Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

L’amendement est passé relativement inaperçu bien qu’il s’agisse d’une des dispositions les plus aberrantes du projet de Loi sur la Sécurité Intérieure : le 23 janvier dernier, les députés de droite comme de gauche présents à l’Assemblée Nationale ont adopté un amendement instituant un nouveau délit d’ « outrage au drapeau tricolore et à l’hymne national ». Ce délit est punissable d’une amende de 7 500 euros et d’une peine maximale de six mois de prison.

La plupart des syndicats de policiers ont d’ores et déjà fait part de leur scepticisme quant à la possibilité de mettre en œuvre cette nouvelle loi, tandis que de nombreuses organisations exprimaient leur indignation. C’est par exemple le cas du PCF qui interroge : « Accepterions-nous que l’on criminalise la liberté de contester la République et ses symboles ? Aurions-nous accepté que l’on défère devant les tribunaux tous ceux qui, des surréalistes à Serge Gainsbourg, ont usé de cette contestation ? ». Pour le président de la Ligue des Droits de l’Homme, Michel Tubiana, il s’agit tout simplement d’une « définition erronée de l’identité collective ».

Ce n’est pas l’avis du député socialiste de l’Essonne, Manuel Valls, pour qui « Il s’agissait de faire passer un message fort ».

Un message fort à destination de l’électorat lepéniste ? On eût préféré que les députés socialistes fassent preuve du même enthousiasme envers l’Internationale…

David NOËL


Source : Le Bretzel
Numéro 10, mars 2003

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article