Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Le MoDem a donc fait le choix de quitter Un Nouvel Elan pour Hénin-Beaumont, coalition électorale et association politique de rassemblement anticorruption dont les démocrates étaient co-fondateurs, aux côtés du MJS, du PCF et des militants du MRC qui refusent les méthodes de Jean-Marie Alexandre.

Depuis le mois de juillet 2009, Un Nouvel Elan s'est imposé dans le paysage politique local par son nombre d'adhérents (plus d'une centaine), sa force d'analyse et de proposition, sa présence permanente sur le terrain et son action sociale avec de nombreux dossiers suivis personnellement par Pierre Ferrari et la commission d'action sociale de notre association.

Il suffit de lire les réactions de nos adversaires, l'Alliance Républicaine et le Front national pour s'en convaincre : Un Nouvel Elan est devenu incontournable. Pour le FN, nous sommes l'ennemi à abattre, les seuls qui pourraient constituer une alternative à l'Alliance Républicaine et rassembler autour de nous les républicains en 2014, là où l'AR a fait en 2009 le choix de l'isolement et du sectarisme. Pour l'Alliance Républicaine aussi, nous sommes l'ennemi à abattre : plus compétents qu'eux, plus rassembleurs, nous sommes aussi plus actifs et surtout plus sincères.

En rejoignant Jean-Marie Alexandre, le parrain de Dalongeville, en rejoignant le PS 62 qui écarte Pierre Ferrari  pour une seule raison, son radicalisme anticorruption, l'Alliance Républicaine a trahi les électeurs qui lui ont fait confiance. L'existence de notre association leur est insupportable puisque nous sommes la preuve vivante qu'on peut faire de la politique et conserver son éthique, un mot qu'ils ont abandonné aussitôt élu.

Si le MoDem quitte aujourd'hui le Nouvel Elan, ce n'est pas suite à un désaccord politique comme lors de leur départ de l'Alliance Républicaine. A l'époque, Christine Coget et Patrick Piret avaient souhaité un rassemblement de l'AR et des partis républicains et ne supportaient pas les relations de Georges Bouquillon et du Front national.

Si le MoDem quitte le Nouvel Elan, c'est parce que la candidature de Pierre Ferrari aux élections cantonales les rend inaudibles, d'où un sentiment d'avoir été trahis, puisqu'au départ, la candidature de Pierre Ferrari n'était pas prévue, et le sentiment de devoir payer électoralement ce qui est un affrontement interne au PS, mais qui vampirise la campagne électorale des autres partis.

Le MoDem craint que le score cantonal de Pierre Ferrari soit lu comme le score du Nouvel Elan et qu'un échec aux cantonales n'entache notre association et regrette que "dans la tête des gens", Pierre Ferrari soit le candidat du Nouvel Elan.

Pour ma part, je regarde les faits : Pierre Ferrari ne se présente pas aux élections cantonales comme candidat du Nouvel Elan, il se présente comme dissident socialiste. Sa candidature n'est donc pas l'affaire du Nouvel Elan. Les militants socialistes du Nouvel Elan peuvent participer à sa campagne cantonale comme les militants communistes qui ont pris leur carte au Nouvel Elan participent à la campagne d'Edmond Bruneel et jusqu'à preuve du contraire, Pierre Ferrari n'a forcé aucun des adhérents non-cartés du Nouvel Elan à rejoindre le PS et à faire campagne pour lui... Enfin, Pierre Ferrari n'a "privatisé" ni les locaux, ni les permanences du Nouvel Elan puisque nos partenaires du MoDem comme les communistes pouvaient à tout moment organiser une réunion dans nos locaux et y tenir une permanence (ce que nous nous gardons bien de faire, les communistes ont leur propre local de section).

S'il y a une présidentialisation du Nouvel Elan, ce qui resterait à démontrer, elle n'est en tout cas pas le fait de Pierre Ferrari qui a toujours été d'une rigueur absolue sur cette question, soumettant systématiquement courriers et communiqués de presse à la validation des vice-présidents et du Bureau, donnant systématiquement la parole à tout le monde lors de nos Assemblées Générales et s'efforçant en permanence de faire vivre la diversité de notre association.

Les raisons du départ du MoDem me paraissent donc injustes pour Pierre Ferrari, mais je respecte bien évidemment le choix de Christine Coget et de Patrick Piret. Soucieux de rassembler, tous deux ont déclaré qu'ils voulaient oeuvrer au rassemblement de tous les républicains.

C'est ce que le Nouvel Elan et c'est ce que le Parti Communiste ont toujours fait et pour ce qui est du PCF, nous continuerons bien évidemment à travailler à ce rassemblement pour les mois et les années à venir, avec tous ceux qui  sont prêts au dialogue avec nous, dans le respect réciproque, et qui partagent notre combat contre la corruption. Il est bien dommage que la majorité municipale n'entre pas dans ces deux critères, mais tant pis pour eux !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gigney 14/02/2011 20:22



C'EST DURE DE QUITTER LE SOLEIL ! VOS PROPOS NE SONT QUE RANCOEUR ET CALOMNIE. BRAVO, VOUS FAITES VOIR VOTRE VRAI VISAGE.



David NOËL 14/02/2011 22:05



Aucune rancoeur dans mes propos, mais de la révolte devant la manière dont vous avez trahi les électeurs d'Hénin-Beaumont en nous diffamant au passage. Vos propos du jour n'en sont que la triste
continuité "c'est dur de quitter le soleil !". Qu'est-ce que ça veut dire ?


Moi, ça fait dix ans que je milite dans le mouvement social, à la fois dans des associations, au syndicat et au parti. Jamais je n'ai cherché de place et je ne me suis jamais laissé acheter,
contrairement à vos petits camarades...


De la calomnie ? Sur quel point, M. Gigney ?


Ce n'est pas vous qui êtes dans une majorité dont le mentor est Jean-Marie Alexandre, le parrain de Dalongeville et où vient de se créer un intergroupe PS fidèle à ce PS 62 qui est dans le
collimateur de la Brigade financière ?


Restez avec vos amis, Alexandre, Kucheida, Percheron et Picque, moi, je préfère rester avec les miens et combattre tous les pourris.



HAMED Omar 13/01/2011 13:11



Je partage entierement ton analyse, David,     Omar



Patrick Piret 13/01/2011 11:30


David Je ne remettrai pas en cause la sincérité de tes propos que je ne peux pas pourtant partager. Je connais l'importance de ce qu'il convient de préserver et n'irai donc point plus loin dans
l'argumentaire développé. Alain, la politique est chez moi affaire de convictions et non histoire de passion. Je doute toutefois que ma subjectivité, sur ces cantonales, soit plus importante que la
tienne. Je vous souhaite une bonne journée.


Alain Alpern 13/01/2011 08:57



C'est une excellente analyse, dépassionnée et objective, que je partage entièrement, et pourtant je ne suis pas membre du Nouvel Elan!