Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par PCF

Senat-palais-du-Luxembourg.jpgCe dimanche 25 septembre 2011 fera date. Pour la première fois, et malgré un mode de scrutin construit sur mesure pour elle, la droite perd la majorité au Sénat et une sénatrice ou un sénateur de gauche peut être élu président de la Haute assemblée dans une semaine. La citadelle de la droite est tombée ! C'est une sanction sans appel de la politique gouvernementale. Ce scrutin porte la marque du rejet de ses choix et de la colère des élus des collectivités territoriales face aux attaques répétées du gouvernement contre la démocratie locale. Les listes de la gauche progressent partout et, dans de nombreux départements, celles présentées par le Front de gauche connaissent des progressions très sensibles, comme dans le Lot, l'Orne, les Hautes-Pyrénées, le Jura, les Pyrénées-Orientales et le Loir-et-Cher. C'est un formidable signal de confiance et d'espoir pour l'avenir des échéances électorales de 2012.

Sur 16 sièges renouvelables, le Parti communiste français en réélit 14 et en gagne 1 nouveau dans le Morbihan. Le rôle de notre groupe sort conforté de ce scrutin. Il se battra dès les discussions de cet automne sur le budget de la nation et le projet de loi de finance de la sécurité sociale. Les sénatrices et sénateurs communistes demandent que la nouvelle majorité du Sénat se prononce au plus vite pour l'abrogation de la réforme des collectivités territoriales que ce scrutin condamne sans ambiguïté. Sans attendre, le Sénat doit devenir un point d'appui pour résister à la politique d'austérité et de régression démocratique de Nicolas Sarkozy. Une page se tourne, les jours de la droite au pouvoir sont bel et bien comptés.


Pierre Laurent,
Secrétaire national du PCF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yves Lourdel 26/09/2011 22:46




C'est aller un peu vite en besogne, non?
Un sénateur communiste de moins, le PS pas du tout assuré de gagner la présidence de la Haute Assemblée, un mode de scrutin qui ne refléte que de très loin l'opinion publique, bref il me semble
qu'il n'y pas de quoi vendre la peau de l'ours ...
Y.L.



David NOËL 27/09/2011 12:40



Je trouve aussi ce communiqué de Pierre Laurent un peu trop optimiste dans la mesure où le PCF perd un sénateur (deux pertes et un gain) et le PG deux. Notre groupe perd donc trois sénateurs,
mais mathématiquement, la gauche dans son ensemble a la majorité au Sénat et sauf alliance contre-nature et débauchage, c'est un socialiste qui devrait présider le Sénat.


Pendant les mois qui viennent, le Sénat pourra résister à la droite, faire des propositions de lois ou mettre en place une commission d'enquête sur les attentats de Karachi. C'est tout de même
positif.