Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Sortie dusineDavid Noël, secrétaire de la section d'Hénin-Beaumont du PCF et vice-président d'Un Nouvel Elan pour Hénin-Beaumont en charge de la commission culture était samedi soir à l'Escapade pour assister au spectacle émouvant et engagé de Nicolas Bonneau.

Auteur et conteur, Nicolas Bonneau a amorcé en 2006 un collectage de paroles d’ouvriers dans la région Poitou-Charentes et plus particulièrement en Deux-Sèvres, dans un contexte rural.

Son spectacle « Sortie d’usine » est l’enquête d’un fils d’ouvrier qui cherche à comprendre pourquoi son père a arrêté l’usine au bout de 35 ans.

Pendant plusieurs mois, des ouvriers ont accepté de lui parler : des retraités, des actifs, des syndiqués de tous bords, hommes, femmes, militants, résistants, cheminots, infirmières, cadres, patrons...

D’autres ont refusé : « C’est déjà suffisamment pénible en ce moment, avec les licenciements, alors si en plus faut en parler le soir. »
Et des usines de différents secteurs se sont laissé approcher: métallurgie, pétrochimie, automobile, plasturgie, confection, chaîne du froid, laiterie, tuilerie, usines désaffectées...

Autour du monde ouvrier, la petite et la grande histoire se rencontrent, pour des récits puisés auprès de ceux qui les ont vécus.

Gilbert sort du lotissement qui le conduit chaque matin à l’usine. Un atelier d’usinage dans une usine de chimie lourde. Juste à côté, dans le marais, les tuileries ont presque toutes fermé. Sa femme travaille dans la confection. Sylvia trouve que le boulot de sa mère, « c’est vraiment l’enfer ».
Hier soir dimanche, veille du lundi matin et du boulot qui reprend, Marie-Claire a encore vomi. Chez VCI, il faut souder la cuve dans la poussière de chrome et de nickel. C'est le travail de Dédé, qui écoute Nostalgie à la radio.
Mais l’usine c’est la mort parfois... Parfois aussi, on rigole. Il y a des usines désaffectées, des montées à Paris pour la manif, des syndicats et des piquets de grèves, des coups de gueules et des coups à boire, des matins difficiles et des quotidiens qui ne demandent qu’à chanter.
Des mots comme une révolte, des histoires pour ne pas se laisser contaminer par le monde comme il va, des personnages en forme d’hommage à la classe ouvrière.

Difficile de rester insensible à l'émotion et à l'authenticité qui se dégage des paroles ouvrières racontées par Nicolas Bonneau, longuement applaudi samedi soir. A l'issue de la représentation, David Noël a pu échanger avec l'auteur et le féliciter pour son spectacle qui donne envie de lutter. Bravo à Nicolas Bonneau, mais aussi à Gilbert, Catherine, Dédé, Philippe, Marie-Claire et tous les autres personnages de « Sortie d’usine », figures d'une classe ouvrière digne et debout !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

anonyme 09/03/2010 13:42



MR BINESSE,


vous qui étes le plus intelligent de l'A.R. "APOLITIQUE",que pensez vous de la grave erreur politique commise par DUQUENNE,téléguidé par PERCHERON et manipulé par BOUQUILLON.d'après vous qu'en
pensent les électeurs qui vous ont fait confiance ?. pensez vous  récuperer en 2014,ceux que vous avez enfumé dés votre élection.n'hésitez pas à mettre MME DUQUENNE à la téte de la section
du P.S.,juste après les régionales.ce serait la cerise sur le gateau.cela s'appellerait le respect des électeurs ,si chére au parti socialiste.