Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Entree-hopital-Charlon.jpgL'attitude de Steeve Briois, à l'occasion de l'élection du président du conseil de surveillance de l'hôpital Charlon, qui se tenait lundi soir, est indigne d'un maire. Battu par Marine Tondelier, conseillère municipale et communautaire, qui a obtenu les voix de plusieurs délégués syndicaux, Steeve Briois n'a pas accepté le verdict des urnes et a quitté la séance, montrant par là qu'il se désintéressait du sort de l'hôpital Charlon et qu'il ne cherchait en fait qu'une place de plus pour tisser sa toile.

Steeve Briois commente l'épisode sur son blog en hurlant au complot. Mais qui se bat depuis plusieurs mois pour l'hôpital Charlon et pour le maintien du service de diabétologie ? C'est Marine Tondelier, au dernier conseil municipal, qui a déposé une motion, au nom de notre groupe, après avoir rencontré les organisations syndicales de l'hôpital et plusieurs praticiens.

Philippe Kemel, député socialiste et Dominique Watrin, sénateur communiste ont tous les deux alerté la ministre de la santé, Marisol Touraine, mettant en avant les difficutés particulières de notre territoire de santé.

Dominique Watrin, que j'ai rencontré cet été sur la question de l'avenir de la diabétologie à l'hôpital Charlon, a également interpellé le directeur de l'ARS, tout comme Eric Corbeaux, au nom du groupe communiste au conseil régional. 

Lundi soir, donc, au conseil de surveillance de l'hôpital Charlon, une majorité a choisi de faire confiance à une élue d'opposition spécialiste des questions de santé et qui a été à la pointe du combat aux côtés des personnels plutôt qu'au maire d'extrême droite qui expliquait au dernier conseil municipal que notre motion pour la défense de la diabétologie à l'hôpital Charlon exprimait le point de vue des syndicats et pas assez celui de l'Agence Régionale de Santé...

Je me félicite de l'élection de ma collègue Marine Tondelier à la présidence du conseil de surveillance du CHHB. Marine Tondelier sait qu'elle pourra compter sur moi et sur les élus communistes du territoire pour nous battre, ensemble, pour conforter le centre hospitalier d'Hénin-Beaumont, n'en déplaise au maire d'extrême droite...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

léonie 25/09/2014 12:59


il croit que tout le monde est a sa botte il faut pas qu'l oublit que sur henn-beaumont il y a eu que 6006 voix sur 26000 et plusieur persnne commence a vor que leur promesse ne se font pas

lles mauvais joueurs 25/09/2014 10:50


  c est la place du maire de notre ville depuis des illustes la place revient au maire  et soudain on laisse une place à l opposition mais r vous voulez simplement empécher la nouvelle
majorité en lui mettant des batons ds les roues

David NOËL 25/09/2014 12:12



Pas du tout, ce n'est pas nécessairement la place du maire de la ville. Les représentants syndicaux n'ont pas voté pour lui parce qu'ils ont préféré voter pour des élus qui vont les défendre,
c'est ça qui vous fait mal !