Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

C’est par un simple fax que les membres du Conseil d’administration du groupe Métaleurop ont annoncé le 17 janvier qu’ils ne financeraient pas le plan de restructuration de leur filiale Metaleurop Nord (ex - Pennaroya), implantée à Noyelles-Godault depuis 1894.

Métaleurop Nord est une des plus grosses fonderies de métaux non ferreux (cuivre, plomb, zinc…) d’Europe. Elle emploie actuellement 830 salariés, pour une production annuelle de 130 000 tonnes.

Le 16 juillet 1993, dix victimes avaient péri dans l’explosion de l’atelier de raffinage de zinc ; depuis lors, l’usine, classée à risques « Seveso 2 », était l’objet de vives controverses : 260 enfants de la région présenteraient des taux de plombémie anormalement élevés.  En octobre dernier, un comité de défense des riverains naissait à Evin-Malmaison et portait plainte auprès du tribunal de Béthune pour mise en danger de la vie d’autrui, non-assistance à personne en danger et empoisonnement.

Les pertes élevées de Métaleurop Nord, estimées à 97 millions d’euros pour 2001 et 2002, avaient conduit ses dirigeants à engager un plan de restructuration.

La décision des actionnaires de Métaleurop SA condamne Métaleurop Nord au dépôt de bilan. Au-delà des 830 emplois directs, ce sont plus d’un millier d’emplois induits qui sont menacés, alors même que le taux de chômage dans le district d’Hénin-Carvin atteint 25 % de la population active.

La société suisse Glencore, qui possède 33 % du capital de Métaleurop, est une multinationale basée à Zug (un paradis fiscal suisse). Interrogé par La Voix du Nord, François-Xavier Verschave a longuement évoqué Marc Rich, le fondateur de Glencore : « En mettant la main sur l’ensemble des stocks de matières premières, il dicte toutes ses conditions d’achat et de vente. Il a simplement mis en place une criminalité épouvantable. […] les profits générés par son système de piratage sont colossaux ».

Ce n’est malheureusement pas en se rendant à l’Assemblée Générale du MEDEF que Jean-Pierre Raffarin nous convaincra de sa volonté de combattre les patrons-voyous… 

David NOËL


Source : Le Bretzel
Numéro 9, février 2003

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article