Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Conference-nationale-Montreuil-05-et-06-06-11--10--reduit.JPGLe weekend dernier, j'étais à Montreuil pour la conférence nationale du PCF qui se tenait vendredi, samedi et dimanche à la Halle Marcel Dufriche.

Composée des membres du Comité National et des délégués des fédérations, la conférence nationale devait se prononcer sur le nom d'un candidat à la présidentielle. Dans le cadre du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de Gauche, est soutenu par son parti et par la Gauche Unitaire qui l'ont désigné comme candidat du Front de Gauche aux élections présidentielles. La direction du Parti Communiste est elle aussi favorable à une candidature de Jean-Luc Mélenchon, dans le cadre d'un accord du Front de Gauche portant sur la présidentielle et les législatives.

André Chassaigne, député PCF du Puy-de-Dôme, dont la liste aux régionales de 2010 a atteint 14 % souhaitait aussi se présenter dans le cadre du Front de Gauche. Orateur de talent, député actif et rassembleur, reconnu pour son combat contre les OGM, président de l'ANECR (Association Nationale des Elus Communistes et Républicains), André Chassaigne avait annoncé sa candidature à la candidature lors de la dernière Fête de l'Humanité. Aussi connu dans sa région qu'Alain Bocquet dans le Nord-Pas-de-Calais, André Chassaigne, qui souffrait d'un déficit de notoriété au niveau national défendait une campagne plus collective et critiquait Jean-Luc Mélenchon pour sa tendance à la personnalisation.

Deux autres candidats avaient annoncé leur candidature : le député du Rhône André Gérin et Emmanuel Dang-Tran, secrétaire de la section de Paris XV, à l'initiative lors du dernier congrès d'un texte alternatif pour remettre le PCF sur les rails de la lutte des classes. Tous les deux étaient hostiles au Front de Gauche, vu comme une entreprise de liquidation du Parti Communiste.

Emmenée par Hervé Poly, premier secrétaire de la fédération, Cathy Apourceau-Poly, conseillère régionale, membre du secrétariat fédéral et Dominique Watrin, vice-président du conseil général, président de l'ADECR 62 et membre du secrétariat fédéral, la délégation de la Fédération du Pas-de-Calais était respectueuse des différentes sensibilités, mais représentative de l'avis majoritaire des sections du Pas-de-Calais, ressorti lors de notre assemblée fédérale. Majoritairement, les communistes du Pas-de-Calais souhaitent une candidature communiste dans le cadre du Front de Gauche et ne veulent pas de l'effacement du PCF.

Arrivé samedi matin à Montreuil, j'ai suivi attentivement les débats du samedi qui ont porté sur le bulletin de vote. Devait-il y avoir un seul nom sur le bulletin de vote soumis aux adhérents qui voteront les 16, 17 et 18 juin ou devait-il y avoir plusieurs noms ? Devait-il y avoir l'affirmation d'un soutien de la conférence nationale à un candidat (Jean-Luc Mélenchon), au risque de créer une inégalité de traitement entre les candidats ?

La direction du parti ne souhaitait au départ qu'un seul nom sur le bulletin, mais de nombreuses interventions ont plaidé pour que les communistes aient le choix et la direction a dû reculer.

La résolution finale et le bulletin de vote soumis au vote des délégués le dimanche matin constituaient donc un progrès, mais restaient insatisfaisants pour la plupart des délégués du Pas-de-Calais puisque le choix de Jean-Luc Mélenchon comme le choix de la conférence nationale apparaît sur le bulletin de vote. Comme d'autres délégués, je suis intervenu dimanche matin pour réclamer d'enlever cette mention du bulletin de vote et contester qu'on laisse un pourcentage de circonscriptions aux alliés du Front de Gauche. J'ai réclamé que le choix émane des communistes du territoire et qu'il n'y ait pas de pourcentage fixé au niveau national.

Le texte de la résolution a finalement été adopté par 63 % des voix des quelque 700 délégués présents dimanche matin.

André Gérin ayant retiré sa candidature pour permettre aux communistes qui refusent l'effacement du parti de se retrouver derrière André Chassaigne, les adhérents auront donc le choix les 16, 17 et 18 juin entre trois candidats : Jean-Luc Mélenchon, soutenu officiellement par le PG, la GU et la majorité de la conférence nationale, comme candidat du Front de Gauche, André Chassaigne dans le cadre du Front de Gauche (mais les alliés du PG et de la GU ne le soutiennent pas) ou Emmanuel Dang-Tran, hors du Front de Gauche, pour une candidature communiste sur une base révolutionnaire et de lutte des classes.

Personnellement, je voterai et j'appelle à voter pour André Chassaigne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article