Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

La pratique des expulsions locatives est d’une totale inhumanité. Plus de 30 associations, des syndicats se mobilisent régulièrement pour obtenir l’arrêt des expulsions. Le groupe communiste au Sénat a déposé dans le même but un projet de loi. La commission des droits de l’homme de l’ONU considère les expulsions forcées comme des violations des droits de l’homme. Le programme ONU habitat vient de nommer une élue, la maire communiste de Bobigny, Catherine Peyge, comme expert sur la question des évictions et des expulsions.

Car Bobigny, depuis des années, s’y oppose, comme d’autres maires dans d’autres villes. Mais alors que leur action est reconnue sur le plan international, en France, ils sont poursuivis. Les droits de l’homme au pays qui les a pensés et écrits sont-ils une donnée relative ?

La loi sur le droit opposable au logement a été vantée par le gouvernement, par la ministre Christine Boutin, comme une avancée extraordinaire. Comment peut-on continuer alors à expulser des locataires en difficulté ? D’après les chiffres de la Fondation Abbé Pierre, chaque année plus de 100 000 décisions d’expulsion sont prises, près de la moitié sont assorties d’un commandement de quitter les lieux, plus de 20 000 autorisent le recours à la force publique aux fins de les exécuter. 10 000 expulsions réelles au total ont lieu. Une sur dix ? Mais combien de drames, combien d’enfants effarés et de parents désespérés se retrouvant du jour au lendemain à la rue...

Les défenseurs de la loi et de l’ordre argumentent. Il y a des recours, on donne aux locataires des délais, on essaie même de les aider, ils ne sont pas tous de bonne foi... Certes. Mais on sait depuis longtemps que l’étau des fins de mois difficiles, l’angoisse de ne pas pouvoir y arriver conduisent le plus souvent au repli quand ce n’est pas à la honte, interdisent de se confier même aux proches.

Car ce sont ceux que la loi devrait protéger que la loi rend coupables.

Coupables d’être chômeurs, et bien heureux s’ils obtiennent un semblant de salaire avec un RSA et à la condition d’être méritants et persévérants dans un sous-emploi. Coupables d’être malades, de creuser les comptes de la Sécu et astreints par conséquent aux franchises médicales, au forfait.

Coupables de leur surendettement quand ils se débattent pour s’en sortir et pour tenter de vivre simplement avec quelques loisirs, quelques vacances, des jouets pour les enfants.

Coupables de ne pas payer rubis sur l’ongle leur loyer quand l’immobilier malgré la crise continue de faire le beurre des possédants, quand le logement social est toujours en panne dans des milliers de villes et que les récentes mesures gouvernementales ne peuvent qu’aggraver la situation des plus modestes. On sait comment ça dérape quand un loyer est en retard puis deux...

La ministre de l’économie Lagarde avait demandé il y a quelque temps devant le Parlement que l’on cesse dans ce pays de culpabiliser la richesse des riches ! Quelle sollicitude ! Ce qu’elle n’a pas dit, c’est que cette politique accule comme jamais les pauvres.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Monsieur Noel, je suis forcément d'accord avec vous, à savoir que les expulsions locatives ne sont pas une solution aux difficultés sociales et financières rencontrées par beaucoup d'entre nous aujourd'hui. L'expulsion locative ne règle aucun problème, elle ne fait que le masquer même si les propriétaires et bailleurs sont en droit de recevoir leur dû pour les services proposés. Vous faites référence à la loi DALO mais, permettez moi de vous rappelez que l'expulsion locative n'est pas le principal objectif de cette loi. Je vous l'accorde volontiers, il y a un travail énorme à fournir concernant le logement "très" social en France et à ce jour, les expulsions locatives sont en marche plus que jamais. Pensez vous que les marchands de sommeil, qui pullulent à Hénin-Beaumont, ne soient responsables du fléau du mal logement aujourd'hui? Comment une municipalité peut elle fermer les yeux sur une situation si problèmatique dans sa commune?
Répondre
D


La municipalité ne ferme pas les yeux sur les marchands de sommeil, je peux vous l'assurer. Cette question est souvent abordée en bureau municipal.

Il y a quelques semaines, alors que j'étais d'astreinte, je suis intervenu un samedi soir suite à un feu de voitures qui a donné lieu à un dégagement de fumée dans un immeuble que louait un
marchand de sommeil. J'ai visité les lieux avec les pompiers, la police municipale et la police nationale et nous avons pu constater à quel point le propriétaire avait négligé les règles
élémentaires de sécurité. C'est proprement scandaleux.

Tous les adjoints sont confrontés à ce type d'incident ; systématiquement, des signalements sont faits, il y a enquête, nous soutenons les locataires qui souhaitent porter plainte contre un
propriétaire indélicat dans leurs démarches.