Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Salle-des-fetes-Henin-17-06-12.jpg20 h 10, la salle des fêtes d'Hénin-Beaumont se vide. Les pas sont lourds pour beaucoup, bien plus légers pour les supporters du Front national portés par les 55 % de Marine Le Pen dans la ville centre. Marine Tondelier angoisse à l'idée d'aller sur le plateau de France 3 commenter la défaite de la gauche dans la 11e. Quand soudain la grosse voix d'Orféo Cogo retentit : « Philippe Kemel est élu ! »

Coup de tonnerre dans l'assistance incrédule. Quel revirement ! Toute la soirée, quasiment tous les bureaux d'Hénin ont placé la présidente du FN en tête (16 sur 18). « Marine ! Marine ! » accompagne un fan particulièrement remonté auquel répond un « facho ! » sans conviction. « Ça sera du 55 % ou du 60 % pour Le Pen », avance Alain Alpern terriblement pessimiste. D'autant que les scores des autres communes confirment la tendance. « Elle est devant à Dourges : 52-48, à Evin 52 %, à Oignies, c'est du 50-50. » Libercourt et Courrières restent rose mais les échos de Carvin laissent penser que Philippe Kemel ne creuse pas un écart suffisant. Pourtant, on rapporte que deux sondages à la sortie des urnes annoncent le candidat PS vainqueur. « Pas possible, ils n'ont pas tous les résultats. Il reste encore huit bureaux à Hénin, dont Beaumont. »

Chez les « mélenchonistes », on jure que les appels à voter rose ont été relayés. « Maintenant, on n'est pas avec les gens dans l'isoloir », dit un cadre du Parti de gauche. David Noël critique « l'absence de dynamisme » de la campagne du socialiste. Eugène Binaisse annonce les résultats définitifs : plus de 1000 voix d'écart en faveur de Marine Le Pen. La messe semble dite. Et puis, tout bascule. « Un truc de fou ! », s'étonne un proche du maire. Ça twitte, ça téléphone, ça consulte son portable pour avoir confirmation. Des gens reviennent dare-dare. Eugène Binaisse plaisante : « C'est le travail du maire dans sa commune. » Puis, plus sérieux : « C'est l'affaire de tous. » Un militant se fend la poire : « Il y a un Dieu pour la gauche ! » Devant la salle des fêtes, un Héninois s'informe : « Alors il a gagné ? » « Oui. » « Ça me fait plaisir. Là je vais aller boire un apéritif et je vais le savourer. »

Assez d'émotions pour cette soirée.

C. L. C.

Légende photo : Après 20 heures, les téléphones ont tourné à plein régime pour avoir confirmation de la victoire de Philippe Kemel.


Source : La Voix du Nord
Lundi 18 juin 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article