Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Rose PS inverseeL'AR aura décidément bien trompé les électeurs. Il y a quelques jours, on apprenait dans La Voix du Nord que la présidente de l'Alliance "Républicaine", Yvelise Dufresne, l'adjoint à la sécurité, Marcel Germe et l'ancien maire démissionnaire et inéligibible, Daniel Duquenne ont rencontré les socialistes de Montigny-en-Gohelle afin que leur section officieuse du PS puisse se réunir dans la ville voisine.

Les électeurs n'ont pas oublié que ces gens-là animaient la section "socialiste canal historique" qui avait encore une centaine d'adhérents début 2007. A l'origine de la création de l'Alliance "Républicaine", ils n'ont fait que cracher sur leur propre parti, refusant de se battre de l'intérieur, abandonnant l'étiquette PS à Dalongeville, refusant de construire une liste d'union de la gauche pour conclure un accord avec l'UMP qui a logiquement amené la fédération PS 62 à dissoudre leur section !

Ce choix proprement calamiteux de 2007 a consterné les autres forces de gauche : MJS, PCF, Verts, PRG, MRC qui ont dû faire sans l'Alliance Républicaine qui avait adopté une position anti-partis. C'est l'origine du "club des cinq" qui a abouti à faire un front républicain antifasciste derrière le maire sortant, mais c'est l'Alliance Républicaine qui nous y a précipités, parce qu'en septembre 2007, j'attendais autre chose de Daniel Duquenne qu'une fin de non-recevoir et l'annonce d'un accord avec l'UMP. S'il s'était battu, s'il n'avait pas abandonné l'étiquette PS à Dalongeville et adopté une ligne anti-partis, le parachutage de Marie-Noëlle Lienemann et le front républicain auraient pu se passer différemment et l'alliance aurait pu se faire avec l'AR.

Ces gens-là n'ont aucune pudeur à vouloir reconstruire une section PS liée à la fédération qu'ils critiquaient et qui les a mis dehors. En rejoignant la fédération PS 62, ils cautionnent les barons affairistes qu'ils critiquaient du temps de leur apolitisme. Ils ont menti et trompé les électeurs. Ils n'ont aucune pudeur à l'image de Marcel Germe qui crache sur Pierre Ferrari, qui lui, a fait vivre les valeurs socialistes à Hénin-Beaumont et le PCF peut en témoigner : ensemble, nous avons mené des dizaines d'actions communes contre le fichier Edvige, contre la privatisation de la Poste, contre les suppressions de postes dans l'Education Nationale, pour soutenir les salariés de Staf...

Avec leurs onze demandes de cartes bloquées par le PS 62, les socialistes membres de l'AR sont beaucoup moins nombreux que les socialistes membres du Nouvel Elan et les amis d'Alain Alpern derrière qui des dizaines de militants socialistes orphelins de section et de carte se retrouvent. Leur fédération les méprise parce que là-haut, Percheron et Génisson ne veulent pas entendre parler d'opposition à la majorité AR, mais veulent recréer une section pro-municipalité, et tant pis si l'Alliance Républicaine doit son élection à un pacte de non-agression conclu avec le FN. Et Marcel Germe de se prendre à rêver que Pierre Ferrari ne reste plus longtemps socialiste, invitant clairement Catherine Génisson à l'exclure. Il faudra que l'adjoint à la sécurité retrouve l'article des statuts du PS qui oblige des militants à soutenir une équipe qui a collaboré avec l'extrême droite, allant jusqu'à rédiger ensemble un recours électoral... Le PCF et le PS n'ont pas les mêmes statuts, mais ça m'étonnerait que le refus de cautionner l'alliance avec le Front National et l'incompétence soit un motif d'exclusion au PS !

En rejoignant le PS 62 comme Georges Bouquillon a rejoint le MRC 62 du parrain de Dalongeville, Jean-Marie Alexandre, les socialistes membres de l'AR trahissent leur électorat et étalent au grand jour leurs divisions, parce qu'on comprend à la lecture de l'article paru dans La Voix du Nord que la désignation de Caroline Troy (MRC-Alexandre) comme suppléante de Jean-Marie Picque aux cantonales ne passe pas comme une lettre à la poste. Certains auraient préféré la propre fille d'Eugène Binaisse, qui avait justement, elle aussi, fait sa demande de carte pour obtenir la suppléance aux cantonales.

L'atmosphère est donc à couteaux tirés au sein de l'AR entre les pro-Binaisse et les disciples de Bouquillon et on apprend que le groupe majoritaire pourrait éclater en sous-groupes au conseil municipal. Bonjour l'ambiance....

Résumons : en 2009, les électeurs ont porté au pouvoir une association apolitique qui avait obtenu 20 % des voix  au premier tour. Beaucoup d'électeurs étaient persuadés qu'il y aurait eu une fusion de listes entre les deux tours avec les autres listes de gauche et ont été trahis une première fois. Un an et demi plus tard, ils se retrouvent avec une équipe AR hégémonique qui étale quotidiennement sa morgue et son incompétence, qui méprise toujours les autres forces de gauche actives localement, qui a éclaté une partie ayant rejoint le MRC 62 et l'autre partie voulant rejoindre le PS 62, c'est-à-dire les soutiens de Dalongeville dans la région.
Oui, décidément, les électeurs d'Hénin-Beaumont auront été trompés jusqu'au bout par cette triste équipe.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yves lourdel 24/10/2010 23:36



Quel pataquès!


Et dire que pendant ce temps des salariés des raffineries occupent leurs entreprises pour protester contre la réforme sarkozyste des retraites.


Y.L.



cheforever 24/10/2010 20:08



les feneux bien installés devant le maire aux 26 electeurs assis très en retrait. les mamies de Darcy très en forme ont pu apprécier la situation fort ambigue. 



cimares 24/10/2010 17:28



Tout un symbole, ce poing à la rose à l'envers... Cela me rappelle un autre site qui fleurissait à Arras il y a encore un an et qui s'intitulait "ne rejoignez pas la face caché du PS", site mené
par un jeune socialiste qui ne s'en laissait pas compter par les hobereaux du cru.


Mais comme je l'écris par ailleurs, combien, de temps cette résistance affichée par Alain Alpern, Pierre Ferrari et les authentiques militants socialiste peut-elle tenir dans ce contexte du
"sillon culturel"?


Je n'ai aucun doute sur la capacité de résistance d'Alain Alpern: il en a fait preuve sa vie durant et dispose en quelque sorte d'un gène qui fait que toutes les autorités peuvent toujours tenter
de la débaucher... Elles le savent si bien qu'aucune d'elles ne s'est précipitée pour le maintenir au conseil régional.


Alors, que va-t-il se passer ? les hobereaux, par une sorte d'union sacrée, vont tenter de le déstabiliser . Et il se trouvera toujours nombre de seconds couteaux pour transmettre des messages
dignes de méthodes qu'ils reprochent à l'extrême droite.


N'oublions pas que les tenants du système n'ont qu'un seul objectif: se survivre.


Et ils savent bien abuser d'une situation et d'une méthode si conformes à la sociologie locale.