Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Le PCF d'Hénin-Beaumont désapprouve le vote en conseil municipal d'une délibération relative à l'installation de caméras de vidéosurveillance à l'ilot Carnot.

Comme nous l'avons toujours répété, la vidéosurveillance constitue une atteinte inadmissible à nos libertés individuelles et au respect de la vie privée ainsi qu'un outil de contrôle social dont l'efficacité est loin d'être prouvée.

La mise en place systématique de systèmes de vidéosurveillance, favorisée par les pouvoirs publics qui les subventionnent s'inscrit dans le cadre d'une politique de casse du service public, de fermetures de gendarmeries, et de réduction d'effectifs dont les policiers subissent les effets au quotidien. 
Le PCF a toujours dénoncé la multiplication de systèmes de vidéosurveillance, l'augmentation des effectifs de la police municipale et le recours à des sociétés privées. Face aux carences de l'Etat, on assiste à une véritable privatisation de la sécurité que le PCF condamne fermement. 

A l'ilot Carnot comme ailleurs, la vidéosurveillance est une mauvaise solution, qui ne remplacera pas la présence humaine et qui ne fera que déplacer les problèmes.

Le PCF d'Hénin-Beaumont demande à la municipalité de revoir sa copie et de réfléchir à des solutions alternatives.


David NOËL
Secrétaire de section
Membre du Secrétariat Fédéral du PCF 62


Télécharger le communiqué de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lourdel Yves 03/05/2011 23:35



Pas de vidéosurveillance, certes c'est une bonne position. Mais est-ce une raison pour réclamer plus de police et de gendarmerie "de proximité"? Je n'en suis pas sur.


En réalité il n'y a jamais eu autant de forces de l'ordre dans notre pays mais celles-ci sont utilisées à des fins répressives du mouvement social. On peut le vérifier à chaque manifestation
et à chaque déplacement du président.


Et ce ne sont pas les mineurs retraités qui ont participé à la manifestation à l'Assemblée Nationale le 20 avril dernier à l'appel de la CGT qui diront le contraire. Ils se sont retrouvés
toute la journée parqués sur une petite place à l'arrière du Palais Bourbon avec un fort déployement policier pour les encadrer.


Yves LOURDEL