Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

logo Huma2Pour leur base commune, les communistes auront le choix, les 14 et 15 décembre, entre le projet de la direction et trois textes alternatifs.

Comme l’autorisent les statuts du PCF, des adhérents ont rédigé des textes alternatifs au projet de base commune de discussion du congrès proposé par le Conseil national de leur parti. Trois textes ont ainsi été adressés à la commission chargée de vérifier leur recevabilité, et qui répondent tous aux critères définis par les statuts : réunir au moins 200 signatures d’adhérents d’au moins dix fédérations différentes du PCF et à jour de leurs cotisations. L’ensemble des adhérents du PCF sera donc appelé à choisir, par un vote les 14 et 15 décembre, leur base commune pour le congrès entre le projet de la direction et les trois textes alternatifs.

Si le projet du Conseil national, intitulé « Il est grand temps de rallumer les étoiles » (Apollinaire), propose de s’appuyer sur « les nouveaux champs du possible » ouverts par les mouvements populaires à l’œuvre dans le monde pour chercher des issues à la crise en bâtissant avec les citoyens « un projet alternatif au capitalisme et à toutes les formes de domination », les textes alternatifs proposent d’autres approches. Pour celui intitulé « Combattre l’austérité, en finir avec le capitalisme », signé par 233 adhérents à jour de cotisations validés par la commission des textes, « le PCF doit s’efforcer de fixer l’attention des travailleurs sur la nécessité de briser le pouvoir des banques, de mettre fin à l’emprise des capitalistes sur l’économie et la société », en identifiant « clairement » le « socialisme » comme projet pour le PCF. Ce qui oblige, selon ses auteurs, le Parti à procéder à une « évaluation critique et constructive » pour « mettre le programme, la théorie et la pratique du Parti en conformité avec les tâches révolutionnaires qui sont devant lui » et « renouer avec les idées du marxisme ».

Faire « le choix du socialisme comme cœur du changement de société nécessaire », c’est aussi l’ambition affichée par les 318 adhérents à jour de leurs cotisations signataires du texte « Unir les communistes pour un PCF de combat, marxiste, populaire et rassembleur ». Se situant clairement dans l’opposition aux choix politiques et stratégiques opérés par les congrès du PCF depuis celui de Martigues en 2000, son ambition est de « rassembler les communistes pour construire une alternative » à ces choix visant, selon ses auteurs, à « installer durablement le PCF dans le réformisme ». « Nous affirmons une stratégie différente pour un PCF qui affirme sa vocation révolutionnaire » en s’adressant de façon « prioritaire » à « la classe ouvrière élargie, aux couches populaires rejetées par le système dans l’abstention, le vote protestataire ou le vote utile », écrivent-ils.

Cette volonté de rupture avec les précédents congrès est commune avec le texte alternatif « Un Parti communiste résolument dans l’affrontement de classes », signé par 218 adhérents à jour de leurs cotisations. Ce texte s’attache en particulier à réclamer « un bilan depuis le congrès de 2008 », notamment de la stratégie du Front de gauche, à laquelle il est très hostile : « Alliance sans intérêt, il a mis le PCF sous tutelle de sociaux-démocrates. » Sur cette question, les autres textes portent chacun un regard différent. Pour celui proposé par le Conseil national, le Front de gauche a au contraire permis au PCF d’« opérer un retour remarqué sur la scène politique ». Il s’agit donc d’écrire « la saison deux » avec « toutes les forces disponibles ». Les auteurs de « Combattre l’austérité… » estiment que la campagne du Front de gauche a été un « succès ». Pour eux, la question à débattre est, en revanche, « celle du rôle et de l’apport spécifique du PCF dans le cadre du Front de gauche, en termes de programme et de stratégie », car « le programme du Front de gauche (…) ne défend pas clairement l’abolition du capitalisme et n’explique pas la nécessité du socialisme ». Quant au texte « Unir les communistes… », très critique à l’égard du Front de gauche, il appelle à lever l’ambiguïté qui « demeure », selon eux, « sur la nature de cette nouvelle forme politique », en « affirmant clairement (le) refus de l’adhésion directe au Front de gauche » pour faire du « renforcement idéologique, politique et populaire du PCF » la « priorité ».

Sébastien Crépel


Source : L'Humanité
Jeudi 22 novembre 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article