui veulent entendre que le moment est venu de se débarasser de cette maffia socialiste qui ruine , en se gavant, la région nord-pas de calais,depuis plus de 40
ans.
serais-je écouté ? j'ai l'impression de precher dans le désert.
de gaulle disait "les français sont des veaux".je dirais les chtis sont "des veaux".ils sont capables de réelir des gens qui se sont servi de la région pour s'enrichir ,au lieu de servir la
région.ils n'augmentent pas les impots dans l'année des élections,pour pouvoir matraquer ,dés leurs réelections.
regardez bien cette équipe de cumulars qui empeche les jeunes, honnetes et compétents , d'émerger.
méfions nous de ces incapables.et comme la pub de vittel..."votez..éliminez"



cimares 30/12/2009 12:00


Et la suite sera plus vraie que le conte: vous verrez, lors des différentes cérémonies des voeux comment les uns et les autres vont se féliciter réciproquement, se regardant le nombril et
s'autocongratulant sur les destinées de cette régions et sur leur capacité à être les meilleurs à dynamiser et à favoriser ce secteur.
Heureusement qu'ils sont là pour le dire et qu'ils disposeront de la tribune nécessaire pour en persuader ceux qui souffrent.
La période est propice: on dira du mal de ceux qui gouvernent à l'échelon national et on répétera à l'envie qu'en dehors des dignes représentants des forces qu'ils représentent, point de salut...
Mais sont-ils les représentants de la gauche ? ou ne seraient-ils pas quelques usurpateurs profitant d'une idéologie généreuse et d'une population croyante, soumise et qu'ils maintiennent dans la
résignation ?


Marguerite 29/12/2009 18:29


Georges et le père Noël (épisode 2)

Nous étions le 24 décembre et lutin Georges ne savait plus où donner de la tête.

Père Noël JMA:"Lutin Georges ! Mon traineau est-il prêt ?"

Lutin Georges : "Pas encore Père Noël mais ne t'inquiètes pas je m'active !"

Père Noël JMA : "Dépêches-toi ! Et n'oublies pas d'aller chercher mes rênes ! "

Lutin Georges se pressa alors d'aller chercher les rênes du Père Noël JMA.

Lutin Georges : "Facon , Génisson , Percheron , Mouton ! Venez ! Il va être l'heure de partir pour la distribution de Noël !"

Lutin Georges attacha Génisson , Percheron , Mouton , Facon au traineau puis il plaça les cadeaux à l'arrière de celui-ci !

Père Noël JMA : "Lutin Georges !N'oublies pas de mettre le cadeau de mon cher filleul dans le traineau! Je commencerai ma distribution en passant tout d'abord par les Vosges ! "

Lutin Georges : "Pas de problème Père Noël , je ferai tout ce que tu me demanderas de faire !"

Lutin Georges termina de charger le traineau puis il se retourna vers le Père Noël JMA et lui demanda : "Dis-moi Père Noël , as-tu prévu un petit cadeau pour mon ami Bruno Bilde ?

Père Noël JMA : "Ne t'inquiètes pas , j'ai effectivement prévu un cadeau pour ton ami Bruno , je le garde précieusement avec moi  jusqu'à ce que je lui dépose au pied de son sapin !
Tu as vraiment l'air de l'apprécier ton ami Bruno n'est-ce pas lutin Georges ? "

Lutin Georges : Ho oui Père Noël ! Bruno , c'est mon meilleur ami ; il m'aide dans tout ce que j'entreprends ! Par exemple , c'est lui qui m'écrit mes discours , mes recours ou mes articles ... car
moi tu sais , la communication n'est pas mon point fort !"

Père Noël JMA : "Tu sais lutin Georges , on ne peut pas être fort dans tous les domaines. Tu as aussi des qualités !"

Lutin Georges : Ha bon ? Lesquelles ?

Père Noël JMA : Tu es très fort pour manipuler et trahir les gens !

Lutin Georges : "Ho oui , ça c'est bien vrai Père Noël !"

Père Noël JMA  : "Pourquoi cela te fait rire lutin Georges" ?

Lutin Georges : "Je ris car je me rappelle de la tronche des adhérents de l'AR quand je leur ai dit que je me ralliais à toi ! Les pauvres ! HA HA HA !!!!! Ils suivent vraiment comme des moutons
!

Père Noël JMA :"Ha lutin Georges ! Sacré petit lutin !"

Lutin Georges : "tu sais Père Noël JMA  , sans toi ni Bruno je ne serais rien !

Père Noël JMA : " Ho ! Il est l'heure que je parte ! Souhaites-tu m'accompagner ?"
 Lutin Georges:"Oui Père Noël JMA avec grand plaisir !
J'en profiterai pour aller faire un petit bisou à Bruno s'il n'est pas encore couché ! "

Père Noël JMA partit , accompagné de lutin Georges et de ses rênes Génisson , Percheron , Mouton , Facon , pour la grande distribution de Noël .
Ils effectueront leur premier arrêt dans les Vosges , où les attend Gégé , le filleul de JMA , pour préparer les prochaines élections municipales ...

Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ne saurait être que fortuite.


David NOËL 29/12/2009 21:22



J'aime beaucoup !