Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Sarkozy-gardes-republicains.jpgL'affaire Bettencourt revient, à travers Sarko m'a tuer, un livre à paraître le 1er septembre et signé par Gérard Davet et Fabrice Lhomme, deux journalistes du Monde, qui compile les témoignages de 27 personnalités allant de David Sénat à Dominique de Villepin ayant eu maille à partir avec le président de la République. Parmi elles, la juge de Nanterre, Isabelle Prévost-Desprez, aujourd'hui dessaisie de l'affaire Bettencourt. Dans les pages 135-136 du livre, elle affirme qu'un témoin a vu Nicolas Sarkozy, alors candidat à la présidentielle, se faire remettre des espèces chez la milliardaire.

Interrogée par les auteurs du livre, Isabelle Prévost-Desprez dit avoir été frappée par la peur des témoins lors de ses investigations sur un volet du dossier Bettencourt. Priée de dire ce que craignaient ces témoins, la magistrate répond : "Ce qui m'a frappée dans le supplément d'information que j'ai conduit, c'est la peur des témoins (...). Ils étaient effrayés de la violence avec laquelle Claire Thibout [alors comptable de Mme Bettencourt] avait été déstabilisée, ils ne voulaient pas connaître son sort. (...) Les témoins me demandaient avec crainte : 'Dites, on ne va pas voir l'autre ?' L'autre, c'était Courroye [procureur de Nanterre]. Donc, les témoins avaient peur de parler sur PV à propos de Nicolas Sarkozy", affirme la juge.

"JE NE POUVAIS PAS LE DIRE SUR PROCÈS-VERBAL"

"L'un d'eux, hors procès-verbal, m'a dit qu'il avait vu des remises d'espèces à Sarko." La magistrate poursuit : "Je suis certaine que Metzner [avocat de la fille de Liliane Bettencourt] aurait fait citer l'infirmière de Liliane Bettencourt, qui a confié à ma greffière, après son audition par moi : 'J'ai vu des remises d'espèces à Sarkozy, mais je ne pouvais pas le dire sur procès-verbal.'"

La comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thiboult, avait déjà évoqué des remises d'espèces, mais d'une façon vague. "Bref, ce procès représentait pour l'Elysée un risque majeur, il y avait 90 % de chances pour que ce soit déflagratoire. Il fallait me faire dessaisir, par tous les moyens. Il était impératif de me débarquer", poursuit la juge.

Rapidement, la juge affirme se sentir épiée. "J'ai été l'objet de surveillances, c'est une évidence, mais je n'en ai rien à faire, je peux tout assumer dans ma vie, même si ça m'ennuie de savoir que certains utilisent des éléments de ma vie privée pour tenter de m'affaiblir. J'étais persuadée d'être sur écoute. Des écoutes illégales, à mon avis. Cela a toujours été clair pour moi, je ne me pose même plus la question", lâche-t-elle. Isabelle Prévost-Desprez a été dessaisie à l'automne 2010 au profit du tribunal correctionnel de Bordeaux, qui a hérité de l'ensemble du dossier.

Cette version est démentie par l'Elysée : "Ce sont des allégations scandaleuses, infondées et mensongères."


Source : Le Monde
Mercredi 31 août 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

le pcf d hénin une peu chagrin 02/09/2011 23:34



jaloux tu risque pas d etre présidente déja maire d henin non plus



David NOËL 03/09/2011 19:04



Je confirme que je ne risque pas d'être présidente....



le journal de personne 02/09/2011 19:17



Les salauds

G: on t'a vraiment menacé ?
D : pas un seul coup franc... que des coups tordus
G: qu'est-ce que c'est ?
D: ce n'est que du chocolat, c'est enrobé de chocolat... j'ai tout mangé le chocolat...
j'en mange mais il ne faut surtout pas en manger
G: les enfoirés
D: non... des salauds

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/09/les-salauds/



fab 02/09/2011 15:17



Voilà sela continu vive l'année 2012 http://bit.ly/rut3XL