Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

logo-cour-des-comptes.gifA l'Alliance Républicaine, on ne sait pas lire ! Inquiétant pour une équipe à la tête de la municipalité depuis maintenant sept mois et qui déçoit chaque jour un peu plus les Héninois et les Beaumontois.
Un article paru hier sur le blog de l'Alliance Républicaine s'en prend ainsi aux "donneurs de leçons" de "l'ancienne équipe" responsables du "fiasco" financier de la commune.
En clair, Xavier Bouquillon accuse les adversaires républicains de l'AR - le PCF et l'équipe d'Un Nouvel Elan pour Hénin-Beaumont - d'être "l'ancienne équipe", ce qui est évidemment faux et mensonger, d'être responsables des dérives dalongevilliennes, ce qui est absurde, et nous somme de nous taire... Belle conception de la démocratie !
Quand les chefs de l'AR arrêteront-ils de nous salir, de mentir à la population et de nous insulter ?

Exclu du bureau municipal pour "manquements répétés à la solidarité majoritaire" au bout de six mois, me voyant retirer ma délégation après mon vote contre le budget 2009, je ne me sens pas plus membre de l'"ancienne équipe" que ne peut l'être... Georges Bouquillon, qui s'est vu tout comme moi retirer sa délégation pour désaccord politique après avoir été adjoint pendant près d'un an et demi.
J'ai combattu Gérard Dalongeville et sa gestion à longueur d'interviews et de communiqués de presse, je me suis fait insulter, traiter de traître et de conspirateur en bureau municipal, on m'a retiré ma délégation lors d'un conseil municipal transformé en tribunal politique contre Marie-Noëlle et moi, alors, je n'ai de leçon d'opposition à recevoir de personne.

Toujours est-il que le rapport de la Cour des Comptes prouve le contraire de ce qu'avance Xavier Bouquillon. Loin de nous mettre en cause comme Xavier Bouquillon feint de le lire, le rapport de la Cour des Comptes et la réponse du ministre de l'Intérieur insistent sur le fait que le conseil municipal n'avait aucune information fiable et que personne ne pouvait mettre à jour la cavalerie budgétaire mise en oeuvre par Gérard Dalongeville et ses proches sauf à consulter le stock de factures impayées caché dans les services de la commune. Le rapport est accablant pour Gérard Dalongeville et ses hommes de confiance et montre bien toute la difficulté de notre combat de l'intérieur : 

« Dès 2006 et en dépit des engagements pris par la ville, les atteintes à la fiabilité des comptes ont masqué la gravité de la situation et retardé les prises de décisions pour rétablir l’équilibre. L’assemblée délibérante ne disposait plus d’états financiers et budgétaires fiables à même de l’alerter sur l’ampleur de ces dérives. » (page 438)
[…]
« Le rapport de la Cour souligne le fait, compte-tenu de ces conditions de présentation du budget de la commune, que l’ampleur des difficultés de la commune n’a pas été détectée par l’exercice normal des contrôles. Il faut en effet reconnaître, que du fait notamment d’une "présentation apparemment équilibrée" des budgets d’Hénin-Beaumont, ni le comptable, ni la chambre régionale des comptes, ni les services de la préfecture n’ont été en mesure de remédier en temps utile à la dégradation des finances de la commune, malgré la mise en œuvre normale des procédures de contrôle budgétaire dès 2002.
Dans un cadre juridique où l’exécution du budget dépend finalement du seul ordonnateur de la commune, seuls l’allongement des délais de paiement des factures par la collectivité et la multiplication des impayés pour défaut de trésorerie permettaient l’intervention d’autorités extérieures à la commune.
"
La cavalerie budgétaire" mise en œuvre par la commune d’Hénin-Beaumont ne pouvait donc être mise à jour dans sa globalité que par la consultation du stock de factures impayées retenu dans les services de la commune elle-même. (page 445) »

Nous invitons Xavier Bouquillon à apprendre à lire...

Télécharger le rapport de la Cour des Comptes
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Je sais bien que l'AR reste indépendante Xavier, mais un de ses pricipaux créateurs est revenu au sein d'une organisation qui porte une lourde responsabilité dans le désatre héninois. Et ma foi, ce
que me racontais Georges il n'y a pas si longtemps sur les méthodes de M. Alexandre fait que j'ai démissionné a du crédit social des fonctionnaires...
Pour le reste, je vous invite à relire ce que j'écrivais sur ce blog le 10 février dernier: non seulement je ne retire rien, mais je pourrai, si vous le souhaitez, poursuivre ma démonstration avec
des faits précis que je connais en raison de ma curiosité et de mon ancienneté dans la connaissance des acteurs politiques de ce département.


Répondre
X

à Cimares

L'AR n'a pas implosé et n'a pas fusionné ni avec le PS et le MRC. Elle reste une association indépendante.
Le retour de GB au MRC est une initiative personnelle et il n'a été demandé à aucun membre de l'AR d'en faire autant. D'ailleurs, à ce que je sache peu de militants AR(voire aucun) l'on suivi
dans cette démarche.
Cela dit, je vois un avantage à ne pas étre déconnecté  complétement des autres forces politiques dominantes du secteur.
JMA est maire, vice président du conseil régional et a établi un important tissu relationnel avec ceux qui ont un pouvoir décisionnel dans notre région. A ce titre , il représente un relais
efficace pour évoquer et influencer favorablement les décisions qui pourraient prises pour aider notre commune . D'après ce qu'on m'en dit, c'est effectivement ce qui se passe.
Mais fondamentalement; nos élus gouvernent la ville en toute indépendance et ne sont inféodés à aucune autorité supérieure. Par ailleurs, l'AR entend poursuivre son parcours et aucune fusion avec
le PS ou le MRC n'est envisagée.




Répondre
D


Xavier,

avant de rallier le parrain politique de Gérard Dalongeville, Georges Bouquillon était le premier à reconnaître que l'incarcération très longue de Gérard Dalongeville ne pouvait s'expliquer que
par la volonté du parquet et de la brigade financière de trouver le lien et de faire tomber Jean-Marie Alexandre et Jean-Pierre Kucheida.
Comment peut-on critiquer Dalongeville et rejoindre Alexandre ? Je ne comprends pas... C'est bonnet blanc et blanc bonnet !

Ce que je ne comprends pas non plus, c'est comment quelqu'un peut à un moment donné me taxer de complicité avec Dalongeville (alors que Dalongeville m'a viré pour opposition !) et trouver normal
de se rapprocher du seul élu du Nord-Pas-de-Calais qui a appelé à soutenir Dalongeville et à nous virer Marie-Noëlle Lienemann et moi ! Le 6 avril 2009, quand Gérard Dalongeville nous retire nos
fonctions d'adjoint, Jean-Marie Alexandre a été le seul à appeler à voter pour nous destituer !

Avoir osé me qualifier de complice de Dalongeville alors que j'ai été exclu du Bureau Municipal et viré pour opposition après avoir voté contre le budget primitif 2009, c'était déjà malhonnête,
mais nous insulter et rallier Jean-Marie Alexandre, parrain politique de Dalongeville pendant huit ans, c'est se foutre du monde !



C

Xavier;
Ce qui m'interroge dans le cas d'espèce, ce n'est pas la critique à l'encontre de l'un ou de l'autre, puis, se lancer des anathèmes. Ce qui m'intéresse depuis longtemps, ce sont les comportements
de groupe. Ce matin encore, j'intervenais sur ce sujet sur le blog de DLR.
Comme je suis né dans le Pas de Calais et que j'ai voyagé comme lycéen, puis étudiant et ai eu l'occasion d'exercer en différents points du territoire, je suis très sensible aux différentes
approches et comportements collectifs. La carctéristique du Pas de Calais reflète un certain déni de l'individu pour ne tenir compte de ce que fait l'association, le parti, la mutuelle, le
syndicat: le citoyen disparaît au profit d'une identité qui a été combattue à l'époque de la Révolution, puisque celle-ci s'est faite pour le citoyen qui n'existait pas en tant que tel. L'individu
a existé à partir du moment où il a été reconnu en tant que tel par l'Etat civil. La république naissante a alors aboli les corporations qui génaient l'évolution du système économique.L'individu
n'existait qu'a travers son groupe d'appartenance.
Ce qui m'intrigue, ce sont les réminiscences de ce comportement dans ce département: pourquoi est-ce plus prégnant ici qu'ailleurs? pourquoi des hommes qui réfléchissent en sont à accepter ce
fonctionnement alors que la société leur donné toute garantie juridique pour s'en affranchir ? Le socialisme ne visait-il pas la désaliénation ? où en sont ceux qui gouvernent cette région et ce
département depuis 1945 ?
Et, plus près de nous, comment se fait-il que l'AR qui était dans cette démarche révolutionnaire ait ainsi implosé dès son arrivée aux affaire à la mairie ? Georges, un de ses principaux acteurs,
se précipitant pour retrouver les rangs de l'association politique de M. Alexandre ?
Qu'est-ce qu'il y avait à craindre en poursuivant la logique ? Les forces de l'ordre politique établi dans ce département sont aussi puissantes qu'il faille ainsi se soumettre à la loi de ceux qui
apparaissent comme les tenant de cet ordre dont on a justement vu les dégats à Hénin ?
Voilà les questions qui transcendent les personnes et qui méritent qu'on s'y apesantisse un peu si l'on souhaite véritablement faire progresser les choses.


Répondre
J

Commentaire de Xavier Bouquillon:

[...] Est-ce participer, en responsabilité, à une oeuvre collective, à savoir la gestion d'une commune ou est-ce  etre un béni oui oui qui acquiesce  à toutes les balivernes
égrènées par son "chef" ?

Un béni oui oui c'est exactement ce que ton père est en  acquiesçant à toutes les balivernes égrènées par son "chef" Jean-Marie Alexandre !


Répondre
X

à Cimares,

effestivement, on s'interroge quand on voit la soumission ou l'irresponsabilité de certains élus face à un tel  fiasco.
Qu'est-ce qu'etre élu ?
Est-ce participer, en responsabilité, à une oeuvre collective, à savoir la gestion d'une commune ou est-ce  etre un béni oui oui qui acquiesce  à toutes les balivernes
égrènées par son "chef" ? Si David Noel doutait de l'honnéteté de la gestion de GD, il fallait qu'il démissionne et qu'il le dise!
Pour moi, tous ceux qui ont fait réélir GD puis qui ont travaillé à ses cotés sont complices de la catastrophe héninoise.
Ils avaient tous les éléments entre leurs mains. La gestion de GD était plus que contestée depuis de nombreuses années. Et, il n'est pas là question que de finances, mais également de gestion des
ressources humaines (mon beau père peut vous en écrire un roman!!)!
Si David Noel ne savait rien de tout cela, c'est soit qu'il vivait dans une grotte, soit qu'il faisait semblant de ne pas voir ou entendre.
Avoir soutenu GD en 2008 est une faute, ni plus, ni moins!!!
Alors, monsieur Noel, je ne vous juge pas mais aujourd'hui, je ne donne aucune valeur aux critiques que vous assènez à la majorité car vous n'avez aucun crédit pour les
émettre.
En ce moment, la majorité actuelle fait le sale boulot! Elle doit remettre la ville sur les rails et il n'y a pas de tache plus difficile que celle là! Elle n'a pas choisi non plus d'avoir
face à elle un FN à 48%.
Vous étes donc à mes yeux doublement coupable.
Vous le futes, tout d'abord en 2008,lorsque vous avez  laissé, en militant en sa faveur, un furieux reprendre les rènes de notre ville et vous
l'étes également, aujourd'hui, puisque vous essayez avec des motifs honteux de discréditer  les élus de la majorité, sous prétexte- quelle blague!- qu'ils n'ont pas
fait appel à vous entre les deux tours des dernières municipales!
Alors  je ne vous demande pas de vous retirer de la vie politique. Je vous demande d'avoir une attitude digne, celle que l'on doit attendre d'un ancien élu qui n'a pas vu ou qui n'a
pas voulu voir.
Assumez vos fautes , laissez ceux qui font aujourd'hui office de pompiers de service, travailler dans la sérénité et vous aurez fait un grand pas vers la rédemption, du moins à mes yeux!


Répondre
D


Mon cher Xavier, je n'ai nul besoin de rédemption parce qu'en 2008, comme je vous l'ai expliqué 100 fois, j'ai agi en responsabilité pour empêcher Marine Le Pen, qui avait obtenu 45 % aux
législatives de juin 2007 de prendre la ville à la faveur d'une triangulaire provoquée par votre maintien au second tour.
Je suis un militant de la génération du 21 avril 2002. Si vous considérez que ce que nous avons fait en 2008 est une faute, alors, c'était une faute aussi en 2002...

Je n'ai nul besoin de rédemption parce que j'ai été un élu utile, j'ai présenté des motions contre les suppressions de postes dans l'Education Nationale, contre les licenciements chez Faurecia
Auchel et Bosal à Annezin, contre le projet de réforme territoriale, j'ai accueilli les sans-papiers et dormi à leurs côtés dans un gymnase de l'Espace Mitterrand, et puis, je me suis passionné
pour ma délégation et je me suis battu pour l'Escapade. Ce n'est peut-être rien pour vous, mais alors que l'Escapade risquait la liquidation judiciaire, je me suis battu pour obtenir des aides
exceptionnelles du Conseil Général, du Conseil Régional et de la CAHC. Nous avons obtenu 100 000 € qui ont sauvé l'Escapade et ça, j'en suis fier ! 

Je n'ai nul besoin de rédemption parce que je me suis opposé à Gérard Dalongeville pendant toute mon année de mandat, qu'il m'a fait exclure du Bureau Municipal en réunion de groupe pour
"manquements répétés à la solidarité majoritaire" au bout de six mois et qu'il m'a retiré ma fonction d'adjoint à la suite d'un conseil municipal transformé en tribunal politique après
mon vote contre le budget.
J'ai été insulté, traité de traître et de conspirateur, interdit de bureau municipal pour cause d'interviews critiques et de communiqués de presse assassins, alors, je n'ai aucune leçon
d'opposition à recevoir de votre part.

Daniel Duquenne et Georges Bouquillon savent pertinemment que je m'opposais à Gérard Dalongeville. Daniel Duquenne m'invitait chez lui pour préparer les conseils municipaux ! Comment pouvez-vous
nier toute cette histoire aussi effrontément et exiger aujourd'hui qu'on se mette la corde au cou et qu'on s'accuse d'une complicité totalement imaginaire avec quelqu'un que nous n'avons fait que
combattre ?
 
Votre attitude de juin 2009 a été en dessous de tout. En règle générale, aux élections à deux tours, au premier tour, on se compte et au deuxième on se rassemble. Nous avons obtenu 17 %, les
Verts ont obtenu 8 %. Il paraît clair que les électeurs souhaitaient que les Verts, le MoDem, le PCF soient représentés au conseil municipal.
L'Alliance Républicaine n'en a tenu aucun compte, a fait le choix de prendre 27 postes et d'écarter toutes les autres forces politiques du conseil municipal en refusant toute alliance au second
tour. Vous n'avez eu que 20 % des voix au premier tour. Les autres 32 % que vous avez eu au second tour avaient voté pour d'autres listes. Vous devriez nous respecter et nous tendre la main, au
lieu de ça, depuis sept mois vous nous méprisez, vous nous insultez et vous faites des courbettes au FN.

Vous avez trahi les électeurs républicains qui ont voté pour vous pour faire barrage au FN. Vous les avez trahis en pactisant avec le FN. Vous n'imaginez pas le dégoût que j'ai éprouvé à voter
pour vous après avoir entendu Marine Le Pen à la télé s'étonner des attaques de Daniel Duquenne alors que c'est le FN qui avait rédigé le recours en annulation de l'AR pour les élections de 2008.
Quelle trahison ! C'est odieux, inadmissible, ce que vous avez fait. Quant au truquage du débat télévisé de 2008 et au pacte de non-agression Christine Coget-Marine Le Pen avalisé par Georges
Bouquillon et Daniel Duquenne, c'est lamentable et indigne de la part de Daniel Duquenne et Georges Bouquillon. Vous devriez avoir honte de vous !  

Je me sens trahi par votre équipe de pseudo-républicains complices du FN qui ne me représente nullement et qui ne cherche pas à dialoguer avec le PCF, alors, pour ce qui est de vous laisser
mentir, tricher et faire le lit du FN, n'y comptez pas !



C

Le rapport de la Cour des Comptes démontre bien l'absence d'information du conseil sur ce qui lui revient de droit.
Il pointe du doigt la dissimulation du maire en ce qui concerne ses propres rapports, mais aussi la faiblesse des informations détenues par les membres du conseil.
Hier, comme aujourd'hui, ne peut on regretter le caractère de chambre d'enregistrmrnt ce qui devrait être un lieu de discussion avec documents à l'appui ?
Comment se fait-il que des élus deviennent aussi dociles devant un exécutif qui en prend à son aise ?
N'est-ce pas ce comportement de soumission que l'on retrouve au sein des conseils d'hier et d'aujourd'hui?
Comment se fait-il que le travail collectif soit si faible pour s'en remettre à un seul? en définitif, comment se fait-il que ce soient ceux qui posent des questions qui soient mis à l'index ?
Là encore, on observe le comportement des groupes qui est loin de satisfaire les règles de la démocratie. Et là encore, dans le Pas de Calais, c'en est une caricature.


Répondre
J

Il serait peut-être utile de mettre en lien le dernier rapport de la CRC en date de septembre 2009.
La recommandation n°8 ne manque pas d'intérêt.
Jean-Eric


Répondre
M

Jusqu'ou Xavier va-t-il aller pour essayer de crédibiliser son père?   Il est prêt à tout pour faire accepter l inacceptable   (il est même capable d'affirmer qu'il n'y a aucun élu
fn sur le calendrier  municipal, imprimé sur un super papier glacé et distribué milieu février !!!).  La municipalitée, menèe par g Bouquillon ne fait que ressasser le passé qu'elle
transforme car ELLE EST INCAPABLE DE TRAVAILLER POUR L AVENIR ! La nouvelle équipe ne fait que SUBIR, elle est incapable d'AGIR! Quel aveuglément Xavier, ça en devient RIDICULE et celui des élus! n
est ce pas E Binaisse?


Répondre