Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Conf-de-presse-PCF-Montigny-05-12-13.jpgEdmond Bruneel sera la tête de liste du parti communiste aux élections municipales de mars. L’union de la gauche (PS, PCF) n’aura donc pas lieu à Montigny-en-Gohelle, où le torchon brûle ces derniers temps entre la majorité et l’opposition. Et ce, dans un paysage politique où le FN monte en puissance.

Forts d’un honorable 37,4 % des suffrages au premier tour des municipales de 2008, les communistes montignynois caressaient l’espoir d’une plus grande considération de la part de l’actuelle majorité avec qui les relations oscillent entre désamour et franche amertume. La liste des griefs est longue, les mots pour le dire sont forts : « On ressent du mépris de leur part et on a eu le sentiment de ne pas être respectés », lâche Edmond Bruneel, qui cite pêle-mêle les « excès d’autorité » du maire, les motions présentées par son groupe « modifiées d’autorité, des interventions qui n’apparaissent pas dans les compte rendus de conseils municipaux… » Voilà pour la forme. Sur le fond, les communistes dénoncent « la pression fiscale » exercée sur les habitants, « un manque d’investissements… » Rien de très étonnant, dans ce contexte tendu, à voir PS et PCF partir en ordre dispersé en mars prochain. « Les conditions n’étaient pas réunies pour une liste d’union avec le PS au premier tour », résume la tête de liste.

« Une menace sérieuse »

De fait, au terme des discussions entre les deux groupes, les socialistes avaient proposé aux communistes d’inscrire 10 candidats PCF sur leur liste, un poste d’adjoint, un délégué et huit conseillers municipaux. Une offre accueillie par une fin de non-recevoir, d’autant qu’au-delà du contexte local, communistes et socialistes estiment qu’ils n’ont plus grand-chose à faire ensemble. « On veut porter haut et fort les valeurs de la gauche », clame Edmond Bruneel, qui, à 63 ans, sera tête de liste communiste pour la seconde fois. Sauf qu’avec un Front national en embuscade, qui représente « une menace sérieuse » et devrait être cette fois-ci bien présenter une liste, le cavalier seul ressemble à un pari risqué. « En faisant du porte-à-porte, on entend certains dire que s’il n’y a pas d’autre choix que le PS et le FN, ils s’abstiendraient de voter », argumente Edmond Bruneel. Lui et ses camardes sentent de la part des Montignynois « une attente forte de débats, de participation des concitoyens » : il cite la réforme des rythmes scolaires dont il réclame l’ajournement et l’organisation d’ « un débat contradictoire », le projet de métropolisation qui « fait planer une menace pour les maires des communes ».

Quelle liste pour mener la bataille ? Elle est en cours d’élaboration, Edmond Bruneel se contentant pour l’heure d’annoncer une « liste ouverte et de rassemblement ». Les communistes sont d’ores et déjà entrés dans le vif de la campagne en se fixant l’objectif d’avoir toqué à toutes les portes montignynoises d’ici à Noël.

Hervé NAUDOT

Légende photo : Edmond Bruneel a été désigné tête de liste pour conduire les communistes aux municipales.


Source : La Voix du Nord
Vendredi 6 décembre 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article