Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

logo_vdn_carre.gifGérard Dalongeville, Guy Mollet et Jean-Marc Bouche (tous trois actuellement mis en cause dans l'affaire Pichoff) croisent en décembre 2008 le chemin de José Lefrère (lire notre édition de samedi). L'homme est alors branché sur des investissements au Bord-des-Eaux et sur le projet Brossolette. Presque tous les jours, il déjeuneau Cèdre bleu où, grâce à ses nouveaux amis, il a même table ouverte. Si les affaires héninoises, à cause de certains intermédiaires sulfureux, n'engagent guère M. Lefrère, lui a un projet juteux à proposer aux Héninois et Montignynois : s'associer sur la vente de 213 hectares de terrains au sud d'Agadir. Pour un apport de 50 000 €, José Lefrère (qui vit au Maroc et y a pris épouse) propose un pourcentage de 10 % sur des ventes estimées à plusieurs millions d'euros. Un deal qui intéresse au plus haut point Gérard Dalongeville qui se jette goulument sur l'affaire et multiplie les rencontres discrètes, dans la banlieue lilloise, avec M. Lefrère.

Mais on est alors en mars 2009 et, sentant l'étau de la financière se refermer sur eux, le ton monte régulièrement entre Dalongeville et Mollet. Des échanges de coups ont même lieu et la sérénité étant désormais loin d'être de mise, l'investisseur franco-marocain commence à prendre peur. Mais Jean-Marc Bouche est lui aussi tenté par l'affaire et tente de rassurer son interlocuteur en lui expliquant que tout se ferait désormais en dehors de Guy Mollet. Tous deux proposent de mettre 30 000 € chacun au pot via un emprunt bancaire. L'affaire doit être conclue un certain 7 avril... mais la Justice en décidera autrement.

P.W.


Source : La Voix du Nord
Mardi 08 février 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article