Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par UEC

logo-UEC.jpgLundi 5 août étaient révélées les conclusions de la mission sur la laïcité qui préconise notamment l'interdiction des « signes et tenues manifestant ostensiblement une appartenance religieuse » dans les universités, proposition visant explicitement les femmes voilées. En effet, l'auteur de ce rapport Alain Seksig nommé par la droite en 2009, est en croisade depuis plusieurs années contre les musulmans de France. Plus fort que Jean-François Copé et ses pains au chocolat, il déclarait dix ans auparavant que dans certains lycées, des salles étaient « annexées » par des élèves musulmans qui en interdisaient l'accès à ceux qui mangaient du porc. Toujours la même manœuvre nauséabonde, de faire d’anecdotes non vérifiées des vérités générales pour instaurer la peur et la division.

Les étudiants communistes dénoncent cette proposition qui s'inscrit dans la droite ligne du sarkozysme. Après cinq ans d'islamophobie portée jusqu'à la tête de l’État, comment un gouvernement qui se dit progressiste peut il s'inscrire dans cette démarche ? On a jamais intégré personne par des procédés d'exclusion. Les conséquences d'une telle décision seraient terribles à la fois pour les étudiantes qui se retrouveraient mises à la porte de leur université, et pour la société tout entière.

Alors que plusieurs universités sont en faillite, c'est bien de moyens qu'a besoin l'Enseignement Supérieur et non de mesures discriminantes. Et si Alain Seksig est si attaché à la laïcité, qu'il s'attaque alors aux milliers d'euros de subventions publiques donnés à l'enseignement privé catholique chaque années, ou encore aux accords France-Vatican qui permettent aux universités catholiques de faire reconnaître leurs diplômes sans contrôle. Nous ne tomberons pas dans ce piège grossier. La laïcité exige la neutralité des agents de l’État, pas celle des usagers. Et la défense des principes laïcs ne passe ni par l'islamophobie, ni par le racisme.


Jules Rondeau,
coordinateur national de l'UEC

Commenter cet article