Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Paul-Doutreaux-2010.jpg|  LE VISAGE DE L'ACTUALITÉ |

Paul Doutréaux, qui fut maire de Montigny-en-Gohelle durant 27 ans, s'est éteint jeudi soir à l'âge de 95 ans. Il aura indéniablement marqué la ville de son empreinte.

Fils de cheminot, Paul Doutréaux est né au coeur de la guerre de 14. Il était l'aîné d'une fratrie de trois enfants, un quatrième sera par ailleurs adopté par la famille. Très tôt, la famille est arrivée à Hénin-Liétard où Paul passera avec succès son certificat d'études, époque où il n'était pas si facile à obtenir. Faute de moyens, et malgré les sollicitations de son instituteur, il ne peut poursuivre ses études et entre dans le monde du travail à l'âge de 12 ans et demi comme ouvrier agricole.

Son arrivée à Montigny

À 18 ans, il part effectuer son service militaire et n'est malheureusement pas démobilisé en raison de la déclaration de guerre en 1939.

C'est à cette époque qu'il rencontre Lucie Fasquelle, jeune Montignynoise de la cité du 7. Il l'épousera en 1941 et emménagera à Montigny, rue de Varsovie, dans une petite maison qu'il ne quittera jamais. De leur union est née une fille, Paulette.

Après un an de captivité, il revient tuberculeux, amaigri, ne pesant pas plus de 44 kg. Il n'empêche que c'est à cette époque qu'il entre au Parti communiste français comme d'autres entrent en religion. Très vite son engagement politique, son altruisme et le dévouement qu'il met au service de ses camarades le font remarquer. Il quitte alors les Houillères pour devenir permanent à la fédération du PCF du Pas-de-Calais. Malgré son engagement, il a su rester très proche de sa fille qu'il aura la douleur de perdre en 1973 et courageusement, il prendra en charge ses trois petits-enfants malgré la maladie de son épouse.

Du poste de conseiller à celui de maire

En 1948, Paul Doutréaux est élu conseiller municipal. Puis sera bombardé au poste de premier adjoint qu'il occupera pendant 12 ans.

Et en 1962, suite au décès subit de René Six, il se retrouve sur le devant de la scène en accédant au poste de maire « par accident » comme il se plaisait à le dire. Maire, Paul Doutréaux va le rester jusqu'en 1989 (soit 27 ans à la tête de la commune) date à laquelle il perd la mairie au profit du socialiste Jean-Marie Picque.

Ses réalisations

Entretemps, de nouveaux quartiers verront le jour, comme le Barlet, la ZAC, La Plaine, les Saucelles mais aussi des bâtiments comme le collège Gagarine, les écoles De Hulster, Duclos, Anne-Frank, les gymnases Delaune et Billoux, la piscine Jules-Verne, le Trianon, le foyer Benoît-Frachon.

La vie culturelle ne sera pas non plus oubliée avec le rachat de l'ancien cinéma du curé et sa transformation en équipement culturel polyvalent. Le lac subit aussi d'importantes transformations et passe d'un étang boueux à une base de loisirs aujourd'hui réputée.

Il a été, avant l'heure, un pionnier de l'intercommunalité en fondant avec Jacques Piette, alors maire d'Hénin, le district d'Hénin-Carvin (aujourd'hui CAHC).

Et il est également à la genèse de nombreuses associations locales comme l'amicale des donneurs de sang.

« Ça ne vous fait pas drôle que l'on vous appelle monsieur le maire maintenant ? Parce que moi j'ai eu du mal à m'habituer... », s'interrogeait Paul Doutreaux lors d'une récente rencontre avec Bruno Yard, maire actuel. Ce dernier avait alors rappelé au doyen que s'il « n'avait pas créé à l'époque le quartier du Barlet, je ne serai sûrement pas venu habiter à Montigny et donc devenu maire ».

Une avenue à sa mémoire

Afin de l'honorer, en mai 2010, le conseil municipal avait décidé de changer la dénomination de la route de Courrières en la rebaptisant avenue Paul-Doutréaux. Et à l'aube de ses 94 ans, lors de sa dernière apparition publique, c'est non sans émotions que le maire honoraire avait dévoilé la plaque portant son nom avant de prendre sereinement la parole en public, comme au bon vieux temps.

ÉRIC DEWEVER (CLP)

Les funérailles civiles auront lieu le mercredi 1er février à 15 h 30. Réunion à la salle des cérémonies de l'hôtel de ville à 14 h 30. Le cercueil sera exposé à partir de 10 h pour un dernier hommage.

Légende photo : Paul Doutréaux en 1989, puis en 2010 pour découvrir la plaque de la rue qui porte son nom.


Source : La Voix du Nord
Samedi 28 janvier 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article