Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

A propos de Taha Bouhafs et des dissidences aux législatives

La Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale, la NUPES, a apporté un vent d'espoir à gauche où beaucoup des électeurs des partis et formations de gauche se réjouissent de l'unité retrouvée et espèrent une victoire aux élections législatives (qui me semble illusoire).
Le Parti communiste français a eu parfaitement raison de présenter un candidat aux élections présidentielles et Fabien Roussel a mené une campagne enthousiasmante qui a permis de parler de pouvoir d'achat, de coût du capital, de nationalisations, du nécessaire mix énergétique, de paix.
La raison d'être d'un parti politique est de faire connaître son programme et dans un système présidentiel comme celui de la Ve République, que nous combattons, un parti qui cesse de se présenter aux élections présidentielles n'est plus perçu comme un grand parti, comme un parti qui compte dans le débat public et dans l'opinion.
Les critiques de certains déniant aux communistes le droit de se présenter et nous sommant durant toute la campagne de retirer notre candidature étaient une véritable insulte et suitaient le mépris.
Après la réélection d'Emmanuel Macron, c'est un nouveau cycle qui s'ouvre. Une coalition de gauche, respectueuse de chacune de ses forces, y est possible et a vu le jour.
En tant que communiste, je trouve l'accord qui a été signé et validé par nos instances très mauvais. Avec 50 circonscriptions sur 577, le PCF sera absent dans une grande partie du territoire. A l'issue des négociations, le PCF obtient moins de circonscriptions qu'EELV, qui a moins d'élus locaux que nous, et moins que le PS, qui a réalisé un moindre score aux présidentielles que nous, alors même que notre programme était plus proche de celui de LFI que ceux du PS et d'EELV.
50 circonscriptions, c'est très peu, trop peu, mais ne pas signer l'accord aurait été inenvisageable. Nous n'aurions pas été compris.
Certains communistes prétendent que si le PCF avait renoncé aux présidentielles et intégré l'Union populaire il y a un an, nous aurions eu un accord législatif beaucoup plus favorable, pour prix de notre invisibilisation totale de la campagne présidentielle. Je n'en crois rien, et de toute façon, cette invisibilisation était inacceptable et aurait mené, à moyen terme, à la liquidation du PCF transformé en tendance de fait du mouvement de supporters mélenchoniste privé de toute autonomie.
Si l'accord signé apparait mauvais, il faut maintenant jouer le jeu et s'efforcer de l'appliquer, dans les territoires et malheureusement, les dissidences des uns justifieront celles des autres...
Je n'ai jamais approuvé les positions d'André Gérin, l'ancien député-maire PCF de Vénissieux, sur la burka. Militant de la LDH, j'ai toujours combattu la police du vêtement et je n'ai pas voté pour le texte d'orientation du Manifeste communiste du XXIe siècle, lors du congrès de 2018, pour entendre, par moments, durant la campagne, des positions "gérinistes" que je réprouve. J'ai voté pour le Manifeste pour réveiller le Parti communiste et pour en finir avec notre effacement.
Ceci étant, dans l'affaire de la 14e circonscription du Rhône, Michèle Picard, la maire de Vénissieux est la candidate légitime.
Les parachutages sont en règle générale une très mauvaise idée ; je ne me reconnais pas, par ailleurs, dans les propos pour le moins maladroits, voire franchement odieux, de Taha Bouhafs qu'il a tenus en maintes occasions.
Soutien mesuré, donc, à Michèle Picard. Un peu d'intelligence collective ne serait pas de trop...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article