Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Retrait delegations (VDN 09-09-08)Pierre Ferrari, adjoint à l'emploi et David Noël, adjoint à la culture, ne seraient plus en odeur de sainteté du côté de l'hôtel de ville d'Hénin-Beaumont. Leurs récentes prises de position dénonçant le train de vie municipal auraient eu le don d'agacer le maire Gérard Dalongeville. Les deux élus seont-ils pour autant révoqués ?

Par PIERRE-LAURENT FLAMEN
henin@info-artois.fr

C'était le 3 septembre sur l'antenne de France 3 Nord-Pas-de-Calais. David Noël (PCF) et Pierre Ferrari (Mouvement des jeunes socialistes), tous deux membres de la majorité municipale, s'expriment au sujet des récentes augmentations d'impôts décidées par la préfecture après les recommandations de la Chambre régionale des comptes. David Noël parle "de dépenses de fonctionnement trop importantes", Pierre Ferrari, "d'un train de vie qui n'est pas adapté à la taille de la commune." Auparavant, par le biais de communiqués de presse, les deux hommes avaient déjà exposé des sentiments similaires au grand jour. Ce qui, on l'imagine, n'a pas dû faire plaisir à Gérard Dalongeville.
Lequel aurait, lors d'un bureau municipal qui s'est tenu jeudi, brandi la menace d'un arrêté municipal qui mettrait fin aux délégations des deux adjoints. C'est en tout cas la rumeur qui court en ville, relayées par un communiqué de presse du FN.
Qu'en est-il exactement ? David Noël tempère : "La réunion de jeudi, je n'y suis pas allé. Je n'ai eu que quelques échos indirects. Beaucoup de gens parlent, moi, je ne sais pas quoi vous dire. En tout cas, je n'ai pas reçu de notification officielle. J'ai quelques craintes, c'est tout." L'élu communiste confirme par contre des tiraillements ai sein de la majorité municipale : "Je confirme un climat de tension. Mais quand je m'exprime, je m'exprime souverainement au nom du PC."
Jean-Claude Danglot, sénateur communiste et secrétaire de la fédération du Pas-de-Calais, annonce la couleur : "En cas d'ultimatum, il n'y aura pas de compromis, on n'acceptera pas de rentrer dans le rang. Si ça se présente, on n'hésitera pas et on choisira le camp de l'opposition."
Albert Facon, député et responsable socialiste de la XIVe circonscription, n'est guère plus mesuré : "Pierre Ferrari est un gars franc. Il est parti sur la liste majoritaire après un accord, il veut garder une certaine liberté de parole. Si Gérard Dalongeville va jusqu'à lui retirer sa délégation, je demanderais une solidarité totale du PS."
On n'en est, semble-t-il, pas encore là. Même si cette affaire laisse apparaître clairement que tout le monde n'est pas sur la même longueur d'ondes au sein de la majorité municipale.

Nous avons tenté de joindre sans succès Gérard Dalongeville, Pierre Ferrari et Serge Janquin, premier fédéral du PS du Pas-de-Calais.

 



Déjà lors du mandat précédent...

En décembre 2002, Gérard Dalongeville avait retiré ses délégations d'adjoint à Georges Bouquillon, alors chargé de la culture, de la communication et de la vie associative. Deux élus des Verts avaient ensuite démissionné.

Sans préjuger du sort réservé à David Noël et Pierre Ferrari (lire plus haut), le cas d'un adjoint se voyant retirer sa délégation a déjà existé à Hénin-Beaumont. C'était en décembre 2002. Lors d'un bureau municipal pour le moins houleux, Gérard Dalongeville avait retiré ses délégations au MDC Georges Bouquillon, alors adjoint à la culture, à la communication et à la vie associative.
A l'époque, c'était la fin d'une équipe plurielle où ex-socialistes, communistes, Verts, MDC et indépendants de droite tentaient de cohabiter.
Ce jour de décembre 2002, les Verts Jean-Marc Bureau et Guy Haudrechy et le communiste Jean-Bernard Deshayes avaient annoncé leur solidarité avec Georges Bouquillon et leur ferme intention de quitter à leur tour la majorité municipale.
En tout début d'année 2003, c'était chose faite pour les deux premiers nommés qui se séparaient de fait, de leurs délégations d'adjoints à la politique de la ville pour le premier nommé, à l'urbanisme et à l'environnement pour le second. Quant à Jean-Bernard Deshayes, il ne mettait finalement pas sa menace à exécution et demeurait dans la majorité municipale. Où il est toujours d'ailleurs.

 



LES REACTIONS

"A ma connaissance, le maire ne leur a pas encore indiqué cette décision éventuelle. Les bruits sont nombreux à Hénin-Beaumont, je prends toutes ces nouvelles avec circonspection."
Marie-Noëlle LIENEMANN, première adjointe

"Voilà des personnes qui voulaient phagocyter Gérard Dalongeville, lui enlever son pouvoir. Ce sont eux qui vont finir nus. ça ne me surprend absolument pas, bien au contraire. C'est la suite logique de la réélection de Gérard Dalongeville."
Steeve BRIOIS, conseiller municipal FN 


Source : La Voix du Nord
Mardi 09 septembre 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article