Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Quelle surprise ! Le FN est hostile au Front républicain ! C'est Steeve Briois qui l'a révélé sur son blog il y a deux jours dans un article débordant de haine envers le PCF et ses partenaires d'Un Nouvel Elan pour Hénin-Beaumont.

Contrairement à ce qu'il espérait, nous nous sommes désistés entre les deux tours par discipline républicaine. Frustré de ne pas avoir gagné, le FN tente maladroitement de nous pousser à la faute en nous incitant à ne plus pratiquer la discipline républicaine et en nous traitant de "neuneus".  La ficelle est grosse...

Au PCF, la discipline républicaine n'est pas un vain mot et on comprend la fureur de Briois et Bilde qui parlent systématiquement de "front ripoublicain", des propos injurieux et qui montrent le vrai visage de Briois, Bilde et leurs séides qui détestent la République. Décidément, non, le Front National n'est pas un parti républicain !

La réalité, c'est que la discipline républicaine entre partis de gauche est un principe sur lequel on ne peut pas transiger et qui est au coeur des valeurs de la gauche depuis la fin du XIXe siècle : après l'Affaire Dreyfus, les socialistes et les radicaux qui n'avaient ni les mêmes valeurs, ni le même programme se retrouvent côte à côte dans un gouvernement de défense républicaine face aux ligues antisémites qui rêvaient d'un coup d'Etat et de l'instauration d'un régime plébiscitaire. C'est que les socialistes et les radicaux se reconnaissaient dans le camp de la République et du progrès social. Aux élections au suffrage uninominal, on se désiste alors pour le candidat de gauche le mieux placé. Aux élections qui ont lieu au scrutin de liste, on fusionne les listes au second tour pour faire barrage à la droite et à l'extrême droite. La discipline républicaine repose sur le principe du désistement réciproque ; elle a permis au Bloc des Gauches d'arriver au pouvoir en 1902.

On peut faire la même démonstration pour le Front Populaire : c'est la discipline républicaine et le désistement réciproque entre communistes, socialistes et radicaux aux législatives de 1936 qui permet au gouvernement Blum d'arriver au pouvoir après que les ligues aient tenté le 6 février 34 un coup de force contre le parlement pour instaurer un régime plébiscitaire d'inspiration fasciste.

Le PCF a toujours accepté la discipline républicaine. Aux législatives de 1993, alors qu'une seule voix séparait Yves Coquelle d'Albert Facon, le PCF s'est désisté en faveur du PS pour battre Jean Urbaniak, candidat de la droite.

Dans les années 80, le FN a espéré un temps pouvoir pratiquer les désistements réciproques avec le RPR et l'UDF sauf que les partis de droite, après un temps de flottement ont refusé : le FN n'est pas un parti républicain, il ne pouvait pas y avoir de désistement réciproque ou de fusion de liste avec les frontistes.

Cette position de la droite est parfaitement juste. En France, les concepts de "gauche" et de "droite" sont apparus avec la Révolution française de 1789. A droite, les conservateurs qui acceptaient la révolution politique, mais voulaient conserver l'ordre social, à gauche, les progressistes qui voulaient aller à une révolution sociale qui parachève la révolution politique.
De l'Action Française au début du XXe siècle au Front National aujourd'hui, le FN s'inscrit dans une tradition contre-révolutionnaire qui a mis en application ses idées sous le régime de Vichy. Le FN n'est donc pas un parti républicain et la droite est parfaitement fondée à refuser la pratique du désistement réciproque.

Isolés et furieux, les frontistes parlent donc systématiquement de "front ripoublicain" contre eux, une formule qui vise à salir leurs adversaires et ne convaincra que les convaincus. A qui Briois veut-il faire croire que Daniel Duquenne, Régine Calzia, Pierre Ferrari, Christine Coget ou David Noël seraient des ripoux ? Personne ne croit Briois lorsqu'il balance ce genre de formule qui le ridiculise plus qu'autre chose.

A Hénin-Beaumont, le PCF a plaidé, avec ses partenaires d'Un Nouvel Elan pour Hénin-Beaumont pour une fusion des listes républicaines au soir du premier tour. Au scrutin de liste, la discipline républicaine se traduit habituellement par une fusion des listes dans un front républicain et chacun s'engage à la réciprocité.
En refusant, l'Alliance Républicaine nous a contraint à nous désister parce qu'un maintien au second tour aurait provoqué une triangulaire et fait gagner le FN. Même si l'Alliance Républicaine en aurait été la seule responsable, par son sectarisme, dans ce cas de figure, c'est toujours la liste arrivée derrière qui est accusée de tous les maux. Le désistement était donc devenu la seule solution.

Nous avons été littéralement piégés par l'Alliance Républicaine dont le sectarisme est d'autant plus choquant que tout montre que dans le scénario inverse, il n'y aurait eu aucune réciprocité et que l'AR, poussée par ses extrémistes fanatiques, aurait maintenu sa liste au second tour.

Ce scénario ne se répétera pas aux prochaines élections. Pour une simple et bonne raison : la prochaine fois, c'est nous qui serons en tête de la gauche. A l'AR d'en tirer les conséquences. Si elle ne le fait pas, elle en portera toute la responsabilité.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hemingway 12/11/2009 11:01


Merci de votre réponse argumentée M. Noel.

Il faut reconnaître qu'il est plus facile aujourd'hui, avec le recul (20 ans...), de s'opposer aux régimes communistes (ils en avaient au moins le nom et certaines de ses structures) qui
sévissaient à l'Est. Il me semble néanmoins que le PCF et ses militants soutenaient, les yeux fermés, le Grand Frère moscovite du temps de la "spendeur" soviétique. Voilà aussi une raison
du déclin du PCF selon moi : le non-rejet, ou le rejet bien trop tardif, de ces dictatures dites communistes...

C'est presque un débat philosophique mais je crois le communisme doctrinal de Marx et Lénine totalement inopérant "démocratiquement". La minorité ouvrière (quelle est-elle aujourd'hui ?) ne
peut imposer ses vues que par la force et le sang. Je n'y crois pas, les structures économiques ont trop changé même si le système d'exploitation reste...
Et pourtant, "dieu" sait que les revendications communistes (que je partage pour certaines) ont des résonances actuelles et même futures dans ce "casino capitalism" à la fois sauvage,
déstructurant et "inhumain"...

Sinon, je vous rejoins totalement sur votre analyse des causes du déclin du vote communiste. Mais je suis, en revanche, bien pessimiste sur l'avenir du PCF et des voix révolutionnaires
qui resteront "historiquement' fragmentées et divisées : NPA, Parti de Gauche, PCF, LO, Parti de Travailleurs, etc. Les révolutionnaires sont incapables de s'entendre et de se réunir pour
rassembler, effectivement, le matelas de 10 à 15% des voix qu'ils sont en mesure d'obtenir... J'ai presque envie de dire : dommage...


anonyme 10/11/2009 12:44


Réponse à David Noel (15h37)

Rassurez vous Monsieur, je n'ai absoluement rien à voir avec les Le Pen!!
Simplement, j'aurai voulu connaitre votre Avis, comme Heminway!!


David NOËL 10/11/2009 21:29



Mon avis, c'est qu'à partir de la mort de Lénine et de la prise de pouvoir de Staline, on a assisté à une sinistre caricature du communisme qui n'avait rien à voir avec les idées de Marx ni avec
les idées de Lénine. Bien évidemment, les régimes bureaucratiques et policiers apparus en Europe de l'Est par la force des armes soviétiques n'avaient rien de communistes.
Le communisme suppose la démocratie la plus large dans les quartiers, dans les usines... Le communisme est par essence démocratique.
 
Je me reconnais dans la révolution de 1917, mais je me reconnais aussi dans la Commune de Paris et dans la Révolution française de 1789. Si le parti communiste est né au Congrès de Tours après
1917, le mouvement ouvrier français puise ses racines bien avant.
Alors, la chute des régimes dictatoriaux et bureaucratiques d'Europe de l'Est, ce n'est ni la fin du communisme, ni celle du mouvement ouvrier et l'espoir révolutionnaire est toujours vivant.

Le déclin du PCF a plusieurs causes : les participations gouvernementales successives ont enlevé au PCF une partie de sa "fonction tribunicienne" récupérée par d'autres partis. Avant, pour crier
sa colère, on votait PCF. C'est de moins en moins le cas, il y a d'autres votes de colère. Le PCF a perdu une partie de sa fonction tribunicienne sans rien gagner en retour. Les gens qui veulent
voter pour un parti réformiste respectable votent PS. Une autre raison du déclin du PCF tient au recul de la grande industrie, au chômage, à la fragmentation du salariat voulue par le patronat.
Nous avions des cellules dans chaque puits de mine, nous devrions en avoir dans chaque hypermarché ; malheureusement, ce n'est pas le cas alors que pourtant, l'exploitation est tout aussi
réelle.

Je ne suis pas pessimiste. Il y a un espace politique anticapitaliste de 10 à 15 % des voix au minimum. Il est très fragmenté entre le PCF, le NPA, LO, le POI, le PRCF, les antilibéraux comme la
Fédération, etc. Le PCF doit retrouver la confiance de son électorat qui s'est dispersé en redevenant le parti de la colère et de l'espoir de transformation sociale. Il faut qu'au national, ils
retrouvent cette colère que leur quête de respectabilité médiatique leur a fait perdre.



Hemingway 10/11/2009 11:13



M. Noel, tel un politicien habile, vous avez joliment esquivé la question sur les 20 ans de la Chute du Mur !
Parce que le 9 novembre 1989, c'est la première fissure, enfin le premier craquement, dans le bloc soviétique qui allait conduire en à peine 2 ans à la mort du communisme d'Etat en Europe de
l'Est...



20 ans plus tard, qu'en retirez-vous, vous M. Noel en tant que membre du PCF ? N'est-ce pas la fin des illusions, la preuve de
l'impossibilité pratique du marxisme-léninisme ? Ce n'est absolument pas une attaque de ma part, c'est juste que votre point de vue d'historien m'intéresse. J'aime bien Marx le
philosophe, l'économiste mais je suis beaucoup plus sceptique sur Marx le politique, du moins sur son projet politique idéal et idéaliste.

Quelles répercussions, notamment, sur les militants communistes français ? Sur le Parti et ses cadres ? Le lent déclin du PCF, amorcé dès 1945 en fait, s'est accéléré après 1989 avec en
ligne de mire le score absolument ridicule de Robert Hue en 2002 et le résultat à peine mieux de M-G Buffet en 2007.
Ces scores nationaux contrastent avec l'implantation locale du Parti qui perd, certes, quelques bastions (Calais par exemple) mais qui reste importante et à l'efficacité reconnue. Je
salue ici le travail courageux des élus rouvroysiens.

Si vous pouviez répondre à ces questions ouvertes, j'en serai ravi !

Amicalement,

Hemingway


 



é bin 10/11/2009 00:15



comme sur le site de l'A.R., ils ont un commentaire et demi par jour (dont la moitié provient du débile filial ),ils attendent 15 JOURS,pour remplir leur site,avant de changer la date.
allons, messieurs,agissez,faites remplir votre site par le seul, digne d'etre pensionnaire à l'intitut ,rue védrine...


le pluri-pseudo, alias, le facteur à  la clef-passe, qui retire les tracts des boites aux lettres de ses concurrents politiques (y compris ceux du F.N.) dont le cerveau ne vaut pas celui
d'une huitre,cuite au soleil.
avec lui,vous avez l'assurance de plusieurs conneries quotidiennes...


N.B. lui fournir un dictionnaire, afin de comprendre ses délires verbales



é bin 09/11/2009 22:32



n'ayant pu assister ,pour des raisons professionnelles, au dernier C.M.
je suis allé sur le site du F.N.


j'en ai la chaire de poule....


une nouvelle fois,MARINE LE PEN a laminé,ridiculisé,écrasé,réduit à néant,le binome  ,aphone, incapable de réagir ,sauf par des réponses à coté de la plaque,qui font semblant de gérer la
ville.
quand je pense que, hélas ,j'ai voté pour ces gens là.!!!!!
les 2 %  qui avait fait la différence aux dernieres élections de la députation fondent  au soleil.pauvre albert.
hénin-beaumont est à ce jour ,un tremplin en or pour elle.
vérifions le résultat de M.L.P, dans les prochaines élections qui vont se succeder..et messieurs les faux-socialistes ,preparez vos mouchoirs,l'addition va etre trés,trés lourde...
certains regretteront d'avoir mis en place à H.B.T....une équipe d'incapables,et (inexperimentée malgré son age avancée).



é bin 09/11/2009 21:10


dans la voix du nord du 28 octobre 2009,nous apprenons que mme VAUDET a perçu une indemnité de 60.000 euros .ceci est confirmé par eugene binesse.
dans une ville en ruine, mr bouquillon,excellent adjoint à la communucation,peut-il nous indiquer le salaire mensuel de la concubine de l'ancien maire d'henin-beaumont.
les contribuables ,taxés de 10 % supplémentaire,ont le droit de savoir....en toute transparence...


Lulu 09/11/2009 19:11


Quel élu de la majorité a voté , lors du CM de jeudi dernier , pour Marine Le Pen concernant l'élection d'un représentant de la ville à la SEM Adevia ?


Anonyme 09/11/2009 12:44


Mr Noel, pouvez vous donner votre avis sur "20 ans, anniversaire de la chute du Mur"

et que pensez vous du régime de Cuba qui a vu Fidel installer son frère au pouvoir??


David NOËL 09/11/2009 15:37



Avec plaisir. Mon avis, c'est que rien ne peut justifier que l'on bafoue le droits de l'homme. J'ai en horreur les dictateurs qui ont sali le beau nom de communisme en mettant en place des
régimes autoritaires et répressifs. En aucun cas, ce n'est du communisme.

Mais vous, quel est donc votre avis sur la haine du FN envers la république ? Je serai très curieux de le savoir...