Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Signature-traite-Elysee.jpegLa France et l'Allemagne célèbraient en grandes pompes l'anniversaire du Traité de l'Elysée hier à Berlin. Compte tenu de sa portée symbolique et de son importance pour la réconciliation franco-allemande, la séance commune des parlements français et allemands au Bundestag est une bonne initiative.

Mais quelles perspectives pour la relation franco-allemande, cinquante ans plus tard, dans un monde qui a tant changé et dans une Europe en crise ? A la veille de la cérémonie officielle au cours de laquelle André Chassaigne a pris la parole pour notre groupe à l'Assemblée nationale, nous avons tenu une initiative commune du Front de gauche et Die Linke. Nous avons défini ensemble trois principes qui devraient présider, dans une optique de gauche, pour la coopération entre nos peuples.

Cette coopération doit être pacifique. La France et l'Allemagne devraient promouvoir partout des solutions politiques de résolution des conflits et agir pour la paix et la sécurité dans le monde.

Ce partenariat doit être coopératif. Nous refusons l'idée d'une « Europe qui parle allemand » comme celle d'un « condominium » franco-allemand sur le reste des pays européens. Dans l'UE, chaque peuple doit compter pour un !

Nous voulons une coopération citoyenne, qui favorise l'échange de jeunes, de créateurs, les initiatives communes des militants progressistes, les acteur des mouvements syndicaux, sociaux, écologiques, féministes, antifascistes et pacifistes. C'est la clé d'une authentique amitié franco-allemande.

Le Front de gauche et Die Linke ont également défini un programme de travail commun pour les deux années à venir. Nous tiendrons notamment, à l'initiative de nos groupes parlementaires respectifs, une initiative en France dans les semaines prochaines autour du rapport Gallois afin d'informer les français sur les conséquences de ces mesures que les travailleurs allemands expérimentent depuis 10 ans, depuis l'adoption des réformes Hartz.


Pierre Laurent,
Secrétaire national du PCF,
Président du PGE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yves Lourdel 23/01/2013 16:45


Ils me font bien rire avec la commémoration de Reims 1962 et la célébration du 50°
anniversaire du traité de l’Elysée (1963). Moi j'ai fait partie dès 1957 d'un des premiers échanges franco-allemand quand nous nous sommes retrouvés avec d’autres jeunes d’Hénin et de Lens à
Hammelbach dans l'Odenwald où il y avait une colonie de vacances de la ville minière de Herne (Ruhr). Le noël suivant nous étions accueillis à Herne par les familles de correspondants. Et l’année
d’après les mêmes correspondants accueillis chez nous après une réception en mairie d’Hénin.


Et voici ce que m’a répondu un ami alsacien quand je lui ai raconté cette histoire :
« Tu as bien raison d'évoquer l'antériorité des échanges ''franco-allemand'';  tout gamin j'ai connu le camp des prisonniers installé à Grasegert à l'emplacement du stade de l'ASCA
(c’est à 68310 Wittelsheim) et les gens des cités savaient partager leurs maigres ressources alimentaires pour améliorer un peu leur ordinaire ».


Yves Lourdel