Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Caricature-Marine-Le-Pen.jpgAlexis Corbière, secrétaire national du Parti de Gauche et conseiller de Paris a étudié le discours de Marine Le Pen à Nice et en parle sur son blog, un passage repris dans un article de Mediapart consacré à l'imposture de la posture sociale du FN. En réalité et l'article le montre bien, sur le terrain, le FN n'est jamais aux côtés des salariés en lutte, vomit constamment sur les syndicats avec une détestation toute particulière pour la CGT et refuse de voter les motions de soutien proposées par les élus de gauche.

Interrogé par Mediapart, Steeve Briois se justifie avec des arguments capillotractés en dénigrant les leaders syndicaux qui seraient éloignés de la base ouvrière qui se tournerait vers le FN... Prière de ne pas rire ! Si Steeve Briois sortait de chez lui pour aller voir une manif, il verrait que la partie la plus combative de la classe ouvrière n'est pas au FN, mais à la CGT, à la FSU, à SUD, au PCF, au Parti de Gauche, à LO ou au NPA. Que des ouvriers se laissent séduire par des discours nationalistes et racistes n'a rien de neuf, le phénomène existait déjà à la fin du XIXe siècle... Du boulangisme au FN en passant par l'Action Française, les Jeunesses Patriotes ou l'OAS, on serait bien en peine de trouver une seule conquête sociale due à l'extrême droite nationaliste. La xénophobie n'a jamais fait avancer la condition ouvrière... Toutes les conquêtes sociales ont été arrachées au patronat par la lutte. Evidemment, ce discours, on n'en trouve pas de trace au FN et pour cause... Le parti de Marine Le Pen est le meilleur allié du patronat !

L'article de Mediapart sur les vraies pratiques du FN est à lire ici (accès payant).

L'analyse d'Alexis Corbière est à lire ici.
Extrait : "Quelques mots sur la syntaxe lepeniste. Il faut noter que dans ce long discours de 7 000 mots, celui de « travailleurs » n’est utilisé que 4 fois, jamais celui « d’employés », alors que celui « d’immigrés » (ou « immigration ») apparaît 17 fois. Le mot de « spéculation » est absent, ainsi que celui de « riche ». Le mot de « licenciements » n’existe pas non plus dans son vocabulaire. Mme Le Pen ignore également les mots de « grève » ou « syndicat », et les verbes « résister » ou « lutter » ne sont jamais utilisés (pour être honnête, elle l'évoque à deux occasions pour appeler à la « lutte contre l’immigration », ce qui n'est pas vraiment un appel à la lutte sociale). Le mot de « patron » n’est utilisé qu’une seule fois en une heure, afin de les rassurer et leur dire que son projet « n’est (pas) l’anticapitalisme à la Besancenot qui propose d’accrocher les patrons à des crocs de bouchers ». Jamais une seule des luttes de salariés en cours n'est saluée et Mme Le Pen n'appelle pas les travailleurs (même exclusivement les français) à se mobiliser."

Tout est dit...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

PRUVOST 15/10/2011 14:11



Merci d'avoir parlé de la CFDT qui est quand même la seconde organisation syndicale derrière la CGT.


Si vous hométez les millitants CFDT, vous n'êtes pas mieux que Briois qui n'a pas tout à fait tort : preuves à l'appui de candidats aux dernières élections éjectés de leurs organisations
syndicales.


Avant de critiquer, il faut balayer devant sa porte


 



David NOËL 15/10/2011 18:49



D'abord, Steeve Briois a complètement tort parce que les cas dont vous citez qui ont été très médiatisés par le FN sont ultra-minoritaires. Au défilé du 1er mai du FN à Paris, il y avait en tout
et pour tout deux bonhommes derrière la banderole de la pseudo association FN pour la liberté syndicale...


Par ailleurs, je n'oublie pas les autres organisations syndicales que je n'ai pas citées, dont la CFDT, mais si vous relisez ma phrase, je disais que les syndicats organisent la partie la plus
combative du salariat. Je n'ai rien contre la CFDT, j'ai des camarades à la CFDT, mais objectivement, la CFDT privilégie souvent la négociation à la lutte.



cheforever 15/10/2011 07:12



BRIOIS CE GRAND HUMANISTE SE FICHE BIEN DU DEVENIR DES SALARIES ET DES CHOMEURS QUI PULLULENT DANS NOS CITES MAIS EN PLUS CE GRAND POLITIQUE INTERNATIONAL SE PERMET D INSULTER LES GENS QUI
SOUFFRENT DE LA POLITIQUE DE SES AMIS DU PATRONAT EN LEUR DONNANT DES NOMS DE BOVIDES. NON BRIOIS N EST PAS LE DESCENDANT DE JAURES MAIS PLUTOT DES ELECTRICIENS A MANIVELLE DES VILLAS D ALGER.