Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

JM-Baylet-mis-en-examen.jpgC'était l'affaire héninoise en cette fin du mois d'août. Le 24 août dernier, Pierre Ferrari, au nom du club DSK d'Hénin-Beaumont et Eric Mouton, au nom du PRG et en lien avec la municipalité, se sont livrés à une puérile guerre de protocole pour accueillir Jean-Michel Baylet, le président du PRG, sénateur et président du conseil général du Tarn-et-Garonne et patron de la Dépêche du Midi qui est candidat aux primaires citoyennes PS-PRG, comme Martine Aubry, François Hollande, Ségolène Royal, Arnaud Montebourg et Manuel Valls.

Le point d'orgue de cette guerre de protocole et le summum du ridicule a été atteint par le premier adjoint, Georges Bouquillon, qui refusant de voir Claudine Policante passer le micro à Pierre Ferrari pour présenter Jean-Michel Baylet, a débranché purement et simplement la sono du Nouvel Elan au nom du respect dû à la fonction majorale. Le débranchage de micro est tout de même une drôle de manière de faire respecter la fonction majorale, de même que les noms d'oiseaux échangés à la fin de la cérémonie entre plusieurs membres du Nouvel Elan et un maire courroucé, Eugène Binaisse affirmant : "on ne pourra jamais travailler avec vous"...

Dans la foulée, un communiqué était mis en ligne sur le blog de l'Alliance Républicaine pour se donner la paternité de l'invitation de Jean-Michel Baylet à Hénin-Beaumont et dénier toute légitimité au club DSK de Pierre Ferrari pour inviter le président du PRG dans notre ville et s'exprimer lors de la prise de parole prévue devant l'ancienne fosse Mulot. Bien évidemment, du côté de Pierre Ferrari, on confirme les contacts pris avec l'équipe de campagne de Jean-Michel Baylet et le feu vert qui lui a été donné pour organiser l'étape héninoise de sa tournée dans le Pas-de-Calais, feu vert présenté par Eric Mouton comme une erreur d'un collaborateur de Baylet qui aurait confirmé au patron du PRG héninois qu'il était bien le seul organisateur de la venue du candidat PRG à Hénin-Beaumont. Comprenne qui pourra...

Comble de malchance, on a appris cette semaine sur le site internet de Rue 89 que Jean-Michel Baylet est mis en examen pour infraction au code des marchés publics et favoritisme. Jean-Michel Baylet, en tant que président du conseil général du Tarn-et-Garonne aurait confié la réalisation d'une partie de son magazine institutionnel auprès d'une agence de communication, Hima Com, dont la Dépêche du Midi de Baylet Jean-Michel, mais aussi une société appartenant à son épouse et à son fils aîné, sont actionnaires minoritaires. D'après un journal satirique local, il y en aurait pour près de 80 000 €, ce que Jean-Michel Baylet dément.

Alors qu'Harlem Désir, premier secrétaire du PS par intérim demande à Jean-Noël Guérini, le patron de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, qui risque d'être mis en examen lui aussi le 8 septembre pour des faits beaucoup plus graves, de démissionner afin de ne pas nuire au processus de la primaire, Rue 89 pose la question légitime de savoir s'il est normal de se présenter à des primaires en étant mis en examen...

On prend les paris que tous ceux qui revendiquaient encore la semaine dernière la venue du patron du PRG à Hénin-Beaumont vont subitement être moins pressés de le faire et laisser la gloire de l'invitation au camp d'en face...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yves LOURDEL 04/09/2011 09:41



On croit lire du Gabriel Chevallier dans CLOCHEMERLE.


Y.L.



David NOËL 04/09/2011 14:27



Malheureusement...