Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Manif 04-09-10 (28)Une crise financière, des faillites bancaires, une crise économique terrible, des entreprises qui licencient, un chômage qui explose, des associations débordées par la misère, des étrangers stigmatisés et renvoyés dans leur pays, une presse aux ordres des puissances d'argent, une extrême droite qui monte, surfant sur les affaires politico-financières qui mettent en cause le gouvernement...

La France de 2010 ?

Non, la France de 1934. La France de 1934 qui a subi un peu plus tard que les autres pays les effets de la crise de 1929, la France de 1934 où les patrons des mines renvoient les mineurs Polonais, ces « métèques » si différents de nous, qui s'obstinent à parler leur propre langue, dont les pratiques religieuses sont si différentes qu'ils sont inassimilables... On croirait entendre le Front national parler des Maghrébins et des musulmans, mais non, à l'époque, c'est l'Action Française de Maurras qui dénonce l'invasion étrangère, avec les mêmes mots...
Le 6 février 34, les ligues d'extrême droite défilent à Paris contre la corruption et le parlementarisme. On est alors en pleine affaire Stavisky. Il n'y a pas qu'elles qui dénoncent la corruption, il y a aussi des anciens combattants communistes, mais l'extrême droite dénonce, insulte, multiplie les attaques personnelles. Le 6 février 34, les manifestants des ligues excités attaquent le parlement. La police charge, il y a 15 morts.

La tentative du coup d'Etat du 6 février 34 fait prendre conscience à la gauche de la nécessité de riposter. Le 12 février 34, la CGT et la CGTU appellent à manifester et dans le cortège, syndicalistes socialistes et communistes se rejoignent.

Alors, le 11 avril 1934, quand les Camelots du Roi, les activistes de l'Action Française, organisent une réunion à Hénin-Beaumont, au palais des fleurs, une contre-manifestation est organisée par le comité antifasciste de la ville, qui réunit 400 manifestants dont de nombreux militants socialistes et communistes. Sauf que les Camelots du Roi sont armés et un certain Eugène Fritsch abat Joseph Fontaine, un militant communiste de 56 ans qui venait de prendre sa retraite.

Quelques mois après cet épisode dramatique qui a profondément choqué les Héninois, le 14 juillet 1935 sera l'occasion d'un grand défilé unitaire qui rassemble plus de 500 000 personnes à Paris et dans la foulée, au siège de la LDH, autour de Victor Basch, c'est le Front Populaire qui est créé.

Aujourd'hui, à Hénin-Beaumont, rendons hommage à Joseph Fontaine, première victime héninoise du fascisme, mais surtout, restons unis pour dénoncer les dérives xénophobes d'un pouvoir illégitime, acquis aux intérêts des riches et qui reprend les idées xénophobes et racistes de l'extrême droite dans le seul but de faire diversion et de diviser les classes populaires.

Comme en 1934, que cette manifestation soit la première pierre d'un rassemblement populaire pour que ça change vraiment.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cheforever 06/09/2010 18:36



MERCI pour cet hommage David.