Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Militante-ATTAC.jpgCinq à six cents militants altermondialistes sont attendus à l'université d'été d'Attac France qui s'est ouverte vendredi pour quatre jours à Arles (Bouches-du-Rhône) et sera centrée sur "la construction d'alternatives en rupture radicale avec la finance", selon les organisateurs.

Fondée en 1998 en réaction à la mondialisation financière, l'Association pour la taxation des transactions financières et l'action citoyenne peine à trouver un deuxième souffle, alors même que la crise des subprimes et ses conséquences ont incité plusieurs dirigeants politiques à reprendre l'idée d'une telle taxation au niveau international.

Cette initiative avait été notamment discutée lors du dernier sommet du G20 en avril 2009 à Londres, sans toutefois recueillir de consensus.

Attac a connu au milieu de la décennie écoulée une grave crise interne, portant sur les méthodes de l'ancienne direction. En 2008, 750 militants s'étaient encore pressés à son université d'été.

Aujourd'hui coprésidée par l'économiste Thomas Coutrot (Insee) et la trentenaire Aurélie Trouvé, l'association "devrait repasser cette année la barre des 10.000 adhérents" sous laquelle elle était descendue après en avoir compté 30.000 en 2004, selon un porte-parole.

"L'altermondialisme n'est pas en crise. Il se diversifie et pollenise", affirme Aurélie Trouvé dans un entretien à Libération, vendredi. Elle reconnaît toutefois "un désenchantement" dans la population face à un système financier perçu comme "intangible et intouchable".

Une soixantaine de débats sont prévus à Arles, notamment avec des économistes et des syndicalistes comme Gérard Aschieri, ex-secrétaire général de la FSU, ou encore l'écrivain Susan George, engagée depuis des années dans le mouvement altermondialiste.

Selon l'association, "de plus en plus de citoyens prennent conscience des injustices causées par le capitalisme financier, sans que ne se dégagent des alternatives claires pour la société".

Les ateliers d'Arles privilégieront donc "la construction d'alternatives qui soient à la fois en rupture radicale avec la finance et porteuses d'émancipation des citoyens vis-à-vis de toutes les formes de domination", indique un communiqué. Pour Attac, "la taxation des opérations financières est indispensable, mais elle ne tombera pas du ciel, il va falloir l'imposer".

Les participants s'interrogeront donc notamment sur "comment bâtir un système bancaire et monétaire au service de tous", "comment redistribuer les richesses, au plan national et international" ou encore "comment entamer la transition vers une société solidaire et économe en ressources".

Ce que l'association appelle la "contre-réforme" des retraites présentée par le gouvernement animera aussi les discussions. Pour Attac, qui édite le site internet retraites-2010.fr, "il est possible de proposer de nouvelles pistes de financement, notamment en soumettant les revenus financiers distribués par les entreprises à cotisation".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article