Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Photo-eglise-Saint-Martin.jpgOn devine sa silhouette de loin. Dressée sur le plat pays d’Hénin-Beaumont, l’imposante église Saint-Martin domine la ville. Pendant que les habitants encaissent, subissent et dépriment, elle résiste. Elle reste la même, en dépit du climat particulier qui règne sur place. Mais surtout, elle devient un observatoire privilégié de la vie locale. En particulier pour Jean-Marie Loxhay,  prêtre de la paroisse. Bâton de pèlerin à la main, le curé d’Hénin-Beaumont n’hésite pas à y prêcher la bonne parole... à sa façon.

« Je suis arrivé à Hénin-Beaumont il y a cinq ans, juste au moment où les affaires étaient chaudes. Je savais donc très bien là où je mettais les pieds. Par choix, j'ai toujours été en paroisse ouvrière. Mais, ici plus qu’ailleurs, les gens portent en eux des choses lourdes.  L'Eglise se doit d'être avec eux, de les accompagner.  Dès mon arrivée, j’ai voulu favoriser le vivre ensemble dans un esprit d'ouverture et de dynamisme. La communauté chrétienne, ce n'est pas seulement la messe du dimanche. Il faut aller vers l’autre, lui tendre la main. »

Les mots de Jean-Marie Loxhay sont simples, reviennent aux fondamentaux de l’action de l’Eglise. Mais sa parole prend un poids particulier dans le contexte politique de la ville. Il ne fait ainsi pas secret de ce qu’il pense et parle spontanément de l’implantation du Front National à Hénin-Beaumont. « Je considère simplement que certaines idéologies, au cœur de notre société actuelle, ne sont pas compatibles avec l’Evangile et la parole de Dieu. Tout ce qui est de l’ordre du refus de l’entraide, de la solidarité et de la fraternité, et surtout du rejet de l’autre et de l’étranger est clairement antiévangélique. Dans l’Evangile, on dit que Jésus relève quelqu’un. En grec, il n’existe qu’un mot pour « relever » et « ressusciter ». Jésus remet debout des gens. C’est le cœur de la parole de Dieu et de notre action à Hénin-Beaumont. Mais quand on écrase des gens et qu’on les exclut, comme le font certains ici, on fait le contraire que de remettre debout des gens. De ce point de vue, les valeurs de la Bible et du Front National s’opposent. »

Jean-Marie-Loxhay.jpgQuand on sait que le Front National réalise plus de 55 % des suffrages à Hénin-Beaumont, et compte tenu de la perte d’influence de l’Eglise, le combat que mène le prêtre semble perdu d’avance. Loin de tout fatalisme, il poursuit : « Bien évidemment, certains fidèles votent pour le Front National. Je comprends la désespérance de certains paroissiens qui vivent des choses très dures. Je n’ai pas le pouvoir ni la prétention de vouloir dissuader les gens de voter pour tel ou tel parti. Et pourtant, certains voudraient que je reste enfermé silencieusement dans la sacristie.  Mais, je considère que je ferais une faute en ne m’impliquant pas. Dans mes prédications, j’essaye de montrer que la peur de l’autre sur laquelle se basent certaines idées est contraire à la parole de Dieu. Mon rôle se limite simplement à expliquer que la xénophobie est antiévangélique. »

Pour autant, Jean-Marie Loxhay entretient des rapports cordiaux avec le Front National. « Mon devoir, en tant que prêtre, est de dénoncer des incompatibilités d’idées, pas de personnes. Quand je vois Monsieur Briois, je le salue, même s’il m’ignore parfois. Un jour, je l’ai même invité à discuter à ma table, lors d’une fête paroissiale. De la même façon, Marine Le Pen est venue assister à la messe de la Sainte-Barbe [Sainte patronne des mineurs fêtée le 4 décembre]. Je ne l’avais pas vue. Mais à la fin de la messe, des dizaines d’enfants ont couru vers elle pour l’embrasser. C’est à ce moment que j’ai remarqué sa présence. »

Le dimanche, à la sortie de la messe, tous s’accordent à dire que le père Loxhay leur convient, et tous respectent sa parole.  Sa tolérance et son ouverture d’esprit semblent trouver grâce aux yeux des paroissiens.  « C’est vrai qu’il est différent des autres curés du coin. Et ça marche. Il y a toujours plus de monde ici qu’ailleurs. » estime une fidèle.  Mais quand il s’agit d’évoquer les prises de positions de leur curé, les avis sont plus nuancés. « Ses positionnements politiques explicites restent rare. Il ne nous dit pas pour qui voter. Loin de là. Il nous donne juste des leçons d’humanisme et nous rappelle quel est le chemin de l’Eglise. Et je pense, que, face à la montée des populismes, c’est le meilleur antidote», avance un fidèle. Mais pour un autre, « il devrait se rappeler que Marine Le Pen est arrivée à Hénin-Beaumont bien avant lui. Il n’arrive simplement pas à digérer le fait que le Front National ait remplacé l’Eglise dans le cœur des habitants. »

Octave Nitkowski


Source : Hénin-Beaumont à l'ombre des terrils
Vendredi 19 juillet 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article