Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Mediatheque-09-10-10.jpgLa médiathèque d'Hénin-Beaumont a donc été baptisée samedi matin, en présence de tout le ban et l'arrière ban socialiste local, à commencer par Catherine Génisson, première secrétaire fédérale du PS, vice-présidente de la région en charge de la culture, qui a trahi Pierre Ferrari durant la campagne 2009 et a soutenu la liste Duquenne contre les décisions du PS national parce que nous lui avions signifié que nous ne voulions pas du soutien de Jean-Marie Alexandre et que nous ne travaillerions pas avec les barons véreux qui avaient soutenu Dalongeville. Complètement soumise à Daniel Percheron, Catherine Génisson a tout fait pour faire perdre la liste Un Nouvel Elan pour Hénin-Beaumont.

Je me souviens comme si c'était hier de la rencontre dans son bureau, quelques jours avant le dépôt des listes, en présence d'Eric Mouton, Pierre Ferrari, Albert Facon et Hervé Poly. Catherine Génisson nous proposait de rayer de la liste que nous voulions former les noms de Jean-Pierre et Claudine Policante, à la demande de Jean-Marie Alexandre qui avait d'autres noms à lui présenter et devait être là dans une demi-heure. Eric Mouton avait déjà accepté. Pierre Ferrari et moi-même étions consternés de la faiblesse politique d'Eric Mouton qui avait renié en quelques instants un combat qu'il menait depuis quatre ans.

Totalement soutenu par mon premier secrétaire fédéral, j'ai répondu à Catherine Génisson : "De une, je ne laisse pas tomber un ami et un compagnon de combat. Et de deux, Jean-Marie Alexandre est le parrain politique de Dalongeville, il l'a soutenu jusqu'au bout, a appelé à me virer parce que j'avais voté contre le budget de Dalongeville. Je le considère pour un pourri. Il est persona non grata à Hénin-Beaumont. On n'en veut pas durant la campagne ni après et on ne veut pas des noms qu'il a à proposer. Il faudra choisir, Mme Génisson. Ce sera soit le PC, soit Alexandre."

Emmerdée, Catherine Génisson m'a redit : "Il sera là dans une demi-heure. Il y a des accords à la région avec le MRC", ce à quoi j'ai répondu "eh bien moi, je n'en ai rien à faire des accords de Percheron et Alexandre à la région, on prépare une liste sur Hénin !".

Le soir même, après une réunion particulièrement houleuse lors de laquelle Catherine Génisson et Albert Facon avaient pu constater que tous nos amis et militants étaient derrière nous, nous décidions d'y aller derrière Pierre Ferrari et avec le MoDem tandis qu'Eric Mouton, qui avait lié son destin à celui de Génisson et Alexandre claquait la porte.

Sans aucune honte, Catherine Génisson était donc là samedi matin pour baptiser la médiathèque Gérard Delsaux à la demande de ses amis de l'Alliance Républicaine, la liste d'incapables qui a gagné en 2009 à la faveur d'un pacte de non-agression conclu avec le FN et qui a immédiatement rallié le système Alexandre. Qui se ressemble s'assemble...

Pas grand monde ne connaît Gérard Delsaux à Hénin-Beaumont. Il est pourtant rarissime de donner le nom d'une personne vivante à un équipement culturel. Premier directeur de la médiathèque du temps où elle était encore intégrée à la MJC, Gérard Delsaux est un ancien conseiller municipal socialiste qui été élu sur une liste socialiste dissidente en 1983 contre Jacques Piette à qui il reprochait d'avoir fait l'union PS-PC. Au dernier conseil municipal, Marine Le Pen s'est bruyamment félicitée que l'Alliance Républicaine donne à la médiathèque le nom d'un visionnaire contempteur de l'union de la gauche...

L'explication est toute simple. Gérard Delsaux est un proche de l'équipe en place.

Je me félicite néanmoins qu'enfin, le parc informatique de la Médiathèque soit renouvelé. La Médiathèque d'Hénin-Beaumont était la seule médiathèque du secteur où il était impossible d'aller sur internet.

Fossoyeur de la culture, Gérard Dalongeville était en guerre ouverte avec le conservateur de la Médiathèque, Daniel Mayeur, qu'il considérait comme un proche de Georges Bouquillon, et avait chargé son directeur des affaires culturelles, Marc Bernalicis de faire le sale boulot. A juste tire, M. Bernalicis m'avait demandé de signer une note indiquant aux directeurs d'équipements culturels que les commandes de matériel devaient être visées et validées par le directeur du service culturel. Je trouvais sa demande légitime et logique. Sauf que régulièrement, M. Bernalicis retoquait les commandes avec des annotations manuscrites du style "Pourquoi encore des protège-cartes plastifiés à la Médiathèque ? N'en reste-il pas en stock cachés de l'an dernier ? Avis défavorable."

Je me suis retrouvé au milieu d'une guerre de tranchées. Constamment humilié par M. Bernalicis, le conservateur de la Médiathèque était tombé en arrêt maladie tandis que j'étais viré du bureau municipal pour opposition dès le mois de septembre 2008.

J'ai malgré tout pu travailler avec l'équipe de la Médiathèque, une équipe courageuse et dévouée qui a pu, dans un contexte très difficile, maintenir le navire à flot et proposer des événements comme le mini concert de la Saint-Valentin, au sein de la discothèque.

Samedi, donc, la Médiathèque fêtait son 30ème anniversaire. L'aube d'un nouveau départ, on l'espère tous. Pierre Ferrari, président d'Un Nouvel Elan pour Hénin-Beaumont, entouré de toute son équipe était présent pour l'événement, animé par Saverio Maligno, de La Compagnie. Comme il fallait s'y attendre, Catherine Génisson a refusé de discuter avec Christine Coget. Qu'elle reste enfermée dans sa tour d'ivoire, à refuser d'entendre la colère qui monte contre les choix lamentables du PS. Samedi, l'inauguration de la Médiathèque en présence de Jean-Marie Picque et Caroline Troy ressemblait furieusement à un lancement de campagne cantonale, une récupération politicienne visible comme le nez au milieu de la figure et particulièrement choquante.

Bravo à M. Mayeur et à toute son équipe et tous mes voeux de succès à la Médiathèque d'Hénin-Beaumont, en espérant qu'elle redeviendra vite ce phare de la culture qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'être. Qu'ils sachent qu'ils pourront toujours compter sur mon soutien déterminé pour faire rayonner notre belle Médiathèque.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

anonyme 11/10/2010 13:34



tu as raison ,david,


faible et influençable(y compris par grison) sont ses deux seules qualités.



cimares 11/10/2010 12:59



Ce qu'il y a d'intéressant dans cette description des faits, c'est que nous n'avons qu'une version. Pas un n'interviendra pour montrer son désaccord sur la version des faits.


Il en va ainsi pour toutes les décisions du potentat du PS 62. Il décident, quand l sectin approuve, elle est naturellement exemplaire, quand la section conteste, ses membres se trouvent exclus
sans explication supplémentaire.


Comment voulez vous que ce comportement ne crée pas de frustrations?


Et qu'on vienne pas me dire que j'abhorre le PS comme j'ai pu la lire par ailleurs: ce que j'abhorre, ce sont les usurpateurs qui pervertissent une idéologie et travestissent les méthodes.



David NOËL 11/10/2010 18:52



Vous comprenez quelle a été ma stupéfaction et ma colère lorsque durant la campagne municipale 2009, Daniel Duquenne et Georges Bouquillon ont osé nous présenter comme d'ex-complices de
Dalongeville (qui nous avait virés pour opposition, rappelons-le), eux qui ont accepté le soutien de Jean-Marie Alexandre !



anonyme 11/10/2010 10:17



ceci est une confirmation éclatante qu'eric mouton est une vraie pute politique.lui l'ancien carté R.P.R.


il avait  rejoint le P.R.G.,sur ordre de dalongeville,qui lui demandait de recuperer une nouvelle banniere.


c'est ce qu'on appele avoir des convictions politiques,sans doute.!!!


il aida l'A.R.,par derriere(deformation professionnelle,sans doute)


à voir son parcours politique si contrarié,c'est un vrai cameleon-mechoui...



David NOËL 11/10/2010 10:28



Je trouve l'expression très dure, je n'irai pas jusque là, mais je dirai simplement qu'il a été faible et influençable sur ce coup là...



Jean-Eric 11/10/2010 08:24



Tu as parfaitement résumé 1977.


Jacques Piette appliquait les accords passés entre PCF et PS naissant.


Que dire de la mise en raiseau des médiathèques et bibliothèques de la CAHC?


Je la qualifierai comme une avancée; il importe à présent d'aller de l'avant, d'inover, d'être visionnaire.


A l'heure du numérique, rien n'empêche de se mettre en réseau avec des stuctures qui ont numérisé un fond documentaire inépuisable.


A quand la consultation de la BNF, de l'INA ?


Une idée à faire fructifier.


Aux responsables politiques d'agir!