Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Photo-CM-08-09-11-reduit.JPGLe conseil municipal de jeudi a apporté un certain nombre de réponses aux questions posées par le report du conseil municipal du 12 juillet dernier, sans explication claire. Au cours de l'été, Alain Alpern, ancien conseiller régional avait demandé au préfet la raison du report du conseil et ce dernier avait évoqué la présence d'anomalies dans le budget qui l'avaient amené à saisir la CRC. Avec Alain Alpern et Pierre Ferrari, je m'étais interrogé sur ces anomalies et j'avais demandé à la municipalité qu'elle fasse preuve de plus de concertation avec les autres forces politiques républicaines et qu'elle informe mieux la population.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, Eugène Binaisse, a d'abord accueilli un nouveau conseiller municipal FN en la personne de Patrick Hauchart qui remplacera Freddy Baudrin, démissionnaire. Comme nous l'avions révélé sur notre blog, le conseiller régional frontiste, qui réside à Wingles, s'était présenté aux dernières élections cantonales sur le canton de Lens Nord-est. Freddy Baudrin quitte donc le conseil municipal d'Hénin-Beaumont pour s'investir sur le secteur lensois et est remplacé par le fils de Jacqueline Hauchart, l'ancienne chef de file de l'UDF locale, dont la liste aux élections municipales de 1995 avait obtenu à l'époque plus de 26 % des voix. Autant dire que depuis 2007, Patrick Hauchart est une belle "prise de guerre" pour le FN et Steeve Briois ne s'en est pas caché, rappelant malicieusement au premier adjoint Georges Bouquillon qui a traversé les équipes municipales Darchicourt, Dalongeville, Duquenne et Binaisse qu'il siégait déjà au conseil du temps de Mme Hauchart.

Après ce premier échange d'amabilités, Eugène Binaisse a donc entamé le conseil municipal par une intervention sur l'avis de la CRC dans laquelle il a vigoureusement critiqué "l'excès de zèle" et "l'abus de pouvoir" du préfet (deux termes qui ont dû faire bondir le préfet du Pas-de-Calais lorsqu'il les a découverts dans le journal de vendredi) et s'en est pris aux républicains qui avaient exprimé leurs interrogations cet été, qualifiant nos demandes de concertation et notre tract d'information commun de "vils propos de revanchards malavisés"...

Evidemment, je conteste absolument cette interprétation qui est celle de l'Alliance Républicaine pour qui lorsqu'on demande du dialogue et de la concertation, on est automatiquement catalogué "ennemi" et "revanchard".

L'essentiel de l'intervention préliminaire d'Eugène Binaisse a consisté à démontrer que les finances de la ville se portaient mieux depuis l'arrivée au pouvoir de son équipe. Personne ne le conteste et d'ailleurs, les premières mesures d'économies ont été mises en place au tout début 2009, avant l'arrivée au pouvoir de l'AR, mais c'est surtout l'augmentation, deux années de suite, des impôts qui a permis de résorber le déficit.

Le fait que la ville se porte mieux ne dispense pas la majorité de nous donner des informations précises, ce qu'elle n'a pas fait après le dernier conseil municipal.

Sur les emprunts toxiques - la CRC demande à la ville de réévaluer le montant des intérêts à rembourser dans le budget -, Eugène Binaisse a dénoncé l'attitude des banques et notamment de Dexia qui a refilé à Hénin-Beaumont des emprunts pourris en toute connaissance de cause.

Intervenant au nom du groupe FN, Steeve Briois a développé un argumentaire diamétralement opposé, parlant d'incompétence de l'équipe municipale et des cadres de la mairie, relevant dans l'avis de la CRC la liste de tous les projets rendus caducs par la réévalutation de ces intérêts (au total, il y en a quand même pour trois millions d'euros, ce qui fait pas mal de projets ajournés faute de financement) et dénonçant un bras de fer avec les banques beaucoup trop tardif.

A son tour, le premier adjoint Georges Bouquillon est intervenu au nom du groupe majoritaire pour dénoncer la grande sévérité de l'Etat au regard de la complaisance dont les services de l'Etat auraient fait preuve à l'encontre de Gérard Dalongeville en 2001-2002. Une comparaison certes intéressante, mais qui ne change rien au problème. On préfèrerait que la majorité assume ses erreurs plutôt que d'entonner une complainte victimaire.

Après ces échanges sur l'avis de la CRC, la suite du conseil municipal a donné lieu à moins de polémiques. Il y a eu unanimité pour rejeter toutes les factures d'avion-taxi pour lesquelles Gérard Dalongeville, Claude Chopin et Guy Mollet venaient d'être condamnés définitivement pour gestion de fait devant la Cour des Comptes, comme on l'a appris pendant le conseil. La majorité a nommé deux commissaires (évidemment, deux membres de l'Allance Républicaine) au sein de la commission intercommunale des impôts directs. On retiendra également en matière culturelle le vote sur le principe du remplacement des gradins de l'Escapade et le vote sur des projets culturels financés dans le cadre du CUCS qui a vu le FN s'abstenir sur quatre des projets présentés qui concernaient le slam et les cultures urbaines, bête noire du parti d'extrême droite.

En matière scolaire, Georges Bouquillon est intervenu pour dénoncer la carte scolaire et ses conséquences dans plusieurs écoles élémentaires d'Hénin-Beaumont où les classes sont surchargées. Le FN a jugé ce vote contre tardif et la majorité s'est justifiée en expliquant qu'il aurait pu y avoir d'ultimes aménagements à la rentrée. On ne peut qu'approuver cette position de la majorité contre la casse de l'Education nationale.
En matière sportive, la conseillère FN Maryse Poulain a interrogé l'adjoint à la sécurité Marcel Germe sur l'espace d'accueil du stade Delabre et a obtenu une réponse brumeuse que le journaliste de La Voix du Nord n'a pas bien compris non plus. Apparemment, l'espace d'accueil ne serait pas un nouveau bâtiment.

Au total, le conseil municipal a duré 3h30. Après mon départ, on a notamment débattu de l'aire d'accueil temporaire pour les gens du voyage sédentarisés du boulevard des Frères Leterme, qui y résident depuis 25 ans. Dans le cadre de l'aménagement d'un parking au parc des îles, les familles seront relogées sur un terrain adapté à l'accueil des gens du voyage rue Robert Salé. En attendant que ce terrain voie le jour, les familles en question seront temporairement installées sur une aire à l'angle de la rue Salé et du boulevard des Frères-Leterme, ce qui oblige à une modification du PLU. On sait que les résidents du boulevard des Frères Leterme sont hostiles à cette aire d'accueil provisoire qu'ils craignent de voir devenir définitive pour d'autres groupes de gens du voyage. Le commissaire enquêteur a d'ailleurs rendu un avis négatif. Du côté de l'AR, le Vert Jean-Marc Bureau a marqué sa différence tandis que le groupe FN s'abstenait.

Au final, on ressort du conseil municipal avec un sentiment ambivalent. La majorité a sans doute de bonnes intentions et on ne peut que s'accorder sur la défense de l'école ou la lutte contre les emprunts toxiques, mais les réponses évasives, l'autosatisfaction affichée, le manque de hauteur d'une majorité qui s'attaque à ses opposants républicains simplement parce qu'ils réclament de la concertation pose toujours problème. La majorité AR peut-elle changer un mode de fonctionnement marqué depuis deux ans par le repli sur soi et le refus du dialogue avec ceux qui auraient pu être ses partenaires si l'AR l'avait voulu ? On l'espère dans l'intérêt de la ville et de ses habitants... 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cheforever 12/09/2011 10:31



L ESPACE D ACCUEIL DU STADE DELABRE EST UN BATIMENT SANS MUR NI TOITURE. C EST QUAND MEME PAS COMPLIQUE. signe M GERME.