Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Smic.jpgDans un rapport du ministère du Travail publié le 30 novembre, l’ensemble des experts sollicités ont préconisé de « limiter le prochain relèvement du Smic (...) à l’application des mécanismes automatiques légaux », autrement dit : pas d’augmentation sauf celle, dérisoire, qu’oblige la loi, soit 0,5 % d’augmentation.

Pour la cinquième année consécutive, crise ou non, c’est toujours le même refrain qu’on sert à ceux qui n’ont presque rien pour vivre : « circulez, il n’y a rien à voir ».

Pourtant, l’année est très florissante pour d’autres... Au 1er semestre, les bénéfices des entreprises du CAC 40 ont enregistré une hausse de 86% par rapport à 2009 à la même période, soit 41,5 milliards d’euros. Ce refus têtu de l’Élysée de donner un coup de pouce aux plus démunis est insupportable !

Le PCF s’insurge contre le sort qui est fait à un Français sur dix payé seulement 1055 euros par mois ; soit 100 euros de plus que le seuil de pauvreté. Nous demandons une revalorisation immédiate de tous les salaires à partir du relèvement à 1600€ bruts du SMIC mensuel.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anonyme 09/12/2010 14:07



suite à l'article paru ce matin dans la voix du nord,qui est effrayant.


 je me souviens qu'en 2003,certains élus honnetes de la liste de 2001 avaient prévenu :serge jenquin,puis catherine génisson,puis j.m.alexandre,puis facon ,que ce qui  se passait à
hénin,était très grave :
corruptions des entreprises,surfacturations,etc..
que pensez vous que firent ces irrésponsables politiques P.S.62
RIEN de RIEN.
on comprend mieux pourquoi ,maintenant et l'on comprendra mieux encore lors du procés.
il me souvient meme que l'un d'entre eux avait refusé le poste d'adjoint et fut remplacé par une autre.
il fut accusé à l'époque  par le F.N. d'etre atteint du "syndrome de venise".
la preuve que dans cette liste,tous n'étaient pas pourris