Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

arret-sur-images.pngHélène Desplanques, réalisatrice du film Liquidation totale sur le conflit des ex-Samsonite était vendredi l'invitée d'Arrêt Sur Images, l'émission de Daniel Schneidermann visible sur le site http://www.arretsurimages.net/ (sur abonnement) et sur le canal 94 de la freebox (sur abonnement également).
L'émission sera rediffusée ce soir à 23h30 sur la chaîne http://www.arretsurimages.tv/. Sur le plateau d'Arrêt Sur Images, Fiodor Rilov, l'avocat des ex-Samsonite et Anne-Claire Guillain, journaliste à l'agence d'Hénin-Beaumont de La Voix du Nord, apportent leur éclairage.

Le film Liquidation totale est rediffusé aujourd'hui à 18h sur Public Sénat.


"On peut montrer la précarité sans être larmoyant"

Comment, d'une même lutte sociale, peut-on donner deux images radicalement différentes ? La lutte des salariés de l'ex-usine de Samsonite à Hénin-Beaumont, (Pas-de-Calais), en est un cas d'école. Comme l'a noté Télérama, deux enquêtes audiovisuelles ont récemment rendu compte de cette lutte : l'une sur TF1, l'autre sur Public Sénat. Pourtant, entre les deux, le téléspectateur n'avait pas l'impression d'être devant le même conflit... ou les mêmes salariés.

Pour disséquer ces deux enquêtes, et comprendre leurs différences, nous recevons Hélène Desplanques, réalisatrice de "Liquidation totale", un documentaire consacré à la bataille judiciaire des ex-salariés de Samsonite diffusé cette semaine sur Public Sénat, l'avocat des salariés Fiodor Rilov, ainsi qu'Anne-Claire Guilain, journaliste de la Voix du Nord, qui a suivi le conflit.

L'émission est préparée par Sophie Gindensperger, animée par Daniel Schneidermann, et déco-réalisée par François Rose. La vidéo dure 68 minutes. [...]

Une faillite et deux regards : en septembre 2005, le groupe Samsonite, propriétaire d'une usine à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), décide de la céder. Le repreneur est une holding dont le projet est de reconvertir l’usine pour fabriquer des panneaux solaires. Mais dix-huit mois plus tard, les caisses sont vides, l’usine est en liquidation judiciaire et les salariés sont licenciés a minima. Pas un seul panneau solaire n’a été produit. C'est le combat judiciaire des salariés lésés qu'ont suivi les deux enquêtes qui nous intéressent. Si le documentaire d'Hélène Desplanques (Liquidation totale, diffusé cette semaine sur Public Sénat) impute clairement la responsabilité de la banqueroute à Samsonite, TF1 (Enquêtes et révélations du 6 octobre 2009) se focalise sur les patrons voyous qui ont repris l'entreprise. Le nom de la marque de bagages n'y est même pas prononcé.

Fiodor Rilov, l'avocat des salariés, apparaît dans les deux enquêtes. Desplanques en fait le véritable héros de son documentaire : elle suit le développement de la stratégie de Rilov contre Samsonite. Mais quand il est interviewé sur TF1, l'avocat ne prononce pas le nom du fabricant de bagages... le résultat d'un montage d'orfèvre, si l'on en croit l'explication de l'avocat.

L'image des salariés n'est pas la même non plus dans les deux reportages. "Liquidation totale" montre des salariées militantes, qui organisent la lutte. "Enquêtes et révélations" s'intéresse à un ancien cadre et le filme longuement en larmes dans son usine vide. comment faire pleurer un ancien salarié ? Nos invités racontent le tournage. Plus largement, comment gérer l'émotion quand on traite d'une lutte sociale ?

D'autres émissions de la télévision française se sont intéressées, de près ou de loin, à cette affaire Samsonite. En 2007, l'émission Enquête exclusive sur M6 filmait la perquisition de la brigade financière dans les locaux de l'usine. Des images qui donnent le point de vue policier sur l'affaire. Et de plus loin, cette fois : cet été, Capital consacrait un reportage à la "guerre des valises" entre le géant Samsonite et le français Delsey, sans un instant s'intéresser à la dimension sociale du sujet.

Comment expliquer que personne n'ait vu venir les failles du projet du repreneur, qui proposait de produire des panneaux photovoltaïques avec les mêmes machines que celles qui produisent des valises ? L'envie d'y croire et le climat social difficile n'ont pas incité les pouvoirs publics et les salariés à regarder de trop près le projet de reprise... Lorsqu'à quelques kilomètres de là, le même projet de reprise sur une autre usine de bagages, Delsey, commence à tourner court, les salariés ne veulent même pas y croire.

Pour voir (ou revoir) le documentaire d'Hélène Desplanques sur Public Sénat, il est rediffusé samedi 13 février à 22h et dimanche 14 à 18h.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

flash 15/02/2010 17:53


Toujours aussi sexy anne-claire !