Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Tati-09-02-11--2--reduit.JPGHier après-midi, je me suis rendu avec Edmond Bruneel, conseiller municipal PCF de Montigny-en-Gohelle, au magasin Tati de Noyelles-Godault pour soutenir les cinq salariées accusées d'avoir fait profiter leurs familles de bons d'achats de 50 € offerts pour les fêtes et en cours de licenciement pour faute grave.

Accusées par leur direction d'avoir échangé leurs bons d'achats contre de l'argent liquide dans la caisse, les cinq salariées de Tati mises en cause (deux vendeuses, deux caissières et la directrice adjointe du magasin) sont bouleversées et rejettent ces accusations de vol. Surtout, elles se sentent méprisées et humilées, alors qu'elles travaillaient dans ce magasin depuis plusieurs années, sans compter leurs heures.

Les salariées de Tati ont engagé le combat contre leur direction pour leur réintégration avec l'union locale CGT de Lens Hénin et sont déterminées à ne rien lâcher pour faire respecter leurs droits. Dimanche, un huissier appelé par la CGT a ainsi constaté l'ouverture illégale du magasin. Hier après-midi, Dany Coolen, secrétaire de l'union locale CGT de Lens-Hénin était présent aux côtés des salariées de Tati qui faisaient signer la pétition de soutien aux clients. Sur le marché de mardi, les filles de Tati ont récolté des dizaines de signatures. L'affaire, médiatisée, a beaucoup choqué tant le décalage entre la sanction et les faits reprochés est important.

L'obstination de la direction de Tati est incompréhensible et les méthodes employées plus que douteuses. Les cinq salariées de Tati reçues en entretien préalable ont reçu des lettres de licenciement dans lesquelles on leur prête des propos qu'elles n'ont jamais tenu. Soutenues par la CGT, les salariées de Tati vont saisir les prud'hommes. Edmond Bruneel et moi avons avons longuement discuté avec elles et les avons félicitées pour leur courage et leur dignité. Nous avons bien évidemment la pétition de soutien et nous appelons tous ceux qui le peuvent à faire de même.

A signaler également la présence de Pierre Ferrari et de son équipe venus eux aussi soutenir les filles de Tati.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aurore 10/02/2011 13:27



c'est hallucinant comment des entreprises se croient tout permis pour rabaisser leurs employés maintenant ils se mettent a les accuser de vols pour licencier plus facilement. c'est désespérant...