Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

logo-nord-eclair.gifHier matin, c'est un spectacle de désolation qui attendait le gardien du cimetière central d'Hénin-Beaumont : une quinzaine de tombes ont été dégradées. Les réactions politiques sont nombreuses.


CHRISTELLE JEUDY > christelle.jeudy@nordeclair.fr


Depuis Hénin-Beaumont jusqu'au ministère de l'Intérieur, les réactions ne manquent pas après la profanation, dans la nuit de dimanche à lundi, d'une quinzaine de tombes au cimetière du centre d'Hénin-Beaumont. Des faits découverts hier matin par le gardien, qui a aussitôt alerté la police et la mairie : sur place, le cimetière a été totalement bouclé jusqu'au début d'après-midi, notamment pour permettre aux enquêteurs de relever un maximum d'indices. De quoi remonter jusqu'aux auteurs de cet acte que la sous-préfète de Lens, Isabelle Pétonnet, qualifie de « révoltant, l'oeuvre d'imbéciles ». Accompagnée du maire d'Hénin-Beaumont, Eugène Binaisse, la sous-préfète dit avoir découvert « un spectacle affligeant » : une quinzaine de tombes profanées, des stèles renversées et des plaques cassées, des ornements et des vases brisés et éparpillés autour des tombes. Les vitres de trois chapelles ont également été brisées. « Des actes odieux et indignes », s'est ému le maire, Eugène Binaisse, qui venait juste de sortir d'un rendez-vous avec le pasteur du temple protestant d'Hénin quand il a appris ces nouveaux actes de vandalisme. Car il y a quatre jours, dans la nuit de mercredi à jeudi, c'est le temple protestant d'Hénin qui avait souffert d'un début d'incendie, avec des croix gammées dessinées dans la suie.

Pas de lien avec l'affaire du temple protestant ?

Mais ni le maire ni la sous-préfète ne relient pour l'instant ces actes entre eux. « Le pasteur lui-même ne pense pas que l'on ait voulu porter atteinte au culte protestant », note Eugène Binaisse en espérant que les investigations policières aboutissent rapidement des deux côtés.
Comme ils l'avaient fait dans l'affaire du temple protestant, du FN de Marine Le Pen et de Steeve Briois, au socialiste Pierre Ferrari, en passant par David Noël, secrétaire de la section du PCF d'Hénin, les politiques ont été unanimes pour condamner les actes perpétrés au cimetière. Avec forcément des variantes d'interprétation.
Quant au ministre de l'Intérieur et des Cultes, Brice Hortefeux, qui a dénoncé les « auteurs d'actes indignes qui ont insulté les morts » , il assure que « les coupables ne resteront pas impunis. Tous les moyens seront mis en oeuvre pour les interpeller et les déférer sans délai à la justice. » C'est ce que tous espèrent à Hénin.


Source : Nord Eclair
Mardi 10 août 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article