Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

logo_vdn_carre.gif|  CONSEIL MUNICIPAL |

Qui peut encore sauver les soldats Lienemann et Noël ? Si, demain soir, les consignes de la fédération PS seront claires, on ne peut pas pour autant parler d'ultimatum. La « fédé » faisant complètement impasse sur le cas d'espèce que représente Gérard Dalongeville et, évitant le mot définitif d'exclusion, parle, pour les potentiels « coupeurs de tête », de « situation où ils se mettraient eux-mêmes hors du parti ».

PAR PASCAL WALLART
henin@info-artois.fr

Un revirement de tendance est-il réellement envisageable ? On en serait les premiers étonnés tant on sent aujourd'hui localement la situation bien cadenassée.

Si, hier, Marie-Noëlle Lienemann s'est préventivement murée dans un silence de mauvais aloi, David Noël, lui, a déjà choisi le camp de l'opposition, n'ayant jamais cru bon de faire rentrer le mot « miracle » dans son vocabulaire.

Dans une lettre qui sera distribuée juste avant le conseil, l'élu communiste prend acte du début d'un «  autre combat ». Et en termine radicalement avec le caractère polissé et précautionneux qui avait été le sien depuis mars 2008 : « Gérard Dalongeville sera peut-être majoritaire lundi soir en conseil parce qu'il aura acheté les voix des uns et des autres. Mais il sera sévèrement jugé par la population. D'ores et déjà, le maire d'Hénin-Beaumont a perdu la bataille de l'honneur. Cette bataille, c'est moi, avec les autres élus intègres, qui l'avons remportée... C'est les mains propres et le coeur léger que j'irai au conseil ce soir. Tête droite, je regarderai droit dans les yeux mes accusateurs, certain que demain je serai toujours reconnu dans mon intégrité là où d'autres seront traduits devant les tribunaux... » Adjoint, c'est sûr, M. Noël ne l'est déjà plus !

Et pendant que le PC prend les armes, à la fédération PS, on continue de crier la bouche fermée.

La preuve en aura été donnée, hier matin à Lens, où la réunion du Bureau fédéral aura accouché d'un quasi copier coller du précédent communiqué de Mme Génisson. Dans une ambiance électrique et hétéroclite par rapport à la situation héninoise, on a choisi de prendre, certes, position mais sans promettre pour autant les flammes de l'enfer.

Marie-Noëlle Lienemann, exceptionnellement invitée, aura pu mesurer la solidarité des locaux de l'étape qu'étaient, hier, Jean-Pierre Corbisez, Pierre Ferrari ou... Annick Genty. Une Annick Genty qui fut la cheville ouvrière de la députée européenne lors des dernières municipales et se classe aujourd'hui résolument dans le camp des bourreaux. Surprenant pour celle qui, voici quelques années, fut également placée sans ménagement dans la charrette des condamnés. Hier matin, elle a toutefois accepté d'être la signataire d'un texte adopté à l'unanimité (lire en pages Région) refusant les retraits de fonction d'adjoints placées à l'ordre du jour.

Ce soir, c'est dans l'intimité d'un isoloir que chacun se retrouvera face à sa conscience ou son inconscience. Un anonymat pratique pour qui ne souhaite pas rendre de comptes.


Source : La Voix du Nord
Lundi 06 avril 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article