Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par PCF

Olivier-Dartigolles-5.jpgDepuis l'irruption du Front de gauche et de son candidat Jean-Luc Mélenchon dans les sondages et dans la rue, la fébrilité semble gagner le camp de François Hollande qui explique que Jean-Luc Mélenchon n'est pas son adversaire. Mieux, selon Pierre Moscovici, « il n'est pas un problème ». C'est heureux ! Sauf qu'au Front de gauche, nous n'avons jamais douté du fait que notre seule ennemie est la droite et son extrême. Nous savons où nous habitons : à gauche.

Plus préoccupant est le sempiternel appel au désormais célèbre « vote utile ». A croire qu'il ne reste plus que ça comme argument de campagne dans le camp Hollandais. Désolant. Au lieu de faire pression sur l'électorat de gauche, Le candidat du Parti socialiste serait bien mieux inspiré de se féliciter de la progression du candidat du Front de gauche dont la dynamique profite à l'ensemble de la gauche. Quand le Front de Gauche monte, c'est toute la gauche qui avance en remettant au centre du débat public les enjeux de progrès, de solidarité et de justice sociale. Si nous ne sommes pas un problème, alors nous sommes la solution !


Olivier Dartigolles,
Porte-parole du PCF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yves Lourdel 18/03/2012 09:47


Eh bien oui. Je commence à voir des camarades qui me disent qu'ils vont voter Hollande dés le premier tour pour être surs de battre Sarko. Le même phénomene semble toucher les électeurs
écolos. Il faut qu'ils comprennent que c'est grave de mettre son drapeau dans sa poche. On est pas certain de pouvoir l'en ressortir.


Y.L.