Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Pierre-Laurent-conference-nationale-09-11-14-2.jpgFace aux communistes réunis ce week-end à Montreuil, Pierre Laurent s'est livré à une violente charge contre le gouvernement et la majorité socialiste.

Martine Chevalet | Publié le 10.11.2014

Plus qu'une main tendue aux « socialistes affligés » et frondeurs du PS, c'est davantage un coup de pied au derrière que leur a envoyé hier Pierre Laurent. Le secrétaire national du PC, qui s'exprimait devant un millier de délégués réunis à Montreuil (Seine-Saint-Denis), a sonné l'heure de l'action contre la politique du tandem Valls-Hollande.

Des applaudissements nourris ont accueilli sa proposition d'organiser début décembre une « contre-semaine de mobilisation » à celle que le Medef compte lancer « pour dire la souffrance des patrons qui n'ont pas le moral », s'est gaussé Laurent : « Partout devant les permanences du Medef ou devant les entreprises qui en ont profité, nous demanderons des comptes sur l'argent du CICE. Où va l'argent du crédit impôt recherche ? Où va l'argent des banques ? »

Valls «n'est pas le Premier ministre de la gauche»

Sa détermination fait écho à celle de Jean-Luc Mélenchon, bouillant partenaire du Front de gauche, qui écrivait dans son dernier blog : « Nous croyons à l'action. A rien d'autre ! Nous sommes fatigués des rencontres, forums, colloques, tables rondes et autres universités d'été où l'on bavarde en répétant les mêmes banalités... »

Le patron du PC n'est donc pas loin de s'être rangé à cette vue, lui qui avait invité à déjeuner en septembre à la Fête de l'Humanité les députés frondeurs du PS. Car depuis, au grand dam des communistes, ces socialistes se sont abstenus sur les grands textes budgétaires au lieu de voter contre. « L'abstention des frondeurs, leur entre-deux, ce n'est plus possible ! » résume Olivier Dartigolles, porte-parole du Parti. « Ils n'ont pas permis de stopper Manuel Valls qui se contente très bien de faire passer sa politique avec une majorité relative à l'Assemblée. Il est urgent d'élever le niveau de riposte », plaide-t-il.

Décrivant une situation économique proche du chaos, Pierre Laurent n'a pas pris de gants : Manuel Valls, a-t-il lancé, « n'est pas et ne sera jamais le Premier ministre de la gauche ». Face à des militants ravis, il poursuit : « Le constat ne suffit plus, c'est à l'action, à la construction qu'il faut passer. » Et d'insister : « Nous avons beaucoup évolué, nous avons même beaucoup tâtonné... Mais nous n'avons jamais renoncé à être ce que nous sommes : des communistes, des combattants, des résistants, des chercheurs d'avenir. » Sans rompre le dialogue avec l'aile critique du PS ni avec les écologistes - surtout à quelques mois des prochaines élections départementales puis des régionales -, le PC n'avait ce week-end qu'une idée en tête : reprendre le leadership de l'opposition de gauche au gouvernement.

Légende photo : Montreuil (Seine-Saint-Denis), samedi. Face aux militants, le secrétaire national du PC, Pierre Laurent, a assuré que le Premier ministre ne serait jamais celui de la gauche. | (Zihnioglu Kamil/Sipa.)


Source : Le Parisien
Lundi 10 novembre 2014

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article