Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

 

Logo-CFDT.gif

logo cftc Logo CFE-CGClogo cgt

Les mobilisations du 12 octobre ont été de très haut niveau avec une participation aux manifestations en forte hausse par rapport aux journées précédentes.

La participation des jeunes reflète, au-delà de la question des retraites, leur inquiétude quant à leur avenir et à la situation de l’emploi.

logoFSU3logo solidaires grandlogo UnsaCette quatrième journée d’action depuis début septembre contre le projet de réforme des retraites que veut imposer le gouvernement confirme l’opposition grandissante des salariés, soutenus par l’opinion publique, à une réforme injuste et inefficace qui aggrave les inégalités sans assurer la pérennité des retraites par répartition.

Le gouvernement et les parlementaires ne peuvent ni mépriser ni ignorer les exigences exprimées par les salariés et les organisations syndicales.

Les organisations syndicales CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNSA appellent à participer massivement aux manifestations du samedi 16 octobre.

Elles décident d’une nouvelle journée nationale de grèves et de manifestations le mardi 19 octobre, veille du vote au Sénat sur l’ensemble de la loi.

Pour amplifier la mobilisation et réussir les journées du 16 et 19 octobre, elles appellent l’ensemble de leurs organisations dans les territoires, les entreprises et les administrations à poursuivre les initiatives unitaires. Elles se reverront le 21 octobre.

Les organisations syndicales demandent aux sénateurs de ne pas adopter cette réforme injuste.

Paris, le 14 octobre 2010.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lourdel Yves 15/10/2010 22:00



Ne parlons pas de chienlit, ce serait lui faire trop d'honneur. Sarkozy est définitivement le Président du bordel.


Etrangement le patronat est totalement absent du débat. On ne l'entend pratiquement pas et il laisse faire le sale boulot par son gouvernement. Seule Mme Parisot fait quelques timides
apparitions sur les médias. Celle-là il faudrait la pendre publiquement en place de grève, ou alors la traîner à la table des négociations pour parler enfin sérieusement de salaire et
d'emploi.


Yves Lourdel