Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

CM 30-06-10 (4)Le PCF et Un Nouvel Elan pour Hénin-Beaumont ont eu beau tendre la main à Eugène Binaisse, c'est pour l'instant un dialogue de sourds entre l'Alliance "Républicaine" et notre association à lire les réactions et les commentaires des uns et des autres sur les blogs. Un an après l'arrivée au pouvoir de l'AR, alors qu'on pouvait espérer une pacification du débat public et un dialogue respectueux, le camp républicain est divisé et cette division est de la responsabilité exclusive de l'Alliance "républicaine".

Tout le monde connaît la version de l'Alliance "Républicaine". L'AR qui avait constitué autour d'elle et alliée aux Verts et au MoDem une liste anti-corruption en 2008 est repartie aux urnes toute seule en 2009, en refusant toutes les alliances de premier tour (Alain Alpern pourrait en témoigner) et en faisant campagne sur le thème "c'est nous qui avions raison". Durant la campagne de 2009, loin de nous traiter en partenaires, ils nous ont traités comme des ennemis en nous accusant d'avoir soutenu Gérard Dalongeville et ont refusé toute alliance au second tour avançant que nos 17 % constituaient un camouflet et la preuve certaine que les Héninois ne voulaient pas de nous (sic). Pour mémoire, l'AR avait obtenu 20 % des voix. Pas de quoi pavoiser... Finalement élus grâce à la discipline républicaine de tous les partis de gauche, l'AR s'est auto-persuadée qu'elle avait sauvé la ville du FN en refusant toute alliance entre les deux tours. Apparemment, il y aurait eu des bataillons d'électeurs républicains viscéralement hostiles à Pierre Ferrari et à David Noël et prêts à voter Front national plutôt que de nous voir sur une liste d'union. Prière de ne pas rire...

Aussitôt, l'AR s'est rapprochée des barons qui soutenaient Gérard Dalongeville et qu'elle combattait en avançant l'idée qu'il était nécessaire d'avoir des alliés pour redresser Hénin-Beaumont.

Refusant de s'expliquer sur ce qui ressemble à un pacte passé avec le Front national contre Gérard Dalongeville en 2008, l'AR balaie les accusations des républicains avec mépris et nous traite de revanchards. Pour l'AR, la seule perspective qui s'offre à nous est de reconnaître notre complicité avec Dalongeville et de quitter la scène politique, des alliances pouvant être nouées ultérieurement avec nos partis s'ils acceptent de soutenir la majorité, mais pas avec nous.

Le problème, c'est que tout est faux dans cette version de l'histoire municipales revisitée par l'AR !

En 2008, l'AR n'était pas la seule à incarner le combat anticorruption. Ce combat anti-corruption, c'était aussi le combat du PCF et du "Club des 5", c'était le combat de Marie-Noëlle Lienemann, c'était mon combat. Depuis ma première carte à Attac en 2001, je me suis battu avec le PC et dans mon syndicat contre la fausse gauche, celle des éditorialistes médéfisés, des socialistes acquis au libéralisme et des barons véreux à la Dalongeville. Depuis que j'ai commencé à militer, je milite pour que la gauche soit vraiment de gauche. Georges Bouquillon devait être aveugle et sourd pour ne pas le voir... Depuis que je milite, je me suis battu contre le FN qui prospère quand les classes populaires ont le sentiment d'être abandonnées. La décision stratégique de faire primer le combat contre le FN et de mener le combat anticorruption de l'intérieur a sans doute manqué de lisibilité, mais ça, c'est le problème des observateurs et des commentateurs qui ne voulaient pas lire, parce que le combat contre Dalongeville, je l'ai mené et nous l'avons mené courageusement. A aucun moment, nous n'avons cautionné la gestion Dalongeville et nous nous sommes battus pour faire triompher la vérité et la justice.

Les chefs de l'AR connaissaient parfaitement nos véritables sentiments envers Gérard Dalongeville et n'ignoraient rien des affrontements de bureau municipal qui ont abouti à notre exclusion, à nos retraits de délégation et à nos retraits de fonction pour opposition. La malhonnêteté intellectuelle de Georges Bouquillon et de ses amis qui ont fait l'amalgame entre Dalongeville et nous comme le FN le faisait a quelque chose de stupéfiant.

Loin d'avoir fait la seule chose à faire pour sauver la ville, c'est la volonté hégémonique qui animait l'AR et leur a fait refuser toute alliance en 2009, un pari risqué qui aurait pu donner la victoire au FN. Il va de soi que la fusion des listes, loin de donner la victoire au FN, aurait abouti à une large victoire des républicains et permis d'accroître les compétences qui font défaut à la majorité actuelle.

Plus grave, au contraire de notre pseudo-complicité avec Dalongeville qui n'existait que dans les têtes de Briois, Bilde et Bouquillon la collusion entre Georges Bouquillon et le FN était elle, bien réelle et est aujourd'hui bien documentée. Djamel Mermat et Christine Coget ont mis en lumière la collaboration de Bouquillon et des chefs frontistes.

En ralliant le parrain politique de Gérard Dalongeville, l'affairiste Jean-Marie Alexandre, poursuivi par la CRC, la DDASS et le fisc pour sa gestion controversée de La Vie Active, l'AR a tiré un trait sur son combat anti-corruption et a trahi le combat commun.

Pour autant, je n'ai aucun sentiment de revanche vis-à-vis de l'AR et je déplore l'hostilité et le dialogue de sourds entre nos organisations.

L'AR est-elle prête à reconnaître que nous avons mené de notre côté, et avec autant de détermination qu'eux le combat anti-corruption et que nous avons travaillé sérieusement et avec passion pour notre ville ?

L'AR est-elle prête à reconnaître qu'elle a commis une lourde erreur politique en pactisant avec le FN à l'occasion de la rédaction du recours en annulation des élections de 2008 et s'engage-t-elle à ne plus faire aucun cadeau à l'extrême droite ?


L'AR est-elle prête à continuer le combat anti-corruption à nos côtés contre Jean-Marie Alexandre et tous les autres barons de la région impliqués dans l'affaire Dalongeville et s'engage-t-elle à rompre tout lien avec eux ?


Je n'ai aucune illusion sur les réponses de Georges Bouquillon, mais ce n'est pas au manipulateur en chef de répondre, c'est au maire, Eugène Binaisse.

Eugène Binaisse est victime des manoeuvres de Georges Bouquillon, il l'a pratiquement reconnu dans La Voix du Nord. Si, une fois de plus, les réponses de l'AR sont collectivement négatives, alors, le dialogue de sourds se poursuivra, il faut le craindre, parce que de notre côté, il est exclu que nous puissions cautionner une collusion avec le FN et le rapprochement avec les parrains politiques de Dalongeville tout en acceptant de se faire insulter en permanence par des gens malhonnêtes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ben475 10/07/2010 16:15



GB !! Notre cher George changera-til un jour ? Renoncera-t-il à collaborer avec JMA et la FN ? Personellement, j'en doute. GB est borné et ne comprend rien je me demande meme pourquoi il fait de
la politique.


Ce qu'on espére, c'est que Monsieur Binaisse essaie de remonter son équipe municipale pour redresser Hénin-beaumont et qu'il vire GB une bonne fois pour toute, cet homme n'a rien à faire à la
tête d'Hénin-beaumont, c'est un manipulateur et j'en passe...



Oscar 09/07/2010 19:24



Cher David,


Jamais l'A.R ne reconnaîtra ses erreurs politiques (collaboration de G.B et du F.N), jamais il n'accepteront de rompre tout lien avec J.M ALEXANDRE et les autres barons de la région impliquée
dans l'affaire Dalongeville.


GB ne reconnaître jamais ses torts, jamais il ne va s'abaisser et malheureusement Eugène BINAISE se laisse mener par le bout du nez.


jen'ignore pas le combat acharné que tu as mené pour combatttre G.DALLONGEVILLE, je te félicite David.



Georgette 08/07/2010 20:42




GB n'est animé par aucune conviction politique mais par une haine dont il ne connait pas lui même
les raisons objectives !



Pouvoir+argent=Bouquillon 08/07/2010 11:44



Il y a bien longtemps que Binaisse et Bouquillon ne s'entendent plus ! Bouquillon n'a jamais apprécié que Daniel Duquenne donne le poste de premier adjoint à son ami Eugène ! GB, qui est toujours
dans la haine et la vengeance , ne l'a toujours pas digéré !

C'est bien la preuve que ce GB ne pense qu'au pouvoir et à l'argent !