Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par PCF

Infographie-Syrie-25-aout-2013.jpgSelon Washington, toutes les options sont sur la table concernant la Syrie. Cependant, plus les heures passent, plus c'est l'option d'une intervention militaire de quelques puissances, dont la France, qui se précise.

L'escalade de la confrontation militaire provoquée par le régime syrien suscite de très graves inquiétudes.
Les bombardements à l'arme chimique, dont la responsabilité est attribuée au régime de Bachar Al Assad, ont fait franchir un pas spécifique et particulièrement criminel dans l'horreur. Il faut encore que toute la lumière soit faite sur ces bombardements… Mais les États-Unis, qui auraient déjà formé près de trois cents combattants de commandos pour l'ASL (armée syrienne libre) au cours de ces dernières semaines, ont maintenant renforcé leur flotte de guerre armée de missiles de croisière en Méditerranée.

La crise syrienne est devenue dans les faits une crise géo-politique internationale. Le bilan de cette confrontation est effroyable : environ 100 000 morts, plusieurs millions de réfugiés dont un million d'enfants, un pays dévasté, des villes en cours de destruction, une société pulvérisée par une violence et des affrontements internes directement soutenus par des États et différents acteurs politiques de la région. Il faut arrêter ça ! Les affrontements avaient déjà franchi le seuil de l'inhumanité avec des exactions d'une sauvagerie rarement égalée, comme ces civils égorgés vivants par des groupes salafistes se situant dans l'opposition.

Aujourd'hui, une intervention militaire de Washington et de ses alliés constituerait un degré supplémentaire dans l'inacceptable, dans cette escalade sans issue. Bombarder la Syrie serait ajouter la guerre à la guerre. Avec les risques rarement égalés d'un embrasement au Moyen-Orient, notamment d'une explosion du Liban où les attentats, les représailles et les vengeances se succèdent.

Laurent Fabius, qui prétend faire de la France "une puissance repère", appelle hier à une réaction de force. Il dit aujourd'hui que la solution "reste politique"... La France doit maintenant parler clair et prendre une forte initiative.
Le Parti communiste français appelle les autorités françaises à prendre l'initiative d'une réunion au sommet des belligérants et des principales puissances impliquées, les États-Unis et la Russie bien sûr, mais aussi la Turquie et l'Iran, afin de définir les conditions d'un arrêt de l'escalade dans la confrontation militaire, et d'une transition démocratique en Syrie. Il faut reprendre l'esprit et l'ambition de la deuxième conférence de Genève qui aurait dû tracer la voie d'une telle solution il y a déjà des mois. Il faut aussi obtenir l'engagement du Secrétaire général de l'ONU pour que l'exigence d'une solution politique l'emporte contre les menaces qui pèsent sur la sécurité internationale.

Chacun doit maintenant mesurer sérieusement la responsabilité qu'il doit prendre. Il y a urgence.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DIABLO 28/08/2013 15:08


En effet, le commentaire apparait : merci .Je pense qu'il y avait un bug du côté d'Over-blog car les commentaires -hormis le premier - étaient jusque là invisibles .

DIABLO 28/08/2013 13:03


Mon commentaire a t-il été censuré ?

David NOËL 28/08/2013 13:08



Non, je l'ai vu et j'y ai répondu. Vous ne le voyez pas ?



DIABLO 28/08/2013 12:16


Je partage globalement le commentaire ci-dessus.


Va t-on longtemps encore ménager Hollande et le PS qui se placent, une fois encore, du côté de l'impérialisme américain. Ce sont les valets de cette super-puissance qui veut imposer ses visées au
monde entier.


 


Personnellement je souhaite une défaite historique de ce parti aux prochaines élections !Que le diable emporte ceux qui oseront s'allier avec lui !


 

David NOËL 28/08/2013 12:33



Je partage ce qui est écrit dans le communiqué du parti. Ce communiqué est parfaitement correct. Il prend position contre une intervention militaire occidentale et pour le retour à la table des
négociations.


Effectivement, il ne dénonce pas l'impérialisme américain, pas plus que les visées du Qatar et de l'Arabie Saoudite ni celles de l'Iran qui soutient le régime syrien. Une intervention militaire
occidentale pour appuyer les groupes djihadistes financés par le Qater et l'Arabie saoudite serait une aberration et ne ferait qu'ajouter de la guerre à la guerre.


De ce point de vue, vous avez raison, le parti devrait durcir le ton vis-à-vis du PS qui s'aligne sur les positions de Washington, mais ce parti est depuis longtemps un parti social-démocrate et
atlantiste, il n'a plus de socialiste que le nom...



GILLERON 27/08/2013 10:47


Encore une fois c'est le bon apôtre de la LDH qui parle à la Place du communiste!
En quoi ça nou regarde à nous français la dictature ou pas en Syrie? On doit aller envahir toutes les dictature pour y imposer la pax démocratia? Cmmençons déjà par nous tirer de la ditature de
marchés en vigueur dans l'UE.
Et la phrase: "l'escalade de la confrontation militaire provoquée par le régime Syrien", est une contre-vérité éhontée.
Autrefois les communistes animaient le "mouvement de la paix", qui avait pour but de s'opposer à l'impérialisme qui menaçait le "bloc de l'Est".
A présent, ils lui trouvent des excuses, à l'impérialisme, et appellent à des négociations avec eux pour qu'ils modèrent leur agressivité.
Scandaleux!